Coulombs (Eure-et-Loir)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coulombs.
Coulombs
La mairie de Coulombs.
La mairie de Coulombs.
Blason de Coulombs
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Dreux
Canton Épernon
Intercommunalité Communauté de communes des Portes Euréliennes d’Île-de-France
Maire
Mandat
Jean-Noël Marie
2014-2020
Code postal 28210
Code commune 28113
Démographie
Population
municipale
1 377 hab. (2015 en diminution de 3,91 % par rapport à 2010)
Densité 110 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 13″ nord, 1° 32′ 42″ est
Altitude Min. 91 m
Max. 148 m
Superficie 12,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Coulombs

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Coulombs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coulombs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coulombs

Coulombs est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Coulombs est située sur la rive droite de l'Eure.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Coulombs
Bréchamps Saint-Laurent-la-Gâtine Faverolles
Bréchamps Coulombs Senantes
Nogent-le-Roi Lormaye Villiers-le-Morhier

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Chandelles

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Longueur de la voirie : 26,169 km.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Les gares SNCF les plus proches sont celles de Maintenon et d'Épernon, situées respectivement à 9 et 12 km.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 8 Dreux - Nogent-le-Roi - Maintenon du réseau Transbeauce.

ARRÊTS : -Église / -Haut Murger / -Chandelles

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Coulomb. n. m. milieu XIIIe s. Variante : Coulon. Latin Colombus = pigeon. Columbum aboutit régulièrement en français à coulon = le pigeon. Coulomb en est la forme savante. Coulomb ou Coulon : éleveur de pigeons. Nom de personne dès 1292.

Colombas, 1028 (Archives départementales d'Eure-et-Loir-H, Abbaye Notre-Dame de Coulombs) ; Columbensibus, 1184 (Actes de Philippe II Auguste, n° 125) ; Columbae, 1243 (Archives départementales d'Eure-et-Loir-H, Abbaye Notre-Dame de Coulombs) ; Colons, 1331 (Archives départementales d'Eure-et-Loir-H, Abbaye Notre-Dame de Coulombs) ; Coulons, 1381 (Archives départementales d'Eure-et-Loir-H, Abbaye Notre-Dame de Coulombs) ; Coulon, juillet 1398 (Archives nationales-JJ 153, n° 376, fol. 256 v°) ; Coulomb, janvier 1410 (Archives nationales-JJ 164, n° 85, fol. 53 v°) ; Coulons, août 1416 (Archives nationales-JJ 169, n° 344, fol. 231) ; Coulomb, octobre 1489 (Archives nationales-JJ 225, n° 977, fol. 205 v°) ; Coullombs, mars 1501 (Archives nationales-JJ 234, n° 236, fol. 134 v°) ; Coullombz, 1589 (Archives départementales d'Eure-et-Loir-H, Abbaye Notre-Dame de Coulombs) ; Coullombs, 1740 (Bibliothèque municipale d’Orléans, Ms 995, fol. 59) ; Coulombs, XVIIIe s. (Carte de Cassini).

Le pluriel indiquerait un lieu d’élevage de pigeons.

Abbaye-Notre-Dame-de-Coulombs[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Coulombs, de l'ordre de Saint-Benoît, fut fondée vers le VIIIe siècle le long de l'Eure puis restaurée en 1029 par le premier abbé Béranger. La localité porta successivement les noms de : Colombas (1028), Columbœ (1243), Colons (1331), Coulons (1381), Coulombz (1589), Saint Cheron de Coulombs (1736) [1]. Il ne reste de la puissante abbaye carolingienne que de rares vestiges dans les propriétés privées, comme le portail roman que l'on voit en traversant la ville .

L'histoire politique de l'abbaye est un long conflit d'autorité avec le roi de France qui régente le château-fort de Nogent-le-Roi à 1 km[2].

1160 - De retour de croisade Louis VII confirme le droit de haute et basse justice de l'Abbaye.

1183 - Philippe-Auguste autorise l'abbaye à utiliser le bois des forêts des Yvelines pour faire du bois et perches pour les vignes. (autorisation confirmée par Saint-Louis en 1268)

1350 - Le roi de France Philippe VI de Valois meurt à l'abbaye de Coulombs le 22 août 1350.

1422 - Henri V roi d'Angleterre et de France séjourne à l'Abbaye. Henri V envoie la relique du Saint Prépuce à Londres auprès de sa femme, Catherine de Valois (1401-1437), qui accouche de Henri VI. La relique est restituée mais d'autres abbayes tentent de la conserver arguant que l'Abbaye de Coulombs n'est pas assez sûre.

1433 - Charles VII autorise la navigation de l'Eure pour transporter des tonneaux de vins produits à Chartres, l'abbaye de Coulombs s'y oppose. Les moines cultivent des vignes et font du vin.

1464 - Louis XI vient visiter l'abbatiale alors qu'il est l'hôte de Pierre de Brézé, seigneur de Nogent-le-Roi.

1475 - 14 juin Jacques de Brézé, seigneur de Nogent-le-Roi tue sa femme, Charlotte de France, elle est enterrée dans l'église de Coulombs.

1494 - Jacques de Brézé est inhumé à côté de son épouse.

1507 - Louis de Brézé, seigneur de Nogent-le-Roi s'oppose à l'abbé Guillaume de Hargeville et conteste la dîme sur les maisons données à l'Abbaye.

