Gérald Kierzek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gérald Kierzek
Image dans Infobox.
Gérald Kierzek en 2020.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de

Gérald Kierzek, né le à Saint-Étienne (Loire), est un médecin urgentiste français et chroniqueur médical dans les médias.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Son père était ouvrier tourneur devenu conseiller en gestion après un bac à 28 ans, sa mère était secrétaire dans l’éducation[1].

Après ses études à la faculté de médecine de Saint-Étienne, il obtient l'internat de médecine en 1998 puis choisit la spécialité de santé publique à Paris. Il est titulaire d'une maîtrise de sciences sanitaires et sociales mention santé publique, titulaire du diplôme d'État de docteur en médecine, titulaire du diplôme DES d'anesthésiologie, titulaire de la capacité médecine de catastrophe, titulaire de la capacité de médecine d'urgence[2].

Il est titulaire d'un DEA de droit médical (université Montpellier-I) et d'un doctorat de droit privé et sciences criminelles[2].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il travaille au siège de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (à la direction de la politique médicale) puis au ministère de la Santé où il collabore à la direction générale de la Santé et au cabinet de Bernard Kouchner, alors ministre de la Santé, sur les États-généraux de la Santé (qui préfigurent la loi sur les droits des malades de 2002)[1].

Il reprend une spécialité d'anesthésie-réanimation puis de médecine d'urgence et de médecine de catastrophe et devient chef de clinique assistant en 2002 dans le service du professeur Pourriat à l'Hôtel-Dieu de Paris, puis praticien hospitalier en 2004. Il est ensuite nommé responsable du service mobile d'urgence et de réanimation (SMUR) de l'Hôtel-Dieu.

Il participe à l'enseignement médical (premier, deuxième et troisième cycles de médecine, université Paris-Descartes), paramédical et coopère à l'international, notamment en Chine, en Tunisie et au Sénégal. Il participe à des nombreuses recherches cliniques institutionnelles (dépistage systématique du VIH par tests rapides aux urgences[3],[4], arrêt cardiaque extra-hospitalier, iatrogénie médicamenteuse aux urgences…). Il est auteur ou coauteur de plus de 36 publications internationales à comité de lecture[3],[5]. Il est membre du jury ou groupe de bibliographie de plusieurs conférences de consensus[6],[7],[8].

En 2008-2009, il part en mobilité au sein de l'équipe du professeur L.J. Morrison à l'université de Toronto (Canada) où il effectue une recherche sur l'information et le consentement des patients en médecine d'urgence. Il participe à cette occasion à la rédaction des recommandations de l'American Heart Association sur la prise en charge de l'arrêt cardiaque[9].

Il est membre de la Société française de médecine d'urgence, de la Société française de médecine légale, de l'European Society of Emergency Medicine (EuSEM) et de la World Association for Medical Law.

Il est inscrit sur la liste des experts judiciaires 2014-2016 auprès de la cour d'appel de Paris[2].

Fin 2017, il est chargé par la ministre de la Santé Agnès Buzyn de la mission « Information et médicament » dans les suites de l'affaire Lévothyrox[10].

Carrière médiatique[modifier | modifier le code]

Depuis 2011, il est chroniqueur dans Le Magazine de la santé, sur France 5[1], et animateur d'un blog sur le site allodocteurs[11].

Il tient également un blog sur le site du quotidien Le Monde[12], et contribue aux discussions sur différents sites[13],[14].

Durant l'été 2012, il contribue à l'émission Le 5/7 de Dorothée Barba sur France Inter, à la rubrique Les maux de l'été où il évoque, entre autres, « les ressources internet fiables sur la santé », « les traumatismes crâniens », la maladie de « la morve de cheval »[15].

Il est le chroniqueur médical de l'émission Le Grand 8 entre 2012 et 2016, sur la chaîne D8[1].

À partir de , il est chroniqueur dans la matinale de Thomas Sotto sur Europe 1 à h 55[16] et depuis 2016 à h 12 dans Europe1 Bonjour animé par Samuel Étienne puis Raphaëlle Duchemin.

Pour la saison 2017-2018, il intègre la bande de Daphné Bürki les matins sur Europe1 dans l'émission Bonjour la France avec une chronique « Bonjour docteur » et les après-midis sur France 2 dans l'émission Je t'aime, etc.

