Groupe Pictet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Groupe Pictet
logo de Groupe Pictet

Création [1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs Jacques-Henry Mallet (d)[1] et Jacob-Michel-François de Candolle (d)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société en commandite par actions (d)[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Route des Acacias 60
GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Drapeau de Suisse Suisse
Activité Secteur financierVoir et modifier les données sur Wikidata
Produits Gestion de fortune pour clients privés, gestion institutionnelle et fonds d'investissement, asset services
Effectif 4 358 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.group.pictetVoir et modifier les données sur Wikidata

Actifs sous gestion en diminution CHF 496 milliards (2018)[3]
Résultat net en augmentation CHF 596 millions[3]

Le Groupe Pictet est un groupe bancaire spécialisé dans la gestion de fortune et d'actifs. Fondée à Genève en 1805, la Banque Pictet est devenue l'une des plus importantes banques de gestion de fortune de Suisse[4],[5],[6] et compte parmi les principaux acteurs indépendants de la gestion d'actifs en Europe[7],[8],[9],[10].

Depuis sa création comme Banque De Candolle, Mallet & Cie, l'établissement a toujours été dirigé par des associés : œuvrant en moyenne 21 ans au sein du collège, ces derniers n'ont été que 43 en plus de 200 ans[11],[12]. Elle prend son nom actuel dans les années 1920, et si la holding faîtière du Groupe revêt depuis 2014 la forme juridique d'une société en commandite par actions, son activité bancaire est assurée par des filiales ayant pris le statut de sociétés anonymes, lui faisant perdre de facto son statut suisse de banque privée. Ses huit associés, à la fois propriétaires et gérants, restent chargés de l'ensemble des activités, dont la croissance a été réalisée depuis le début sans procéder à des acquisitions ou fusions ni faire appel aux marchés.

Présent sur 27 places financières à travers le monde, le groupe possède des banques à Genève, Luxembourg, Nassau, Hong Kong et Singapour, et emploie près de 4 300 collaborateurs, dont 900 spécialistes de l'investissement[13]. Dotée d'un ratio de fonds propres largement supérieur aux exigences réglementaires suisses[3], Pictet ne propose pas de services de banque d'affaires et n'octroie pas de crédits commerciaux.

La banque a par ailleurs donné son nom au prix Pictet.

Histoire[modifier | modifier le code]

La scripte (écriture) de société de la Banque De Candolle Mallet & Cie (1805)

Naissance de la banque De Candolle Mallet & Cie en 1805[modifier | modifier le code]

L'histoire de Pictet commence alors que le contexte économique est influencé par la révolution française, qui prend fin avec le coup d'État du 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799) de Napoléon Bonaparte. Historiquement par ailleurs les banques privées suisses[14] sont très présentes dans le financement des États étrangers dès le XVIe siècle[15] avec à Genève des banquiers issus de familles patriciennes autrefois parfois spécialisées dans le négoce international [16],[17],[18],[19],[20],[21],[22] comme les

« d'Aubert, Boissier, Fatio, Lullin, Mallet, Rigot, Rilliet, De la Rue, Sellon et Thellusson à Genève » [23].

Jacob-Michel-François de Candolle et Jacques-Henry Mallet, deux jeunes banquiers de moins de trente ans signent avec trois commanditaires[24] une «scripte de société» pour fonder une société de personnes[25] le 23 juillet 1805 et fondent la Banque De Candolle, Mallet & Cie à Genève. La date officielle mentionnée sur les registres est le 5 thermidor an XIII». Il convient de ne pas confondre les banquiers privés et les banques privées. En Suisse, le terme « banquier privé » répond à une définition stricte mentionnée dans la Loi fédérale sur les banques : il s'agit des banques qui revêtent la forme juridique de la raison individuelle, de la société en nom collectif, en commandite ou en commandite par actions. Le statut particulier conféré aux banquiers privés se justifie par la présence dans leurs rangs d'un ou de plusieurs associés indéfiniment responsables des engagements de la banque. Ce statut est l'une de leurs caractéristiques essentielles.

