Banque Lombard Odier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Banque Lombard Odier & Cie SA
logo de Banque Lombard Odier

Création 1796
Dates clés 1796[2], fusion en 2002
Fondateurs Henri Hentsch
Personnages clés Patrick Odier, Christophe Hentsch, Anne-Marie de Weck, Hubert Keller, Frédéric Rochat[1], Hugo Bänziger
Forme juridique société en commandite par actions
Siège social Genève
Drapeau de Suisse Suisse
Activité banque privée
Effectif 2250 employés (2016)
Site web lombardodier.com

Fondée à Genève en 1796, Lombard Odier est une banque privée en Suisse et en Europe[3].

Dates clés[4][modifier | modifier le code]

  • 1796 : Fondation de Hy Hentsch & Cie par Henri Hentsch[5]
  • 1798 : Création de la banque Henri Hentsch & Lombard par Henri Hentsch et Jean Gédéon Lombard[6]
  • 1800 : Financiers de l’industrie minière
  • 1857 : Cofondation de la Bourse de Genève (20 ans avant celle de Zurich)
  • 1872 : Fondation par James Odier et Jules Darier-Rey de la première compagnie genevoise d’assurance-vie
  • 1880 : Participation au financement du réseau ferroviaire suisse
  • 1907 : Cofondation de la Banque nationale suisse
  • 1910 : Instauration d’un fonds de prévoyance pour les employés de la Maison
  • 1950 : Pionniers dans la création et la distribution de fonds d’investissement en Europe
  • 1951 : Première banque privée à s’implanter à l’étranger (ouverture d’un bureau à Montréal)
  • 1957 : Installation du premier système informatique de la Maison
  • 1979 : Premier établissement européen à acquérir un siège au New York Stock Exchange
  • 1993 : Participation à la mise en place de la Bourse électronique suisse
  • 1995 : Lancement du premier fonds sectoriel avec le concours d’experts scientifiques
  • 2002 : Naissance de Lombard Odier Darier Hentsch & Cie
  • 2011 : Nouvelle dénomination sociale : Lombard Odier & Cie
  • 2014 : Nouvelle forme juridique : Lombard Odier & Co Ltd, société en commandite par actions

Présentation[modifier | modifier le code]

Lombard Odier a été fondée en 1796 à Genève où se trouve le siège principal. La banque est dirigée par ses Associés qui représentent jusqu’à la septième génération de banquiers à la tête de l’entreprise. Ils sont à la fois propriétaires et gérants, impliqués aussi bien dans la stratégie et la gestion de l’entreprise que dans le service à la clientèle.

En avril 2016, Le Temps rapporte que la famille Lombard rompt avec la banque, qui a pris formellement le nom « Compagnie Odier SCA » en mars, en raison de désaccords internes, notamment relatifs à l'entrée du fils de Thierry Lombard, Alexis Lombard, dans le collège des associés[7].

Ennuis judiciaires[modifier | modifier le code]

En janvier 2016, la banque doit payer 99,8 millions de dollars au Département de la Justice des États-Unis pour éviter toute poursuite pénale après avoir entre autres, selon la justice américaine, abrité des comptes non déclarés au fisc américain (évasion fiscale) et avoir clôturé douze comptes au moyen de fausses donations[8].

En décembre 2016, le Ministère public de la Confédération ouvre une enquête pénale concernant notamment l'établissement bancaire en raison de soupçons de blanchiment d'argent dans l'entourage de la fille de l'ancien président ouzbek, Gulnora Karimova, contre lequel la banque n'aurait pas pris « toutes les mesures d'organisation raisonnables et nécessaires », comme l'y oblige le code pénal suisse. La banque indique toutefois avoir signalé les faits aux autorités[9].

Activités[modifier | modifier le code]

Le groupe est organisé autour de trois domaines d’activité avec des actifs totaux de la clientèle de 223 milliards de francs suisses[10].

Clients privés[3]

Lombard Odier propose à ses clients privés une gamme de solutions patrimoniales telles que la gestion de portefeuille sur mandat discrétionnaire ou de conseil, la planification successorale, le reporting fiscal ou les services de dépôt.

Unité d’asset management[11]

À travers sa branche LOIM (Lombard Odier Investment Managers), Lombard Odier propose à ses clients l’allocation d’actifs basée sur le risque, les placements thématiques en actions, les obligations convertibles ainsi que les stratégies de rendements absolus[12].

Services technologiques et bancaires

Lombard Odier met sa propre infrastructure informatique et opérationnelle, ainsi que des services de global custody et de reporting, à disposition des clients de services bancaires et technologiques.

Philanthropie[modifier | modifier le code]

Créée en 2004, la fondation Lombard Odier gère les projets philanthropiques des Associées de la banque. La fondation donne chaque année entre 1 et 1,5 million de francs pour financer des projets en partenariat avec le CICR, l'EPFL, WWF international ou encore Swissnex[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Rochat
  2. Lombard Odier Posts Profit in First Report Since 1796
  3. a et b « Banque Lombard Odier & Cie SA »
  4. « Dates-clés », sur Lombard Odier
  5. « Lombard Odier Darier Hentsch & Cie », Private Banking,‎ (lire en ligne)
  6. « Geneva bank eyes new era in Bahamas », The Bahamas Investor,‎ (lire en ligne)
  7. Sébastien Dubas, Alexis Favre, « Chez les banquiers Lombard et Odier: une rupture inédite », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  8. Adrià Budry Carbó, « Lombard Odier versera la deuxième plus lourde amende aux autorités américaines », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  9. « Lombard Odier dans le viseur de la justice », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne)
  10. « Le Groupe Lombard Odier publie ses résultats pour l'exercice 2016. »
  11. « Le Groupe Lombard Odier publie ses résultats pour le 1er semestre 2016 »
  12. « Lombard Odier to Target U.S. Pensions for Hedge Funds »
  13. « Pour Lombard Odier, la philanthropie n’est pas un outil marketing », Le Temps,‎ (lire en ligne)