Depuis 2018, il intervient sur les chaînes du groupe TF1, en particulier sur LCI[17] et les journaux télévisés de TF1. En 2020, il devient directeur médical de Doctissimo, le site santé du Groupe[18]. Pendant la pandémie de Covid-19, il tient un discours qualifié de « rassuriste » par de nombreux médecins, niant la gravité de la situation hospitalière, voire mensonger et dangereux, ce qui lui vaut deux rappels à l'ordre par la hiérarchie de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris en [19].

Implication associative et mutualiste[modifier | modifier le code]

Président-fondateur en 2003 de l'Association des jeunes anesthésistes-réanimateurs[20] (AJAR), il est élu vice-président du syndicat des internes des hôpitaux de Paris chargé des partenariats et représentant de la spécialité anesthésie-réanimation au sein du collège des spécialités.

En 2005, il devient administrateur bénévole du groupe Pasteur Mutualité où il gère plus particulièrement les relations avec les partenaires jeunes médecins : Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF), Inter-syndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale (ISNAR-IMG), Inter-syndicat national des internes (ISNI), Regroupement autonome des généralistes jeunes installés et remplaçants (ReAGJIR).

Il a été membre de l'Observatoire national du secourisme (au sein du ministère de l’Intérieur) pour l'ordre de Malte et membre de la commission « Jeunes médecins » du Conseil national de l'Ordre des médecins de 2005 à 2010.

Engagement et prises de position politiques[modifier | modifier le code]

En 2011, il fonde l'association « L'hôpital pour tous »[21], membre de la « coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité », qui regroupe soignants et usagers de l'hôpital en réaction au projet de la directrice générale Mireille Faugère de transformer l'Hôtel-Dieu de Paris en siège administratif[22]. Pour lui, l'hôpital doit répondre aux besoins de la population en matière d'accès aux soins et de prévention et il refuse le concept d'hôpital sans lit[23] ou l'« hôpital debout » proposé par le ministre[24], « cache-misère » d'un démantèlement de l'hôpital public[25],[26]. Il en dénonce le coût très élevé, tant dans les investissements déjà réalisés[27] (urgences, ophtalmologie, radiologie…) que ceux à venir dans le cadre du transfert du siège, une position soutenue par Dominique Bertinotti lorsqu'elle était maire du 4e arrondissement de Paris avant de devenir ministre[28]. Il interpelle la ministre de la Santé pour sauver l'Hôtel-Dieu, cas d'école du nécessaire changement dans la politique hospitalière[29],[30],[31].

Le , il est démis de ses fonctions de responsable médical du Service mobile d’urgence et de réanimation (Smur)[1] pour « non-respect des obligations de réserve, manque de loyauté au regard du projet de soin et d'organisation du service et mise en cause du chef de service ».

Après que la classe politique dénonce cette sanction due à son activisme, la ministre de la Santé Marisol Touraine annonce le mercredi la suspension de la fermeture des urgences de l'Hôtel-Dieu prévue initialement le en raison de « la dégradation du climat social », en indiquant ne pas vouloir prendre de risques pour les urgences parisiennes[32].

Le , il organise avec les membres de l'association « L'hôpital pour tous » l'enterrement symbolique, au Panthéon, de la « première victime, morte d'avoir trop attendu des soins faute de place, car plus on attend, plus on meurt »[33].

Il concourt à des actions comme l'hébergement des SDF à l'Hôtel-Dieu[34], la défense d'une interne de l'AP-HP au cœur d'une polémique après des vidéos où elle dénonce les conditions de travail dans les hôpitaux[35] ou encore fustige la réduction des capacités d'hospitalisation de proximité sur le territoire aboutissant à une saturation quotidienne des urgences[36].

Publications[modifier | modifier le code]

Études scientifiques[modifier | modifier le code]

Gérald Kierzek est l'auteur ou a collaboré à la publication de nombreuses études scientifiques.