La banque démarre ses activités comme la majeure partie des banques genevoises à cette époque dans le commerce de marchandises, avant de se tourner rapidement vers le conseil, afin d'assister ses clients dans leurs affaires et les conseiller dans la gestion de leur patrimoine.

Banque De Candolle Turrettini & Cie en 1807[modifier | modifier le code]

La banque change de raison sociale plusieurs fois au cours de son histoire car en tant que société de personne sa raison sociale doit comporter au moins un des noms de ses associés. Lorsque Jacques-Henry Mallet meurt, Jacob-Michel-François de Candolle choisit Charles Turrettini-Necker comme associé, et la banque prend le nom De Candolle Turrettini & Cie en 1807[26]. La banque mène ses activités de prime abord dans le commerce de marchandises, mais se spécialise rapidement dans le conseil en placement et opération de change pour aider ses clients dans la gestion de leur patrimoine et de leurs affaires.

En 1815 le canton de Genève entre dans la Confédération suisse et Napoléon Bonaparte abdique le 22 juin 1815, et en France débute la période de la restauration. Débute alors une période de croissance économique relative pour le canton, soutenue en partie par le secteur de l'horlogerie. Cette période coïncide à Genève avec la révolution industrielle[26] menée grâce aux innovations dans les transports ferroviaires et la mécanisation dans l'industrie textile[27]. Les banques privées genevoises se spécialisent dès cette époque dans les activités de services (avec une exception pour le secteur de l'horlogerie), alors que leurs homologues outre Sarine investissent dans le ferroviaire et le textile[14].

Dès les années 1830, l'établissement détient pour le compte de sa clientèle une gamme de titres assurant une diversification des risques[28],[29].

Banque Turrettini, Pictet & Cie en 1841[modifier | modifier le code]

Lorsque Jacob-Michel-François de Candolle décède, en 1841, c'est Edouard Pictet, le neveu de sa femme, qui lui succède. Le nom Pictet ne cessera dès lors de figurer dans la raison sociale de la banque[30], devenant en 1848 Edouard Pictet & Cie jusqu'en 1878[26].

Dans les années 1850, Genève est la première place financière du pays et la plus grande ville de Suisse avec 31 000 habitants. alors que Zurich en compte 17 000, Bâle 27 000 et Berne 28 000. La première bourse de valeur est créée à Genève en 1857[14].

Ernest Pictet & Cie en 1878[modifier | modifier le code]

À la mort en 1878 d'Edouard Pictet, son associé depuis 1855 Ernest Pictet devient directeur, changeant à nouveau la raison en Ernest Pictet & Cie[26]. Le fils unique d'Edouard Pictet, Emile Pictet (1845-1909) reste dans une position subalterne.

Dans un contexte économique favorable, la Banque Pictet connaît des années de forte croissance à partir de 1890 et, en l'espace de 30 ans, voit ses effectifs passer de 12 à plus de 80 collaborateurs[31],

Banque Guillaume Pictet & Cie en 1909[modifier | modifier le code]

Guillaume Pictet (1860-1926)[32] le fils d'Ernest Pictet, est associé depuis 1889 et devient directeur en 1909 et la raison sociale change alors en Guillaume Pictet & Cie.

Il orchestre un développement important de la banque, en favorisant les placements à l'étranger, notamment aux États-Unis et en Amérique Latine. Ainsi trois emprunts fédéraux de 70 millions de dollars sont-ils négociés aux États-Unis entre 1915 et 1920.

Banque Pictet & Cie en 1926[modifier | modifier le code]

Quand meurt Guillaume Pictet en 1926, son fils Aymon (1866-1928) prend sa succession à la tête de la banque[26]. L'établissement prend définitivement la raison sociale de Pictet & Cie[31]. En 1928, Aymon meurt à son tour à l'âge de 42 ans, et son cousin Albert Pictet prend la direction. Pictet a désormais une dimension internationale.

