Maisons (Eure-et-Loir)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maisons.
Maisons
La mairie pavoisée.
La mairie pavoisée.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Canton Auneau
Intercommunalité Communauté de communes des Portes Euréliennes d’Île-de-France
Maire
Mandat
Martine Domingues
2014-2020
Code postal 28700
Code commune 28230
Démographie
Gentilé Maisonnais
Population
municipale
362 hab. (2014)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 24′ 32″ nord, 1° 50′ 46″ est
Altitude Min. 142 m – Max. 161 m
Superficie 9,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Maisons

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Maisons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maisons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maisons

Maisons est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir, en région Centre-Val de Loire.

Ses habitants sont appelés les Maisonnais et Maisonnaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Maisons se situe en Beauce, à 30 km de Chartres, 70 km de Paris, 30 km de Rambouillet, 25 km d'Étampes, et 75 km d'Orléans.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Maisons
La Chapelle-d'Aunainville Sainville Sainville
La Chapelle-d'Aunainville Maisons Sainville
Denonville Morainville Lethuin

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de Maisons et des communes limitrophes.

Transports et communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par les routes départementales D 17 et D 141.

L'accès à la ville est favorisé par un réseau routier important situé à proximité : accès à l'autoroute A 10 et à la RD 191 à 7 kilomètres.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare SNCF la plus proche se situe à Auneau, à 11 kilomètres, sur la Ligne de Brétigny à La Membrolle-sur-Choisille, via Châteaudun et Vendôme[1].

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 15 (Équillemont - Auneau - Chartres), 15B (Aunay-sous-Auneau - Auneau - Chartres) et D 18 (Sainville - Auneau - Lycée Fulbert à Chartres) de la société de transports Transbeauce.

Histoire[modifier | modifier le code]

Près des lieux appelés "La cave à la Sourde", "Terres noires", "Les Murgers", "La Fosse-aux-Morts" et "L'Infirmerie", on a trouvé dans le sol des traces d'antiques constructions gallo-romaines, de nombreux débris de tuiles plates à rebords, de grosses tuiles creuses et des tessons de poteries, ainsi que des monnaies romaines.

L'ancienne voie romaine de Paris à Blois passait par Maisons. Elle était appelée soit le chemin des Boeufs, soit la route de César. C'est elle qui délimite la frontière avec la commune de Sainville.

Maisons est cité au début du IXe siècle (déjà avec l'orthographe Maisons mais aussi appelée Mesuns), comme relevant du "Comté d'Etampes" et appartenant au douaire d'une certaine Gisle (Gisla), veuve d'un certain Roin (Rothing). Elle en fit don à l'abbaye de Gembloux que venait de fonder son petit-fils saint Guibert, donation entérinée en 946 par une charte d'Otton Ier du Saint-Empire[2]. Au IX° siècle, Maisons eut a souffrir de cruels ravages : les Normands, avec leur chef Rollon, après avoir assiégé et pris Chartres, se dirigèrent vers Etampes, en ravageant tout sur leur passage et emmenèrent de nombreux Maisonnais en captivité.

Maisons apparaît ensuite, au tournant du XIe et du XIIe siècle, comme appartenant au couvent parisien des religieuses de Saint-Eloi. Mais cette terre, par suite de l'insécurité ambiante, est tombée en friche. N'arrivant pas à le gérer depuis Paris, elles la vendent aux religieux de Morigny, près d'Étampes. Le récit de la remise en valeur de ce hameau au tout début du XIIe siècle, par un moine nommé Baudouin, est donné par la Chronique de Morigny[3].

Il y avait un château, un prieuré et une maladrerie, tous détruits depuis. Le château, édifié au Moyen Âge était situé sur la route de Sainville près de la carrière, on y trouve encore des souterrains.

Pendant les guerres de religion, l'église fut incendiée.

Le 7 janvier 1745, le curé, Guillaume Hurly, fut tué par des voleurs.

En 1859, une maladie non identifiée causa la mort de nombreux Maisonnais, le conseil municipal décida alors d'annuler pour cette année la fête patronale.

Le 14 juillet 1907 un incendie éclata et les maisons de MM. Dugué et Goron brûlèrent, trois pompiers furent blessés[4].