En 1514, l'abbatiale perd ses privilèges sur Nogent-le-Roi.

1550- Jacques de Havard, seigneur du Thuillay et de Senantes reconnaît que l'église de Faverolles dépend de l'abbaye de Coulombs.

1562 - Destruction partielle due à la bataille de Dreux.

1568 - L'armée du prince de Condé pille l'abbaye avant le Siège de Chartres.

1588 -Pillage de l'abbaye par un chef de bande catholique nommé « Marigny ».

1589 - Le maréchal de Biron loge ses troupes dans l'abbaye en occupant le siège de Nogent-le-Roi.

1592 - 6 février - Claude de La Trémoille, second d'Henri IV y installe ses troupes.

1595 - 14 janvier l'abbaye de Coulombs fait allégeance à Henri IV.

1607 - Le duc de Sully fait construire un pont pour relier Coulombs à Nogent-le-Roi et ainsi enjamber le marécage qui entoure l'Eure.

1614 - 18 septembre Louis XIII confirme la vente de l'Abbaye au prince de Condé.

1615 - 20 juin, Louis XIII confisque les biens du prince de Condé qui s'est opposé à lui.

1686 - Construction de l'aqueduc de Maintenon, l'abbaye est réquisitionnée pour soigner et loger la troupe qui le construit.

1711 - Inondation extraordinaire due à de fortes chutes de neige.

1744- Mai Violent orage de nuit - les récoltes sont perdues et les maisons s'effondrent

1789 - 13 mars - Les religieux ont autorisation de rentrer dans l'abbaye

1791 - 27 janvier - Vente de l'abbaye en lots et de ses mobiliers. L'abbatiale est détruite pendant la Révolution.

1816 - Elle est transformée en carrière. Le cloître de l'abbatiale est démonté et reconstruit à Lèves (Chartres).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires à partir de 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1959 Victor Sage    
1959 1963 Georges Touraille    
1963 1995 Etienne Petit    
1995 2008 Michel Lesimple    
2008 en cours Jean-Noël Marie UMP-LR Agriculteur - Conseiller départemental

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2015, la commune comptait 1 377 habitants[Note 1], en diminution de 3,91 % par rapport à 2010 (Eure-et-Loir : +1,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
819 847 869 845 855 888 865 858 814
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
782 745 731 761 717 700 691 665 695
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
748 749 767 671 657 578 556 556 582
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
609 606 714 868 1 244 1 265 1 286 1 433 1 377
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
  • Dont 661 hommes et 604 femmes ;
  • Personnes de moins de 20 ans : 331, de plus de 75 ans : 77.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Regroupement pédagogique avec les communes voisines de Lormaye, Senantes, Saint-Lucien.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Portail de l'ancienne abbaye de Coulombs
  • Le musée du Louvre expose, dans l'aile Richelieu, une colonne torse historiée, sculptée dans la pierre, provenant de l'ancienne abbaye
  • Relique et reliquaire du Saint Prépuce, détenus par l'abbaye de Coulombs, puis par l'église paroissiale après la Révolution, puis confiés depuis 1906 au trésor de la cathédrale de Chartres.
  • La modeste église de Saint-Chéron de Coulombs, dédié en 1701, contient du mobilier qui provient de l'ancienne abbatiale, des pierres tombales et des statues du XVIIe siècle : une Nativité en bois de Michel Anguier, dont l'original est au Louvre, offerte par Anne d'Autriche lors de son pèlerinage à l'abbatiale, ainsi que les reliquaires de sainte Helvise et sainte Gemme.
Le chemin de Croix est de Gabriel Loire et les vitraux sont de Cot Dezande.
L'église contient les dépouilles de la famille de Brézé : Charlotte de France, Jacques de Brézé, Étienne de Brézé, abbé de Coulombs, ainsi que le cœur de Louis de Brézé.
  • Portail, situé 2 Grande-Rue, construit par Sully pour l'hôtel de la Marine à Nogent-le-Roi en 1610 et transféré à Coulombs. Ce portail est inscrit au titre de monument historique depuis 1972[7].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Selon certaines sources, le roi Philippe VI de France meurt à l'abbaye de Coulombs dans la nuit du 22 au 23 août 1350[9]
  • L'abbé Amas, curé de Coulombs, établit les confréries de sainte Gemme[10] et de la bienheureuse Héloïse de Coulombs. Il est l'auteur de :
    • Pratique de dévotion pour les femmes enceintes ou stériles dans le mariage, Dreux, imprimerie de Lemenestrel, 1816
    • La Vie de sainte Gemme, tirée des martyrologes de l'Espagne, du Portugal et de plusieurs auteurs tant anciens que modernes, Dreux, imprimerie de Lemenestrel, 1817
    • Notes historiques sur la vie de la bienheureuse Héloïse, patronne de la confrérie de ce nom, établie dans la paroisse de Coulombs, Dreux, imprimerie de Lemenestrel, 1818[11]
  • Gratien Candace (1873-1953), homme politique, est enterré au cimetière de Coulombs.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Coulombs (Eure-et-Loir).svg

Les armoiries de Coulombs se blasonnent ainsi :

D'azur à l'écusson du même chargé de trois fleurs de lis d'or et accompagné de trois colombes d'argent.

Armoiries de l'Abbaye de Coulombs

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]