Après une période de relative stagnation marquée par la Dépression des années 1930 et la Deuxième Guerre mondiale, Pictet entame son expansion dans les années 1950, au moment où le monde occidental entre dans une longue phase de prospérité et de développement économique. Le banquier Albert Pictet toutefois est considéré comme une personnalité emblématique des relations franco-suisses pendant et après la deuxième guerre mondiale[33]. À la fin des années 1960, la banque ajoute à ses activités la gestion institutionnelle, laquelle prend une ampleur croissante pour représenter actuellement près de la moitié des actifs sous gestion[34]. C'est en 1974 que Pictet ouvre à Montréal son tout premier bureau à l'étranger[31]. Au nombre de 70 en 1950, ses collaborateurs atteignent les 300 en 1980[35].

Se consacrant à la gestion patrimoniale depuis l'origine, la taille de ses activités lui vaut de se classer au troisième rang des gérants d'actifs de Suisse et de faire partie des plus importantes banques privées d'Europe[36]. Pictet fête ses 200 ans d'activité en 2005, et intègre peu après les rangs des Hénokiens, association d'entreprises familiales et bicentenaires. En 2006, le Groupe inaugure son nouveau siège dans le quartier des Acacias en plein développement, toujours à Genève[37],[38].

Organisation[modifier | modifier le code]

Depuis sa création comme Banque De Candolle, Mallet & Cie, l'établissement a toujours été dirigé par des associés : œuvrant en moyenne 21 ans au sein du collège, ces derniers n'ont été que 43 en plus de 200 ans[39]. Les règles de la société en commandite empêchent une transmission directe du pouvoir de père en fils, le statut d'associé commandité présentant en effet un caractère personnel. Cette transmission se fait dès lors d'une manière fractionnée, tous les cinq ou dix ans, censée permettre que trois générations soient représentées en permanence au sein du collège[40]. La holding compte huit associés gérants au 1er mai 2019[12],[41],[42].

En 2014, le groupe Pictet, qui revêtait jusqu'alors la forme d'une société en commandite simple, modifie sa structure juridique en constituant une société en commandite par actions, Pictet & Cie Group SCA[41], qui assure la direction du groupe, tandis que les filiales assurant l'activité bancaire deviennent des sociétés anonymes, la mise en conformité de ces dernières aux pratiques internationales[43] leur faisant perdre leur statut de banque privée à responsabilité illimitée[44],[45]. Ce changement est censé permettre aux associés gérants de la holding de tête de préserver les modalités de succession à la direction de celle-ci[46],[47].

Chaque associé se voit confier la responsabilité d'un domaine d'activité particulier ou de fonctions centrales comme les ressources humaines, le contrôle des risques ou les affaires juridiques. Des comités de petite taille supervisent les différentes activités du Groupe, de sorte qu'aucun associé n'assume seul la responsabilité d'une ligne de métier. L'associé senior, qui est l'associé le plus ancien au moment de sa désignation, dirige les départements liés aux domaines suivants : RH, audit, gestion des risques et compliance[36].

Structure[modifier | modifier le code]

Gestion de fortune[modifier | modifier le code]

Présent sur 21 places financières à travers le monde, Pictet Wealth Management offre des services de gestion de fortune à des particuliers très fortunés ainsi que des services de family office pour des familles à la tête d'un patrimoine très important[48],[49]. Ses prestations comprennent la gestion d'actifs, le conseil en matière de stratégie d'investissement et d'allocation d'actifs, la conservation d'actifs, le suivi de portefeuilles, auxquels s'ajoutent des services d'exécution sur les marchés internationaux. L'hebdomadaire allemand Der Spiegel l'accuse en juillet 2012 de pratiquer une optimisation fiscale « agressive »[50].

Au 31 décembre 2018, Pictet Wealth Management gérait CHF 210 milliards d'actifs et comptait 882 collaborateurs (équivalents plein temps), dont 310 gérants[3]. Pictet Alternative Advisors SA, filiale du groupe Pictet spécialisée dans les hedge funds, les fonds de private equity et les fonds immobiliers, emploie pour sa part des gérants externes pour construire des portefeuilles d'investissements alternatifs. Pictet North America Advisors, une filiale d'offshore déclarée auprès de la SEC américaine et ouverte en 2006, gérait pour sa part environ 4.2 milliards d'actifs en 2014 [51].

