Les Hénokiens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Hénokiens

Cadre
But Regroupement des entreprises familiales de plus de 200 ans
Zone d’influence Monde
Fondation
Fondation 1981
Identité
Siège Neuilly-sur-Seine
Membres 44
Site web www.henokiens.com

Les Hénokiens sont les membres de l’Association d'entreprises familiales et bicentenaires, ou Club des Hénokiens, ou Association des Hénokiens, une association qui regroupe, sans but commercial, industriel ou financier, des entreprises de tous les continents dont la particularité est d'être en activité et d'être restées des entreprises familiales depuis 200 ans ou plus[1],[2].

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom fait référence à Enoch, ou Hénoch, patriarche de la Bible, fils de Yared et père de Mathusalem. Il aurait vécu jusqu'à l'âge de 365 ans puis fut élevé dans les cieux[2],[3]. Il n'a rien à voir avec le système hénokéen.

Création[modifier | modifier le code]

L'idée est née en 1981 à l'initiative de Gérard Glotin, président-directeur général de la société de spiritueux Marie Brizard et lui-même descendant de la créatrice, en 1755, de la première anisette. Il recherche alors, à travers le monde, les entreprises qui vont répondre aux critères fixés pour faire partie du club.

Organisation[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

L'association a pour but l'entraide morale, culturelle et philosophique de ses membres autour de la valeur du concept d'entreprise familiale, alternative aux multinationales, tout en promouvant le dynamisme et la modernité.

Chaque année, les membres se retrouvent dans une ville d'un pays différent. La première assemblée générale de l'association a eu lieu à Bordeaux en 1981.

Critères pour être membre[modifier | modifier le code]

Pour être membre de l'association, une entreprise doit répondre aux critères suivants :

  • avoir une ancienneté d'au moins 200 ans ;
  • avoir été détenue toujours à plus de 50 % par les descendants du fondateur ;
  • être dirigée par un des descendants du fondateur ou avoir un des descendants du fondateur comme membre de son conseil d'administration ;
  • être en activité avec un bilan financier sain ;
  • être parrainée par un autre membre de l'association ;
  • verser une cotisation, qui est proportionnelle à son chiffre d'affaires.

Le secteur d'activité est sans importance.

Composition[modifier | modifier le code]

En 2007, il y avait 40 membres, 15 italiens, 11 français, 4 allemands, 4 japonais, 2 hollandais, 2 suisses, 1 belge et 1 nord-irlandais. En 2008, ils étaient 39[4].

En 2017, ils sont 47[1] :

Les Hénokiens
Nom Nationalité Date de création Métiers
Akafuku Japon 1707 Pâtisserie japonaise
Amarelli Italie 1731 Réglisse
Augustea Italie 1629 Transport maritime
Banque Hottinguer France 1786 Banque privée/Banque d’affaires
Barovier&Toso Italie 1295 Verrerie artistique
Beretta Italie 1526 Fabrication d'armes
Cartiera Mantovana Italie 1615 Papetier
C. Hoare & Co Grande Bretagne 1672 Banque privée
Colbachini & Figli Italie 1745 Fonte de cloches
Confetti Mario Pelino Italie 1783 Fabrication de dragées
De Kuyper Royal Distillers Pays-Bas 1695 Distillateur liquoriste
Catherineau France 1750 Aménagements intérieurs de luxe
H. Beligné & Fils France 1610 Coutellerie
D'Ieteren Belgique 1805 Importation d'automobiles
Descours & Cabaud France 1786 Fourniture pour industrie et bâtiment
Ditta Bortolo Nardini Italie 1779 Distillateur
Éditions Henry Lemoine France 1772 Éditions musicales
Établissements Peugeot Frères France 1810 Automobiles
Fratelli Piacenza Italie 1733 Lainiers
Friedr. Schwarze Allemagne 1664 Spiritueux et liqueurs
Gebr. Scholler-Anker Allemagne 1733 Revêtements de sol
Gekkeikan Sake Company Japon 1637 Production de saké
Guerrieri Rizzardi Italie 1678 Viticulteur
Giobatta & Piero Garbellotto Italie 1775 Fabrication de tonneaux
Hoshi Japon 718 Auberge traditionnelle[5]
Hugel & Fils France 1639 Viticulteur
Jean Roze France 1756 Fabricant de soieries
J.D.Neuhaus Allemagne 1745 Palans et ponts roulants
Lanificio G.B. Conte Italie 1757 Production de textile
Les Fils Dreyfus & Cie Suisse 1813 Banque privée
Lombard Odier Darier Hentsch & Cie Suisse 1796 Banque privée
Louis Latour France 1797 Viticulteur
Mellerio dits Meller France 1613 Joaillerie
Möller Group Allemagne 1730 Composants et ensemble d’intérieur d’automobile
Monzino Italie 1750 Instruments de musique et éditions musicales
Okaya Estate &co Japon 1669 Gestion Immobilière
Piacenza Cashmere Italie 1733 Production de vêtements en laine
Banque Pictet & Cie SA Suisse 1805 Gestion de fortune privée, gestion d'actifs institutionnels, fonds de placement, asset services
Pollet SA Belgique 1788 Fabricant de produits d’entretien et de nettoyage
Revol porcelaine France 1789 Porcelaine culinaire
SFCO, ancienne Maison Gradis France 1685 Gestion de portefeuilles
Thiercelin France 1809 Produits naturels et végétaux
Toraya Japon XVIe siècle Pâtisserie japonaise
Van Eeghen Group Pays-Bas 1662 Complément alimentaires fonctionnels pour la santé
Viellard-Migeon et Cie France 1796 Hameçons, fixations et produits de soudure
Vitale Barberis Canonico Italie 1663 Tissus précieux pour la confection de vêtements

Départs[modifier | modifier le code]

  • Marie Brizard ayant été repris par un fonds d'investissement en 2000 n'en fait plus partie.
  • L'entreprise italienne Antinori (viticulteurs) s'est retirée.
  • L'héritier de Barovier&Toso vend 80 % des parts de son entreprise, aucun de ses enfants ne souhaitant la reprendre[6].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Les Hénokiens, selon le site officiel de l'association.
  2. a et b « Hénokiens, les entreprises de père en fils », sur franceinter.fr, (consulté le 16 janvier 2015).
  3. Mathusalem est, lui, connu pour avoir vécu, dit-on, plus de 700 ans.
  4. « Les 39 Hénokiens en détails », sur Le Journal du Net.
  5. Elle est considérée comme l'entreprise encore en activité la plus ancienne au monde.
  6. Richard Heuzé, « À 720 ans, Barovier de Venise passe la flamme », Le Figaro, encart « Économie », 29-30 août 2015, p. 27.