Boutros Ghali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boutros et Ghali.
Boutros Ghali
Boutros Ghali Pasha.jpg
Fonction
Premier ministre d'Égypte (en)
-
Muhammad Said Pasha (en)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Enfant
Père de Boutros Boutros-Ghali (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religions

Boutros Ghali (arabe : بطرس غالي), parfois appelé Boutros Ghali Pacha, né en 1846 à Kiman-al-‘Arus et mort le 21 février 1910, est une personnalité politique égyptiennepremier ministre du pays de 1908 à 1910.

Biographie[modifier | modifier le code]

Boutros Ghali naît dans une famille copte dans Kiman-al-‘Arus, un village de Beni Suef, en 1846, à l'époque de l'Égypte ottomane[1]. Son père, Ghali Nayruz, est l'intendant du prince Mustafa Fadil[1]. Il étudie les langues : l'arabe, le turc, le persan, l'anglais et le français[1].

Diplômé, Ghali devient professeur à l'école patriarcale[1]. En 1875 il est nommé comme greffier de la Cour mixte, nouvellement constituée par Sharif Pacha[2]. Il est ensuite le représentant du gouvernement égyptien à la Commission de la dette publique[2]. Ghali travaille au ministère de la Justice à partir de 1879, où il est nommé secrétaire général avec le titre de Bey. En septembre 1881 il est nommé premier secrétaire du conseil des ministres[2], mais il revient peu après au ministère de la Justice. À la demande de Mahmoud Sami al-Barudi, Ghali se voit attribuer le rang de Pacha, une première pour un Copte en Égypte[2]. En 1886, il est nommé à la tête d'une commission pour la sélection des juges de la Charia, un poste inattendu étant donné sa religion, ce qui provoque les protestations de Musulmans[2].

Ghali est nommé ministre des Finances en 1893[3], puis ministre des Affaires étrangères en 1894[3]

Il est nommé premier ministre le 8 novembre 1908, en remplacement de Mustapha Fahmi Pacha[4], tout en conservant ses attributions aux affaires étrangères[3].

Accusé de protéger les Britanniques après l'incident de Denchawai, à la suite duquel plusieurs égyptiens sont condamnés à mort, Ghali est assassiné le 20 février 1910 par Ibrahim Nassif al-Wardani, un étudiant de vingt-trois ans[5]. Touché par plusieurs coups de feu, Ghali succombe le 21 février[6].

Wardani, dont le père est gouverneur et l'oncle pacha, est exécuté le 28 juin 1910[6].

L'assassinat de Ghali est le premier d'une série de meurtres politiques, qui court jusqu'en 1915[5]

Descendance[modifier | modifier le code]

Ghali a plusieurs fils[7], dont 

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « B. Ghali », The Coptic Encyclopedia (consulté le 19 janvier 2013)
  2. a, b, c, d et e Samir Seikaly, « Prime Minister and Assassin: Buṭrus Ghālī and Wardānī », Middle Eastern Studies, vol. 13, no 1,‎ , p. 112–123 (DOI 10.1080/00263207708700338, lire en ligne)
  3. a, b et c Arthur Goldschmidt Jr., Biographical Dictionary of Modern Egypt, Boulder, CO, L. Reinner, (lire en ligne), p. 61
  4. « Egypt Prime Ministers », World Statesmen (consulté le 19 janvier 2013)
  5. a et b Donald M. Reid, « Political Assassination in Egypt, 1910-1954 », The International Journal of African Historical Studies, vol. 15, no 4,‎ , p. 625–651 (DOI 10.2307/217848, lire en ligne)
  6. a et b (en) « Egyptian assassin hanged », The Day, Cairo,‎ (lire en ligne)
  7. a, b et c Goldschmidt 1993, p. 187
  8. (en) Serge Schmeman, « A Separate Peace », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  9. Goldschmidt 1993, p. 183,188
  10. (en) Ben Quinn, « Anger over appearance of ex-Egyptian finance minister at LSE lecture », The Guardian, London,‎ (lire en ligne)
  11. Goldschmidt 1993, p. 188

Liens externes[modifier | modifier le code]