Martin Blachier

Cette page est semi-protégée.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Martin Blachier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (36 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Public Heath Expertise (d) (depuis ), Sanofi (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
RPPS
10101574472Voir et modifier les données sur Wikidata

Martin Blachier, né le 8 juin 1985, est un médecin français spécialiste en santé publique. Régulièrement invité sur les plateaux de chaînes télévisées telles que C8, BFM TV, LCI et CNews, notamment à L'Heure des pros, il est l'un des spécialistes intervenant sur la pandémie de Covid-19 en France. Il est également cofondateur de la société de conseil Public Heath Expertise-PHE.

Carrière

Après ses études de médecine à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Martin Blachier obtient un master de recherche biomédicale et de statistiques à l'université Paris 11, ainsi qu'un master en stratégie et management des industries de santé à l'Essec.

Lors de son internat, il effectue un stage en 2009 chez Sanofi-Aventis, où il fait partie de l'équipe de pharmacovigilance et d'épidémiologie. Il effectue ensuite plusieurs stages dans le cadre de l'Inserm aux CHU de La Pitié-Salpêtrière et Henri-Mondor, avant de cofonder en 2012 la société Public Heath Expertise-PHE.

Il participe également à des projets de la Haute Autorité de santé et du ministère des Solidarités et de la Santé. En 2015, il est consultant pour les laboratoires Gilead, Janssen, Ipsen et Lundbeck (J Viral Hepat. 2015 Apr; 22(4): 376–383.). Depuis 2015, il est par ailleurs gérant de la SARL Depil BLV enregistrée au registre du commerce de Nanterre et dont l'objet social est la photo-épilation, le photo-rajeunissement et la vente de produits cosmétiques.

Présence médiatique

Ses quelque 500 apparitions dans les médias, pendant la pandémie de Covid-19, lui valent une importante notoriété auprès du grand public[1].

Au début de l'épidémie, Martin Blachier craint l'arrivée d'une « deuxième vague » au printemps 2020[1]. Pendant l'été, il recommande le port du masque en entreprise[1]. Lors de la « troisième vague », en janvier 2021, il se prononce en faveur d'un allègement des mesures restrictives, en particulier à propos du confinement. Il juge inutile le masque en extérieur et considère que l'impact des variants est surestimé[1]. Ses prises de position se heurtent à l'opinion de plusieurs de ses confrères et l'opposent à une partie du monde scientifique, dont Didier Raoult[2], Karine Lacombe et Jean-François Toussaint.

En avril 2021, il déclare que les mesures décidées par le gouvernement seront suffisantes pour enrayer l'épidémie, en parallèle avec les autotests et la campagne de vaccination[2].

Dans une tribune publiée le par Le Journal du Dimanche, Martin Blachier estime que l'épidémie pourrait rebondir en octobre, car 20 % de personnes âgées ou vulnérables n'ont pas été vaccinées[3]. Or il indique que « les courbes de vaccination des 80 ans et plus plafonnent à 80 % », et que cette situation va probablement perdurer, au risque de provoquer une nouvelle crise sanitaire[3]. Il recommande donc de rendre obligatoire la vaccination de ces personnes[3].

Notes et références

Liens externes