Gestion d’actifs institutionnels[modifier | modifier le code]

Présent sur 17 sites à travers le monde, Pictet Asset Management se consacre à la gestion d'actifs pour des investisseurs institutionnels et des fonds de placement, parmi lesquels figurent d'importants établissements financiers, fonds de pension et fonds souverains. L'entité gère également les actifs d'investisseurs individuels par le biais d'un large éventail de mandats de gestion, de produits financiers et de services. Elle propose à ses clients des solutions de gestion active ou quantitative comprenant des portefeuilles d'actions et d'obligations, ainsi que des stratégies multiactifs et alternatives.

Au 31 décembre 2018, Pictet Asset Management gérait 171 milliards de francs d'actifs et comptait environ 917 collaborateurs, dont 381 spécialistes de l'investissement[3].

Asset Services[modifier | modifier le code]

Disposant de dix centres opérationnels connectés à une plate-forme bancaire centralisée, Pictet Asset Services propose à des gérants d'actifs, à des fonds de pension et à des établissements bancaires un éventail de services comprenant des services de création, administration et gouvernance liés aux fonds de placement et destinés à des investisseurs privés ou institutionnels, ainsi qu'à des gérants indépendants. L'entité fournit également des services de banque dépositaire dans plus de 80 pays et, via Pictet Global Markets, des services d'exécution en temps réel pour les principales classes d'actifs.

Au 31 décembre 2018, Pictet Asset Services totalisait CHF 448 milliards d'actifs en dépôt et comptait un peu plus de 1 500 collaborateurs[3].

Caritatif[modifier | modifier le code]

Prix Pictet[modifier | modifier le code]

En 2008, Pictet a donné son nom au premier prix international de photographie consacré au développement durable. Lors de chaque édition du prix Pictet, les concurrents soumettent, sur proposition de spécialistes des arts visuels, une série de photographies en lien avec un thème particulier, comme l'eau (1re édition)[52] ou l'Espace (2017)[53]. Le lauréat est désigné par un jury indépendant conduit par Sir David King. Koffi Annan fut le président du Prix Pictet depuis sa création en 2008 jusqu'à son décès en 2018[52],[54].

Fondation des œuvres de bienfaisance du Groupe Pictet[modifier | modifier le code]

La fondation crée en 2009 soutient des œuvres caritatives genevoises, suisses et étrangères dans la recherche médicale (cancer, le diabète, la sclérose en plaques et le VIH), la culture (théâtre et musique), l'éducation, le social, l'histoire genevoise et suisse, la religion et la jeunesse défavorisé. Elle est par ailleurs membre de la Swiss Foundation[55].

Fondation Pictet pour le développement[modifier | modifier le code]

En 2009, Ivan Pictet lance la Fondation Pictet pour le développement[56], dotée d'un capital de 25 millions de francs suisses[57], dans le but de favoriser des financements privés de projets de développement durable. Au sein d'un partenariat avec l'IHEID, la fondation vise à financer trois chaires professorales afin d'initier la recherche fondamentale et appliquée dans le cadre d'un centre de formation continue destiné aux cadres des secteurs privés et publics devant faire face à des choix stratégiques dans le domaine de la finance et du développement durable.

