Gas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gas
Gas
Vue sur Gas.
Blason de Gas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Intercommunalité Communauté de communes des Portes Euréliennes d'Île-de-France
Maire
Mandat
Anne Bracco
2020-2026
Code postal 28320
Code commune 28172
Démographie
Gentilé Gassien(ne)
Population
municipale
792 hab. (2017 en augmentation de 4,76 % par rapport à 2012)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 34′ 01″ nord, 1° 40′ 07″ est
Altitude Min. 107 m
Max. 161 m
Superficie 11,97 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Épernon
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Gas
Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir
Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Gas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gas
Liens
Site web http://www.gas-mairie.info/

Gas est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Gas est située dans la plaine de Beauce, entre Épernon et Gallardon, à 18 km au sud-ouest de Rambouillet.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Gas est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[3],[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Wado, nom de personne d’origine germanique.

Gaü, vers 1120 (Bibliothèque nationale de France.-Manuscrit Latin 9223 Cartulaire Notre-Dame de Josaphat) ; Gavisus, 1123 (B.N.-Ms Latin 9223 Cartulaire Notre-Dame de Josaphat) ; Gayz, 1184 (B.N.- Ms Latin 11.063, Cartulaire Saint-Jean-en-Vallée de Chartres) ; Lorin Hault le fiez, laboureur de vignes de Gas, (Archives nationales-JJ 139, no 260, fol. 316) ; Guay, 1471 (Archives départementales d'Eure-et-Loir-G 907) ; Gais, 1553 (Archives départementales d'Eure-et-Loir-G, Saint-Maurice de Chartres) ; Gas, 1740 (Bibliothèque municipale d’Orléans, Manuscrit 995, fol. 83) ; Gas, XVIIIe siècle (Carte de Cassini) ; Terres situées à Gas, (Archives départementales d'Eure-et-Loir-1 Q 4, P.V 114, no 868. Biens Nationaux).

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 2001 Mars 2014 François Dagron    
mars 2014 En cours Anne Bracco[5],[6]   Commerçante
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2017, la commune comptait 792 habitants[Note 3], en augmentation de 4,76 % par rapport à 2012 (Eure-et-Loir : +0,26 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
450470481479463479471454469
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
457463449451444430420406403
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
415419385352358353316299290
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
267255305587623634712759788
2017 - - - - - - - -
792--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La commune a la particularité de ne pas posséder d'église sur son territoire[11]. Les fondations de l'ancienne église Notre-Dame de 1315 sont détruites en 1957. Seuls subsistent la cloche et le coq de la girouette, exposés dans un espace public[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Gas

Les armes de la commune de Gas se blasonnent ainsi :
de gueules à sept croissants d'argent ordonnés 3, 3 et 1, au comble du même chargé de l'inscription GAS en lettre capitales de gueules, accompagnée de deux épis d'or, posés en bande à dextre et en barre à senestre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 3 décembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 3 décembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 3 décembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 3 décembre 2020)
  5. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 10 août 2020)
  6. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 août 2020)
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  11. Simon Dechet, « L’emplacement des églises pourrait définir les conditions d’entrée des communes », sur http://www.lechorepublicain.fr/accueil.html, (consulté le 30 octobre 2015).
  12. « Église Notre-Dame », sur https://www.clochers.org (consulté le 3 avril 2019).