  • Projet pilote d'élaboration puis d'évaluation d'un score évolutif pour les patients en crise d'asthme pris en charge en pré-hospitalier, 2002[37].
  • « Sédation des états d'agitation aux urgences », [38].
  • Iconographie décisive en anesthésie-réanimation, 2008 (ISBN 2-35447-080-0)[39].
  • Prévention en médecine générale, 2008 (ISBN 2-35447-090-8)[40].
  • Environnement de l'urgence, 2009 (ISBN 2-35447-128-9)[41].
  • Urgences vitales cardiopulmonaires et toxiques, 2010 (ISBN 2-35447-152-1)[42].
  • Les gestes de l'urgence, 2010 (ISBN 2-35447-165-3)[43].
  • Imagerie décisive en cardiologie : 15 pathologies et imageries illustrées et commentées, 2010 (ISBN 2-35447-159-9)[44].
  • 15 gestes infirmiers illustrés et commentés, 2010 (ISBN 2-35447-171-8)[45].
  • 15 gestes infirmiers en immobilisations et gypsothérapie, 2011 (ISBN 2-35447-202-1)[46].
  • (en) Modest public health impact of nontargeted human immunodeficiency virus screening in 29 emergency departments., 2011[47].
  • 15 gestes infirmiers en soins intensifs, 2011 (ISBN 2-35447-196-3)[48].
  • Les nouvelles techniques de l'urgence, 2011 (ISBN 2-35447-170-X).
  • Urgences vitales urogynécologiques, neurologiques, digestives et métaboliques, 2011 (ISBN 2-35447-190-4).
  • 20 tableaux cliniques courants et leur bilan biologique, 2011 (ISBN 2-35447-190-4).
  • Scores et évaluations en cardiologie, 2012 (ISBN 2-35447-228-5).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Virginie Ballet, « Gérald Kierzek. Urgences, crier ! », sur liberation.fr, (consulté le ).
  2. a b et c Cour d’appel de Paris - « Liste des experts judiciaires année 2015 », p. 193 [lire en ligne] [PDF].
  3. a et b (en) « Modest public health impact of nontargeted human immunodeficiency virus screening in 29 emergency departments », sur ncbi.nlm.nih.gov, National Center for Biotechnology Information, (consulté le ).
  4. « Documents disponibles écrits par cet auteur »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur opac.invs.sante.fr, Institut de veille sanitaire (consulté le ).
  5. (en) « Publications de « Kierzek G [Author] » », sur ncbi.nlm.nih.gov, PubMed - NCBI (consulté le ).
  6. « 11e conférence de consensus - Maltraitance dépistage, conduite à tenir aux urgences », Société francophone de médecine d’urgence et collège de médecine d'urgence des Pays de Loire, faculté de médecine de Nantes, 3 décembre 2004 [lire en ligne] [PDF].
  7. « 12e conférence de consensus - Prise en charge des plaies aux urgences », Société francophone de médecine d’urgence, Clermont-Ferrand, 2 décembre 2005 [lire en ligne] [PDF].
  8. « Sédation et analgésie en réanimation (nouveau-né exclu) (2008 – Dernière version à jour) », sur sfar.org, Société française d'anesthésie et de réanimation (SFAR), (consulté le ).
  9. (en) « 2010 American Heart Association Guidelines for Cardiopulmonary Resuscitation and Emergency Cardiovascular Care », sur circ.ahajournals.org, American Heart Association, (consulté le ).
  10. « La mission « information et médicament » au travail, le Dr Gérald Kierzek coprésident », Le Quotidien du Médecin,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Le blog de garde de Gérald Kierzek », sur allodocteurs.fr, (consulté le ).
  12. « Urgences (dans la) Santé », sur blogs Le Monde, (consulté le ).
  13. « Gérald Kierzek », L'Obs (consulté le ).
  14. « Déserts médicaux : l’Ordre des médecins veut sacrifier les jeunes », sur Rue89, (consulté le ).
  15. « Les maux de l'été », sur France Inter, (consulté le ).
  16. Yannick Vely, « Ne pas prendre Hippocrate pour un documentaire », Paris Match, (consulté le ).
  17. « Le docteur Gérald Kierzek interviendra désormais dans les journaux de TF1 et sur l'antenne de la chaîne info LCI », sur jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  18. « TF1 annonce que le Docteur Gérald Kierzek devient directeur du nouveau comité médical du site Internet Doctissimo », sur jeanmarcmorandini.com (consulté le ).