Affaires[modifier | modifier le code]

Affaire Brian Callahan[modifier | modifier le code]

De 2010 à 2012, Brian Callahan était un gérant indépendant externe utilisant les services de plusieurs banques dépositaires, dont ceux de Pictet & Cie SA. Callahan détourne les fonds de plusieurs de ses clients, auxquels il a fait signer des contrats de souscription à en-tête de Pictet Overseas, une filiale canadienne de la banque Pictet et Cie sur laquelle les fonds étaient initialement déposés, pour un montant avoisinant 100 millions de dollars, en les faisant transiter par des fonds offshore. L'enquête révèle que le gestionnaire de fonds était sous interdit d'exercer, et les membres de sa clientèle intentent alors une action contre Pictet, qui refuse d'endosser la responsabilité des actes de ce qu'elle considère comme un gestionnaire externe[58]. Pictet Overseas refuse en 2013 une demande d'arbitrage auprès de la FINRA (Financial Industry Regulatory Authority), en faisant valoir que les clients lésés ne sont pas ses clients en l'absence de relation contractuelle, notamment de passation d'ordres, et les fonds ayant été déposés sur le compte de la banque suisse du groupe Pictet[59]. L'un des clients se retourne alors contre les associés de la banque à titre personnel, et la Cour de Floride demande à Pictet de lui communiquer des documents sur ses relations avec Brian Callahan via la procédure d'entraide judiciaire internationale. L'ambassadeur de Suisse aux États-Unis intervient pour que la demande soit retirée, évoquant « une violation de la souveraineté » de la Suisse[60]. En mai 2015, le tribunal civil de première instance de Genève refuse le principe de l'entraide judiciaire, jugeant que la demande n'est « pas assez précise ». La banque Pictet se défend de toute responsabilité dans l'affaire[61].

Évasion fiscale[modifier | modifier le code]

Différend fiscal entre les États-Unis et la Suisse[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du différend global opposant les États-Unis et les banques suisses, Pictet fait partie des 14 sociétés ayant fait l'objet d'enquêtes pénales pour soupçons d’assistance à l’évasion fiscale et déclare, en novembre 2012, faire l'objet d'une demande de renseignements de nature générale par le département de la Justice des États-Unis[62]. Contrairement à ses consœurs, la banque ne passe dans ses comptes 2015 aucune provision, indiquant n'avoir « aucune indication sur une éventuelle amende dans le cadre des discussions en cours » et fait valoir qu'en tout état de cause, ses fonds propres lui « assurent une solide assise financière »[63].

Différend entre la France et la Suisse[modifier | modifier le code]

En 2013 les locaux de la banque Pictet sont surveillés par l'administration française dans le cadre de la recherche des personnes françaises disposant de comptes bancaires en Suisse non déclarés à l'administration fiscale française[64]. En 2015, dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d'argent, la Finma adresse un courrier à plusieurs banques genevoises, dont le groupe Pictet, leur demandant de donner des informations sur les comptes détenus ainsi que leurs détenteurs. Ceci dans le cadre du futur droit bancaire entrant en vigueur en 2018 qui comprend l'échanges de données entre la France et la Suisse[65],[66].

Différend entre la Suisse et l'Allemagne[modifier | modifier le code]

