Le Gué-de-Longroi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Gué-de-Longroi
Le Gué-de-Longroi
Ancienne gare du Gué-de-Longroi.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Canton Auneau
Intercommunalité Communauté de communes des Portes Euréliennes d’Île-de-France
Maire
Mandat
Pascal Boucher
2014-2020
Code postal 28700
Code commune 28188
Démographie
Population
municipale
938 hab. (2016 en augmentation de 8,44 % par rapport à 2011)
Densité 136 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 30′ 06″ nord, 1° 43′ 14″ est
Altitude Min. 115 m
Max. 161 m
Superficie 6,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Le Gué-de-Longroi

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Le Gué-de-Longroi

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Gué-de-Longroi

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Gué-de-Longroi
Liens
Site web GuédeLongroi.fr

Le Gué-de-Longroi est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes du Gué-de-Longroi
Ymeray Bleury-Saint-Symphorien
Champseru du Gué-de-Longroi Levainville
Umpeau Oinville-sous-Auneau

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

  • Saint-Chéron-du-Chemin
  • Occonville
  • Angles

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière la Voise, affluent en rive droite de l'Eure, sous-affluent du fleuve la Seine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ce nom composé résulte d'une traduction de l'ancien terme du proto-roman d'origine gauloise rito- « gué », d'où Longroi « long gué ». Il s'agit donc d'un composé tautologique, car l'élément -roy n'a plus été compris dans son sens initial. Xavier Delamarre voit dans le premier élément le mot gaulois longo qui signifie navire. La forme gallo-romane serait donc *longoritum avec le sens de « le gué des navires »[1]

Homonymie avec Longroy, commune de Seine-Maritime.

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Changement d'appellation[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1838, cette commune était nommée Saint-Chéron-du-Chemin :

  • 1817 : délimitation réalisée de Saint-Chéron-du-Chemin d’avec Bleury et Ymeray par Ordonnance Royale du 3 septembre : Bleury et Ymeray cèdent leur partie du village du Gué-de-Longroi à Saint-Chéron-du-Chemin[2].
  • 1818 : délimitation réalisée de Bleury d’avec Levainville et Saint-Chéron-du-Chemin par Ordonnance Royale du 18 novembre[2].
  • L’Ordonnance Royale du 31 mars 1838 déplace le chef-lieu de la commune de Saint-Chéron-du-Chemin au Gué-de-Longroi, et, par voie de conséquence, change son nom.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

De 1892 à 1938, cette commune bénéficiait d'une gare permettant aux voyageurs d'emprunter la ligne d'Auneau-Ville à Dreux via Maintenon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 1986 Paul Boucher    
1986 mars 1989 Bernard Le Ferrec    
mars 1989 avril 2011 Daniel Deshayes    
mai 2011 mars 2014 Pascal Laya    
mars 2014 En cours Pascal Boucher SE Employé

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2016, la commune comptait 938 habitants[Note 1], en augmentation de 8,44 % par rapport à 2011 (Eure-et-Loir : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
307307291576593590562505532
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
501432447432416388408511434
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
427431440426393384383376340
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
320318354461733718746750909
2016 - - - - - - - -
938--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le lavoir du Gué-de-Longroi est un des plus vieux lavoirs d'Eure-et-Loir. Positionné en bordure de la Voise, il est au point de départ de « La route du blé » ;
  • La commune a la particularité de ne pas posséder d'église sur son territoire[7].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Roger Ascot (1928-2011), écrivain et journaliste français, y possédait une résidence secondaire.
  • Garcimore (1940-2000), le célèbre magicien avait sa demeure dans la commune. Il repose au cimetière municipal.
  • Jean Todt (né en 1946), ancien copilote de rallye français, directeur d'écurie de sport automobile, président de la FIA.

Citation littéraire[modifier | modifier le code]

« Un peu plus tard, ils traversèrent des villages dont les noms chantaient comme des poèmes à Jeanne : Occonville, Umpeau, Cherville, Villiers-les-Bois, Houville-la-Branche, Nogent-le-Phaye. »

— Michèle Sarde, Histoire d'Eurydice pendant la remontée, Paris, Seuil 1991, page 69-70.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, [Errance], , 440 p. (ISBN 2-87772-237-6), p. 206
  2. a et b Archives nationales-F 2 II Eure-et-Loir 1, plan annexé à la minute.
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Simon Dechet, « L’emplacement des églises pourrait définir les conditions d’entrée des communes », sur http://www.lechorepublicain.fr/accueil.html, (consulté le 30 octobre 2015).