Béville-le-Comte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Béville-le-Comte
Béville-le-Comte
La mairie, style fin XIXe.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Canton Auneau
Intercommunalité Communauté de communes des Portes Euréliennes d'Île-de-France
Maire
Mandat
Éric Ségard
2019-2020
Code postal 28700
Code commune 28039
Démographie
Population
municipale
1 633 hab. (2016 en augmentation de 10,79 % par rapport à 2011)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 26′ 14″ nord, 1° 42′ 51″ est
Altitude Min. 122 m
Max. 158 m
Superficie 20,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Béville-le-Comte

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Béville-le-Comte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Béville-le-Comte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Béville-le-Comte
Liens
Site web bevillelecomte.com

Béville-le-Comte est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Béville-le-Comte
Umpeau Oinville-sous-Auneau Auneau
Houville-la-Branche Béville-le-Comte Roinville
Francourville Voise Saint-Léger-des-Aubées

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Baronville, Les Calotiers, La Faisanderie, Les Longs Réages, Le Luet, Machery (ancienne seigneurie), La Mare, Le Moulin Trubert (moulin à vent).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Béville-le-Comte est réputée depuis le Moyen Âge pour sa fontaine Saint-Martin, guérissant les maladies des yeux. C'est pour cette raison que le nom originel de la commune était Belssy Villas.

La seigneurie de Bainville, puis Béville, fut tenue par les Montescot, puis les Lattaignant, puis acquise en 1783 par Étienne François d'Aligre.

Le bureau d'aide sociale et l'école de filles (aujourd'hui école primaire) furent créés par Étienne Jean François d'Aligre, qui réaménagea également la fontaine Saint Martin.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Béville-la-Fontaine[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 1992 Maurice Thirouin (1925-2002)    
juillet 1992 janvier 2019[2] Dominique Leblond UDF puis
NC-UDI
Collaborateur de pharmacie
Conseiller général du canton d'Auneau (2001 → 2015)
Vice-président du conseil général d'Eure-et-Loir (? → 2015)
Président de la CC de la Beauce Alnéloise (? → 2016)
2e vice-président de la CC des Portes Euréliennes d'Île-de-France (2017 → 2019)
janvier 2019[3] en cours Éric Ségard DVD Ingénieur
14e vice-président de la CC des Portes Euréliennes d'Île-de-France (2019 → )

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2016, la commune comptait 1 633 habitants[Note 1], en augmentation de 10,79 % par rapport à 2011 (Eure-et-Loir : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
614681720696719760773782785
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7837888088679531 0291 1351 1021 075
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 035984994885787829811832772
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
7588409491 0931 2101 3351 4051 4151 490
2016 - - - - - - - -
1 633--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Deux écoles, une maternelle et une primaire, sont ouvertes sur la commune, ainsi qu'une crèche et une bibliothèque municipale.

Vie associative[modifier | modifier le code]

Béville-le-Comte accueille plusieurs associations :

  • Le FEP : regroupe diverses sections sportives et culturelles du village ;
  • Association ABYS Music : association de musique ;
  • ADEBA : association environnementale.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Baronville[modifier | modifier le code]

Château de Baronville sur la commune de Béville-le-Comte
Château[modifier | modifier le code]

 Inscrit MH (1985)[8].

Article détaillé : château de Baronville.

Le château de Baronville est un édifice du XIXe, reconstruit dans le style Louis XIII par le marquis de Pomereu d'Aligre sur les bases d'un château de 1623. C'est une propriété privée, possédée par les descendants du marquis.

Carrousel[modifier | modifier le code]
Article détaillé : carrousel de Baronville.

Le carrousel de Baronville, également privé, servait d'écuries et de ferme modèle du château de Baronville.

« Capitale mondiale de l'épouvantail »[modifier | modifier le code]

Depuis 1990, à l'initiative de l'association "Épouvantail, Témoin Universel, je vis au salon de mai", Béville-le-Comte se dit la capitale mondiale de l'épouvantail. Les fondateurs de cette association sont : Michel Laurent, Serge Mogere et Alain Brillant. Ils ont réalisé le plus grand épouvantail et le plus petit épouvantail du monde.[réf. souhaitée]

En 2007, à la suite d'une commande de la municipalité, différentes œuvres d'art représentant des épouvantails ont été installées dans le village :

  • En venant de Roinville ou d'Auneau, l'entrée du village présente, dans un bloc de granite de Bignan de 320 cm, une silhouette d'épouvantail en "creux". "Hulot chasse les oiseaux" est le titre de cette sculpture de Pierre Garçon.
  • En venant de la route de Chartres, deux épouvantails accueillaient les visiteurs : le premier, créé par Christophe Dumont est fait de métal, accompagné d'un grand manteau. Le second, aujourd'hui disparu, de Monique Bouquerel était une peinture sur tissu, accrochée au château d'eau.
  • Dans le village, devant l'ancien silo de la SCAEL, un épouvantail métallique, de Caroline Lee.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Enfin, sur le terrain du jeu de paume, se trouvent dix épouvantails.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Martin, romane ;
  • Mairie, style fin XIXe ;
  • Monument aux morts de la guerre 1914-1918, réalisé par Félix Charpentier (1858-1924), sculpteur d'origine provençale installé à Chassant (Eure-et-Loir) et offert par le vicomte Gaston de Pomereu d'Aligre, marquis d'Aligre et maire du village ;
  • Vieux four à pain récemment rénové.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Étienne François d'Aligre, comte de Marans, marquis d'Aligre, magistrat français né en 1727, il achète la terre de Baronville en 1783 et meurt en exil à Brunswick en 1798;
  • Étienne Jean François d'Aligre, son fils, 6e marquis d'Aligre (Paris, 1770 - 1847), pair de France, homme politique français;
  • Émile Labiche (Béville-le-Comte, 1827 - Paris, 1922), sénateur d'Eure-et-Loir sous la 3e République, descendant de la famille Labiche qui fut notaire de père en fils à Béville-le-Comte de 1604 au 26 avril 1833, pendant sept générations;
  • Émile Millochau (Béville-le-Comte, 1846 - 1929), député d'Eure-et-Loir
  • Gaston de Pomereu d'Aligre (1861-1935), vicomte de Pomereu et marquis d'Aligre, ancien conseiller général de la Nièvre, maire de Béville-le-Comte, président des Anciens Combattants de 14-18, et président de la Fondation d'Aligre, de Lèves;
  • Claude de Rougé (1889-1962), comte de Rougé, maire-adjoint de Béville-le-Comte, ancien combattant des deux guerres mondiales et résistant, honoré par une rue du "Comte Claude de Rougé", à Béville.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Béville-le-Comte », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 4 décembre 2012)
  2. « Le maire de Béville-le-Comte, Dominique Leblond, démissionne », L'Écho républicain,‎ (lire en ligne)
  3. « Il succède à Dominique Leblond, qui a démissionné », L'Écho républicain,‎ (lire en ligne)
    « Sans surprise, Éric Ségard, premier adjoint chargé des finances, s'est porté candidat au poste de maire. [...] Le vote à bulletin secret a donné onze voix pour Éric Ségard, une pour Philippe Gehan, une pour Stéphanie Leclerc et deux votes blancs. »
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Château de Baronville », notice no PA00096972, base Mérimée, ministère français de la Culture.