En 2012 le magazine Der Spiegel affirme que la banque utilise une faille juridique pour pratiquer une évasion fiscale afin de permettre aux contribuables allemands, par l'achat de Gold Bonds, de se soustraire au paiement de l'impôt[67],[50],[68],[69].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « http://www.pictet.com/content/dam/pictet_documents/pdf_documents/publications/public_annual_report_2014_en.pdf »
  2. « https://www.group.pictet/media/484/download » (consulté le 21 octobre 2018)
  3. a b c d e et f « Rapport annuel 2018 », Pictet, (consulté le 13 mai 2019)
  4. Yves Hulmann, « Les gérants de fortune augmentent en taille, sans être toutefois plus rentables », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  5. « Le franc fort décime les actifs des grandes banques », La Tribune de Genève,‎ (lire en ligne)
  6. « Top 10 des acteurs suisses et mondiaux de la gestion d'actifs », Le Temps (quotidien suisse),‎ (lire en ligne)
  7. « Global Private Banking Awards 2014 - Best Private Bank in Switzerland », sur Professional Wealth Management, The Financial Times,
  8. « Global Private Banking Awards 2013 - Best Private Bank in Europe », sur privatebankingawards.com, The Financial Times,
  9. « Global Private Banking Awards 2012 - Best Private Bank in Europe », sur privatebankingawards.com, The Financial Times,
  10. « Global Private Banking Awards 2009 - Best Private Bank in Europe », sur privatebankingawards.com, The Financial Times,
  11. Association des banquiers privés suisses, « Banque Pictet & Cie SA » (consulté le 9 novembre 2015)
  12. a et b « Boris Collardi, une ascension-éclair dans le monde de la finance », Bilan,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juin 2018)
  13. Retrospective annuelle 2017, Groupe Pictet, (lire en ligne)
  14. a b et c Marian Stepczynski, « Six siècles d'activités bancaires à Genève », sur www.letempsarchives.ch, (consulté le 19 mai 2017), pages 10-11
  15. Louis H. Mottet, Les grandes heures des banquiers suisses, Neuchâtel-Paris, Delachaux & Niestlé S.A.,
  16. Jean de Senarclens, « Aubert (GE) », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 19 mai 2017)
  17. Gabriel Mützenberg, « Boissier », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 19 mai 2017)
  18. Olivier Fatio, « Fatio [Fazio] », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 19 mai 2017)
  19. Daniela Vaj / DW, « Lullin (de Châteauvieux) », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 19 mai 2017)
  20. Jean de Senarclens, « Mallet », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 19 mai 2017)
  21. Liliane Mottu-Weber, « Rilliet », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 19 mai 2017)
  22. Lucien Boissonnas, « Sellon [de] », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 19 mai 2017)
  23. « Banques », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 19 mai 2017)
  24. Jean-Louis Mallet, frère de Jacques-Henry, Paul Martin et Jean-Louis Falquet.
  25. "Pictet & Cie", 1805-1955, Atar, Genève, 1955.
  26. a b c d et e « Pictet & Cie, deux siècles à travers les tempêtes », sur Bilan (consulté le 21 mai 2016)
  27. Béatrice Veyrassat, « Industrialisation », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 19 mai 2017)
  28. Youssef Cassis, Les Capitales du Capital : histoire des places financières internationales, 1780-2005, Genève, Slatkine, (ISBN 9782745317049), p. 48
  29. Louis H. Mottet, Regards sur l'histoire des banques et banquiers genevois, Genève, Tribune éditions, (ISBN 978-2829700231), « Banques et banquiers genevois dans la première moitié du XIXe siècle », p. 139-155
  30. « Les maisons de banque privées de Genève », Journal de Genève,‎ (lire en ligne)
  31. a b et c Stéphane Benoit-Godet et Myrek Zaki, « Pictet, deux siècles de vision », Bilan, (consulté le 10 août 2015)
  32. Jean de Senarclens, « Pictet, Guillaume », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 19 mai 2017)
  33. « Commission Indépendante d?Experts Suisse - Seconde Guerre Mondiale CIE », sur www.uek.ch (consulté le 21 mai 2016)
  34. "200 ans d'Histoire: une banque et les hommes qui l'ont bâtie, Atar, Genève, 2005.
  35. "Pictet & Cie, Genève : 1805-1980", Genève, Atar, 1980.
  36. a et b (de) Markus Städeli, « Eckpunkte einer langen Firmengeschichte » [« Les moments clés d'une longue histoire »], NZZ, Zurich,‎ (lire en ligne)