  19. Loris Guémart, « Les « vérités alternatives » du médecin de TF1 et LCI », sur Arrêt sur images, (consulté le ).
  20. « Ils ont fait l'AJAR - AJAR - Association des Jeunes Anesthésistes-Réanimateurs », AJAR - Association des Jeunes Anesthésistes-Réanimateurs,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. Sihem Souid, « Gérald Kierzek : « Le gouvernement détricote le système égalitaire de la Sécu ! » », Le Point, (consulté le ).
  22. « AP-HP : fermeture de l’Hôtel-Dieu, vente du siège », sur Syndicat national des professionnels infirmiers, (consulté le ).
  23. Sihem Souid, « L'Hôtel-Dieu dans la tourmente », Le Point, (consulté le ).
  24. A.-L.B., « Le Guen : « Nous allons créer un « hôpital debout » », Le Journal du dimanche, (consulté le ).
  25. Léa Créba, « AP-HP : fermeture de l’Hôtel-Dieu, vente du siège », sur le site jim.fr des professionnels de santé, (consulté le ).
  26. Christel Brigaudeau, « L’Hôtel-Dieu va devenir un hôpital… sans lit », Le Parisien, (consulté le ).
  27. Stéphane Robert, « L'hôpital de l'Hôtel Dieu pourrait bientôt fermer ses portes », sur France Culture, (consulté le ).
  28. Communiqué de Presse de Dominique Bertinotti, 15 mars 2012 [lire en ligne].
  29. Emmanuèle Bailly, « L’Hôtel-Dieu, le plus ancien hôpital de Paris poursuit sa restructuration », sur France 3 Paris Île-de-France, (consulté le ).
  30. « L'Hôtel-Dieu de Paris en danger : Marisol Touraine, battez-vous pour l'hôpital public ! », L'Obs, (consulté le ).
  31. Clémence Glon, « Santé : Au secours de l’Hôtel-Dieu », Politis, (consulté le ).
  32. « Hôtel-Dieu : la fermeture des urgences est repoussée », sur LCI, (consulté le ).
  33. « Les urgentistes de l'Hôtel-Dieu enterrent « le premier mort de la fermeture » », Le Parisien, (consulté le ).
  34. Isabelle Rey-Lefebvre, « Droit au logement conquiert trente places d’hébergement pour les SDF dans l’Hôtel-Dieu », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  35. « Polémique à l'AP-HP : l'interne Sabrina Benali reçoit le soutien de Patrick Pelloux », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. « Avec la grippe, les urgences saturées : « c'est la chute d'un système de santé » », Europe 1,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. Projet pilote d'élaboration puis d'évaluation d'un score évolutif pour les patients en crise d'asthme pris en charge en pré-hospitalier, [présentation en ligne].
  38. « Sédation des états d'agitation aux urgences », dans Anesthésie et sédation en situation d'urgence [présentation en ligne].
  39. Iconographie décisive en anesthésie-réanimation [présentation en ligne].
  40. Prévention en médecine générale [présentation en ligne].
  41. Environnement de l'urgence [présentation en ligne].
  42. Urgences vitales cardiopulmonaires et toxiques [présentation en ligne].
  43. Urgence [présentation en ligne].
  44. Imagerie décisive en cardiologie : 15 pathologies et imageries illustrées et commentées [présentation en ligne].
  45. 15 gestes infirmiers illustrés et commentés [présentation en ligne].
  46. 15 gestes infirmiers en immobilisations et gypsothérapie [présentation en ligne].
  47. (en) « Modest public health impact of nontargeted human immunodeficiency virus screening in 29 emergency departments », sur ncbi.nlm.nih.gov, The National Center for Biotechnology Information (consulté le ).
  48. 15 gestes infirmiers en soins intensifs [présentation en ligne].
  49. « Invité du JT : Gérald Kierzek », sur francetvinfo.fr, France Télévisions, (consulté le ).
  50. « Ayez les bons réflexes, Gérald Kierzek », sur fayard.fr (consulté le ).
  51. Vincy Thomas, « Archipoche publie un guide pratique sur le Coronavirus », sur livreshebdo.fr, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]