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 William Julien    
mars 2014 en cours Martine Domingues SE Fonctionnaire

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 362 habitants, en augmentation de 13,48 % par rapport à 2009 (Eure-et-Loir : 1,9 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
295 299 311 334 328 315 345 335 353
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
376 363 355 360 353 354 362 345 326
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
375 348 346 306 322 288 261 242 238
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
216 215 176 204 227 254 302 319 362
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises[modifier | modifier le code]

Dix sociétés et professions libérales sont implantées sur la commune : coopérative agricole, menuiserie, peinture, plomberie, couverture, maçonnerie, menuiserie, isolation, broderies et sérigraphie, transports (bois, charbon, carburants).

Population active[modifier | modifier le code]

Population de 15 à 64 ans par type d'activité
  2006 1999
Ensemble 189 149
Actifs en % 82,3 % 82,6 %
Dont :    
    actifs ayant un emploi en % 74,6 % 75,8 %
    chômeurs en % 7,7 % 6,7 %
Inactifs en % 17,7 % 17,4 %
    élèves, étudiants et stagiaires non rémunérés en % 6,6 % 8,7 %
    retraités ou préretraités en % 3,9 % 2,7 %
    autres inactifs en % 7,2 % 6,0 %
Sources : Insee[9]

Projet refusé[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal a délibéré en pour l'étude d'un projet éolien qui vise à l'implantation de 10 éoliennes sur le territoire de la commune[10].

Le préfet de région Centre-Val de Loire a refusé le projet le 6 février 2012 pour les raisons suivantes : situé dans une zone utilisée par le groupement interarmées d’hélicoptères (GIH), trop proche du périmètre de sensibilité (23 km de protection) de la cathédrale de Chartres, en covisibilité avec plusieurs monuments protégés, susceptible de créer un phénomène de saturation visuelle[11].

Toutefois, l'aménageur a informé la commune, par courrier du 20 septembre 2013, que le recours déposé à la suite du refus du permis de construire a été jugé le 1er octobre 2013. La commune doit être informée du délibéré[12].

Par arrêt de la cour administrative d’appel de Nantes en date du 29 décembre 2014[13], faisant suite à la requête déposée par la société "Ferme éolienne de Maisons", le préfet de région a été contraint de réexaminer le permis de construire de neuf éoliennes sur le territoire de la commune[14].

Ce projet a été définitivement refusé par un second jugement de la cour administrative d'appel de Nantes le 5 juillet 2017[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le moulin à vent. Son dernier meunier est tué sur le front en 1940, le moulin est alors abandonné et tombe petit à petit en ruines. Monsieur Bompois l'achète en 1959, le restaure et l'aménage en habitation[16] ;
  • Le monument aux morts ;
  • Un monument est érigé en mémoire du capitaine aviateur Ludovic Arrachart, décédé sur la commune le lors d'essais pour la coupe Deutsch de la Meurthe. Cette stèle, inaugurée le dimanche en présence de nombreuses personnalités et d'aviateurs (Maurice Bellonte, Maryse Bastié), avec un survol d'escadrilles, a été obtenue par souscription à l'initiative de l'Aéro-Club d'Eure-et-Loir [17],[18],[19] ;
  • L'église Sainte-Anne ;
  • Le château d'eau.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de la gare SNCF d'Auneau
  2. Charte éditée et traduite par le Corpus Etampois
  3. Texte mis en ligne par le Corpus Etampois
  4. Article paru dans L'Echo républicain de la Beauce et du Perche du mardi 22 juillet 1969 intitulé "Quelques notes d'histoire locale sur Maisons" (non signé)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. Résultats du recensement de la population 2006.
  10. Délibération du conseil municipal du 24 février 2010
  11. Conseil municipal du 29 mars 2012 de Sainville
  12. Compte rendu du Conseil municipal de Maisons, séance du 2 octobre 2013
  13. Arrêt de la cour administrative d’appel de Nantes du 29 décembre 2014
  14. Article de l'Echo Républicain du 29 janvier 2015
  15. Guillaume Frouin, « Les éoliennes plient définitivement face à l’antiterrorisme en Eure-et-Loir », sur http://www.lechorepublicain.fr,
  16. L'Echo Républicain de la Beauce et du Perche du 24 juillet 1969, article intitulé "L'histoire du moulin de Maisons".
  17. Les Ailes, N° 684, 2 août 1934, p. 15
  18. Les Ailes, N° 688, 23 août 1934, p. 8
  19. Les Ailes, N° 689, 30 août 1934, p. 15