  37. « Eco-Building a imaginé le solaire de Pictet », Bilan, (consulté le 10 août 2015)
  38. Jacques Lucan, « “Mon béton est plus beau que la pierre”. Siège de la Banque Pictet & Cie à Genève. Andrea Bassi / Bassi-Carella architectes. », Faces, no 65,‎ , p. 58-63
  39. « Boris Collardi, une ascension-éclair dans le monde de la finance », Bilan,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juin 2018)
  40. Markus Städeli, « Grösste Privatbank Europas », Neue Zürcher Zeitung,‎ (lire en ligne)
  41. a et b « Registre du Commerce du Canton de Genève » (consulté le 13 avril 2016)
  42. Sébastien Ruche, « Renaud de Planta devient associé senior de Pictet », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 13 mai 2019)
  43. Pierre-Alexandre Sallier, « Schisme chez les banquiers privés », Le Temps, Genève,‎ (lire en ligne)
  44. « Pictet et Lombard Odier tournent le dos à deux cents ans d’histoire », Le Temps, Genève,‎ (lire en ligne)
  45. Jérôme Porier, « Après plus de 200 ans d’existence, deux banques suisses font leur révolution », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  46. « Message des associés » (consulté le 11 avril 2016)
  47. Markus Städeli, « «Früher war die Bankenwelt liberaler» », Neue Zürcher Zeitung,‎ (lire en ligne)
  48. « Du sur-mesure en banque privée », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  49. (de) « Schweizer Banken konkurrieren um Asiens Millionäre », Handelsblatt,‎ (lire en ligne)
  50. a et b (de) « Schweizer Privatbank verkauft deutschen Steuermillionären fragwürdige Gold-Bonds », (consulté le 31 juillet 2015)
  51. Michael Ferber et Ermes Gallarotti, « «Früher war die Bankenwelt liberaler» », Neue Zürcher Zeitung,‎ (lire en ligne)
  52. a et b (en-GB) Benjamin Secher, « The inaugural Prix Pictet: Kofi Annan and the elemental power of the image », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le 5 juin 2018)
  53. (en) Sean O'Hagan, « Prix Pictet 2017: Richard Mosse wins prize with heat-map shots of refugees », sur the Guardian, (consulté le 5 juin 2018)
  54. « Prix Pictet », The Financial Times, (consulté le 31 juillet 2015)
  55. « Fondation de bienfaisance du groupe Pictet | SwissFoundations », sur www.swissfoundations.ch (consulté le 21 mai 2016)
  56. « La Fondation Pictet pour le développement lance un centre "Finance et Développement" avec l’IHEID | UIPF - Union des intérêts de la place financière lémanique », sur www.uipf.ch (consulté le 21 mai 2016)
  57. « Partenariat avec la fondation Pictet pour le développement », sur Graduate Institute (consulté le 21 mai 2016)
  58. François Pilet, « Gérant pour Pictet, Brian Callahan a siphonné les millions de ses clients », Le Matin, 13 mai 2014, version en ligne
  59. (en)Linda Chiem, Brokerage Seeks To Block $100M FINRA Arbitration Attempt, sur law360.com, 24 octobre 2013
  60. François Pilet, Quand l’ambassadeur volait au secours des associés de Pictet, L'Hebdo, 9 avril 2015
  61. Pictet & Cie échappe à une requête de la justice américaine, Le Temps, 19 juin 2015.
  62. (en) « Pictet Targeted in Widening U.S. Probe of Swiss Wealth Managers », sur Bloomberg (consulté le 31 juillet 2015)
  63. États-Unis : Pictet & Cie attend une réponse, La Tribune de Genève, 13 janvier 2016
  64. « Des douaniers français surveillaient la banque Pictet », Le Matin,‎ (ISSN 1018-3736, lire en ligne, consulté le 18 mai 2017)
  65. « Evasion fiscale : la Suisse met la pression sur les clients français de ses banques », sur lesechos.fr, (consulté le 18 mai 2017)
  66. source AFP, « Les banques sommées de balancer les fraudeurs », 20 Minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mai 2017)
  67. Marc-Henri Jobin, « Pictet accusé en Allemagne de favoriser l'évasion fiscale », tdg.ch/,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mai 2017)
  68. SPIEGEL ONLINE, Hamburg Germany, « Tax Loopholes: How Swiss Bank Pictet Attracts German Millionaires - SPIEGEL ONLINE - International », sur SPIEGEL ONLINE (consulté le 18 mai 2017)
  69. (de) Christoph Pauly, « Presseschau: Lückenhafte Schwarze Geldwäscheliste (SPIEGEL) - DIE LINKE. Europa - », Der Spiegel,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mai 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]