Héliopolis (district)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Héliopolis.

Héliopolis (district)
Héliopolis (district)
Palais du Baron Empain.
Administration
Pays Drapeau de l'Égypte Égypte
Démographie
Population 142 149 hab.
Coordonnées 30° 08′ 00″ nord, 31° 18′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Égypte

Voir la carte administrative d'Égypte
City locator 14.svg
Héliopolis (district)

Géolocalisation sur la carte : Égypte

Voir la carte topographique d'Égypte
City locator 14.svg
Héliopolis (district)

Héliopolis (en arabe : مصر الجديدة, Miṣr al-ǧidīdah – littéralement « Nouvelle Égypte ») est une ville égyptienne du gouvernorat du Caire.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville fut créée par la Heliopolis Oasis Company du baron Empain, industriel belge, à partir de 1905. Conseillée par Gilbert Mullie, la compagnie acheta une grande parcelle de désert au nord-ouest du Caire à bas prix au gouvernement. Une ligne de chemin de fer fut construite, et des routes, des plantations et de l'eau y furent installées. De 1907 à 1912, l'architecte en chef de la compagnie fut Camille Robida, qui conçut à ce titre de nombreuses constructions de cet ensemble urbain[1]. Un meeting aérien s'y tient en 1910.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La ville fut au départ peuplée d'étrangers et de coptes (Égyptiens chrétiens). Un quartier dit français est aménagé où est construit le palais du Baron Empain de style khmer et temples hindous pour le baron : réalisé par l'architecte Alexandre Marcel en 1910 inspiré du temple d'Angkor Vat. Avec le temps, elle fut peuplée par les classes moyennes du Caire. Avec la croissance de la ville du Caire, celle-ci a désormais comblé la distance avec Héliopolis qui en est désormais un quartier. La surpopulation a conduit à la disparition des nombreux jardins.

Héliopolis possède aujourd'hui plusieurs quartiers : El Nozha, El marghani, Midan el Higaz, Midan el Game, Midan Salah Eldin, Roxy, El khalifa el Mamoun, El Sabaa Emarat, Maseken Sheraton, Sainte Fatima, Ard el golf, El Ourouba.Almaza, Share el thawra.El Korba (où se trouve le palais présidentiel), El Mahkma, Cleopatra,Gesr el Suez, manshyet el bakri.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Ilbert, Héliopolis: Le Caire 1905-1922, genèse d'une ville, Marseille : Éditions du CNRS, 1981 : une étude sur les aspects surtout économiques, et secondairement sociaux et architecturaux de l'entreprise d'Empain.
  • Anne Van Loo, Marie-Cécile Bruwier (dir.), Héliopolis, Bruxelles : Fonds Mercator, 2010, 229 p., nbx ill. (ISBN 978-90-6153-930-8).
  • Amélie d'Arschot Schoonhoven, Le Roman d'Héliopolis[2], 2017, 208 pp., (EAN 9782390000495) (ISBN 2390000495).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mercedes Volait, Un ensemble urbain Art Déco en Égypte : Héliopolis, banlieue du Caire, Ier Congrès international Ville et patrimoine, Art Déco, modèles de la modernité, Melilla, Espagne, 2006, P. 2-3. Consulté le 1er février 2011.
  2. La comtesse Amélie d'Arschot et son Roman d'Héliopolis

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Gemeinsame Normdatei

Sur les autres projets Wikimedia :