Ismaïl Pacha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ismaïl Pacha
Portrait photographique(Library of Congress)
Portrait photographique
(Library of Congress)
Titre
Wālī puis khédive d’Égypte et du Soudan

(16 ans, 6 mois et 21 jours)
Prédécesseur Mohamed Saïd Pacha
Successeur Tawfiq Pacha
Biographie
Dynastie Dynastie de Méhémet Ali
Date de naissance
Date de décès (à 64 ans)
Lieu de décès Constantinople, Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman
Père Ibrahim Pacha
Enfant(s) Tawfiq Pacha,
Hussein Kamal Pacha,
Fouad Ier Red crown.png

Ismaïl Pacha
Monarques d’Égypte

Ismaïl Pacha (en arabe : إسماعيل باشا) né en 1830 et mort en 1895, est le vice-roi puis le khédive d'Égypte et du Soudan du 18 janvier 1863 au 8 août 1879.

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait peint d'Ismaïl Pacha.

Fils d'Ibrahim Pacha et petit-fils de Méhémet Ali, Ismaïl étudia à Paris, notamment à l'École d'état-major.

Pendant le règne d'Abbas, il est le chef de l'opposition mais il adopte une position modérée sous le règne de son oncle Saïd Pacha qui lui donne le commandement de l'armée du Soudan.

Devenu vice-roi d'Égypte — il prendra le titre de khédive en 1867 — il entreprend une politique de conquêtes. Il annexe le Darfour (1867) mais est battu par l'Abyssinie (1874).

En 1869, il reçoit l'impératrice Eugénie pour l'inauguration du canal de Suez. Parmi les festivités mondaines, les nombreux invités européens sont guidés sur les sites archéologiques par Auguste Mariette, directeur du Service de conservation des antiquités de l'Égypte et du musée de Boulaq.

Le coût de ses campagnes militaires entraînent la ruine du trésor égyptien et l'insolvabilité du pays : il doit vendre ses parts sur le canal de Suez au Royaume-Uni (1875). Il doit même accepter que la direction de ses finances passe sous le contrôle d'une commission européenne composée de financiers et de banquiers. En réaction contre ce contrôle, il tente un coup d'État en 1879 mais il échoue et doit abdiquer en faveur de son fils Tawfiq.

Il part dans un fastueux exil en Turquie et meurt près de Constantinople.

Il fut membre de la franc-maçonnerie[1].

Parmi ses nombreux fils, deux autres dirigèrent le pays, sous les noms de Hussein Kamal Pacha (1914-1917) et Fouad Ier (sultan de 1917 à 1922, puis roi jusqu'en 1936).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]