Conseiller en gestion de patrimoine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Conseiller en gestion de patrimoine
Appellation
Drapeau : France Conseiller en gestion de patrimoine
Drapeau : Suisse Gestionnaire de fortune
Secteur d'activité
Salaire
Drapeau de la France France : environ 2 500 euros brut
Drapeau de la Suisse Suisse : environ 6 000 francs suisse brut
Professions voisines
Codes
CITP
IDEO (France)
ROME (France)
C1205

Un conseiller en gestion de patrimoine, gestionnaire de patrimoine ou gestionnaire de fortune est un professionnel se spécialisant en conseil et gestion de patrimoine privé et qui intervient dans la gestion de patrimoine individuel ou familial (avec plus de 20 millions d'euros[1]), incluant le patrimoine fiduciaire ou d'entreprise. Ce rôle peut être décisionnel ou consultatif, selon l'entente de services professionnels. Il conseille ses clients fortunés sur leurs finances, en leur préconisant notamment de placer une partie de leur argent dans diverses opérations[2] donc; boursières (en actions), obligations, cash ou solution alternatives.

France[modifier | modifier le code]

L'appellation de conseiller en gestion de patrimoine désigne en France, une activité de conseil incluant a minima une habilitation réglementaire :

  • C.I.F. : conseiller en investissements financiers ;
  • O.R.I.A.S. : Organisme centralisateur qui délivre les autorisations pour les statuts CIF, IOBSP, courtier en assurances ;
  • I.O.B.S.P. : l'intermédiation en opérations de banque ;
  • la carte d'agent immobilier (Carte T, délivrée par la Préfecture)
  • la compétence juridique appropriée suivant les diplômes précis.


Si l'activité financière et bancaire des distributeurs est désormais clairement définie et réglementée, le terme de Conseiller en gestion de patrimoine n'a pas de définition juridique... alors que cela représente en France près de 4500 personnes. Le terme CGPI désignait les conseillers en gestion de patrimoine indépendants (des banques ou assureurs), c'est-à-dire les vrais indépendants. Depuis la directive MIF II de janvier 2018, les banques et CGP doivent désormais choisir un statut : indépendant ou non-indépendant, conditionnant la perception ou non des commissions et rétrocessions. Cette implication est forte car elle impact la performance des placements, la transparence des frais, la meilleure adéquation du risque, de la connaissance et de l'expérience des placements.

En revanche, chaque circuit de commercialisation, chaque nature juridique d'entreprise financière, peut receler des conseillers en gestion de patrimoine répondant correctement aux standards généralement reconnus.

Les professionnels indépendants de l'assurance (intermédiaire en opérations d'assurance, IAS), en investissements (les conseillers en investissements financiers, CIF, cités), de même, depuis 2013, que les intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement ou IOBSP, abordent, à bien des égards, les aspects patrimoniaux touchant aux clients privés et aux particuliers. A cet égard, il faut bien veiller à ce que le client se fasse de manière continue, professionnelle, désinsterréssé, et au profit exclusif des banques, qui ont trop tendance à orienter le conseil vers les produits qu'elles proposent.

Toutes ces professions, aux objets différents, présentent des traits réglementaires communs. En effet, les indépendants bancaires et financiers sont tous chargés de la vente des produits et des services bancaires, en fonction de leurs domaines de spécialisation. Leur émergence s'accompagne d'une réglementation spécifique, telle qu'elle est posée, depuis 2013, pour les courtiers en crédit, par exemple[3]. De fait, ils ont tous l'obligation d'être inscrits sur un registre national (ORIAS). Bien que regroupés sous un même terme, CGP, ils exercent souvent dans les différentes spécialités de l'épargne, du crédit, de la prévoyance ou même des moyens de paiement.

Le conseiller en gestion de patrimoine propose conseils patrimoniaux et des placements financiers (offrant une grande diversité de fonds de différentes) sociétés de gestion. Par exemple, certains contrats d'assurance-vie donnent accès à près de 500 fonds. La base du métier est d'être indépendant et de choisir les meilleures solutions où qu'elles soient, même si cette notion d'indépendance est devenue réglementée.

À la demande du client, il peut rédiger un bilan patrimonial qui fera le point sur sa situation patrimoniale, fiscale et successorale. Selon les objectifs retenus dans ces domaines, il préconisera différentes solutions permettant de les évaluer, de les atteindre et de les suivre.

Il existe différentes associations professionnelles qui s'investissent pour faire évoluer les différents statuts mentionnés (CNCGP (ex-CIP), la CNCIF, ANCGP, les Conseils en gestion de patrimoine certifiés, ANACOFI-CIF).

Québec (Canada)[modifier | modifier le code]

Au Québec, le métier de conseil dans ce domaine se nomme planificateur financier et Administrateur agréé (Adm.A.). Le modèle de pratique professionnelle des Adm.A. incluent aussi l'administration patrimoniale.

Suisse[modifier | modifier le code]

En Suisse, le métier se nomme gestionnaire de fortune ou gestionnaire de patrimoine. La fluidité des capitaux placés (compte titres essentiellement) permet à des acteurs bancaires de s'installer ayant acquis une solide expérience. La Suisse (et le Luxembourg) regroupe de nombreux acteurs de type family office.

Norme ISO 22222:2005[modifier | modifier le code]

Cette norme internationale, créée en 2005, promue en France par AFNOR Certification, certifie les structures dans leurs process, la formation, les compétences, la sécurité des informations, la méthode, l'approche globale...

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ooreka.fr, « Gestion de fortune : statut et rôle du gestionnaire - Ooreka », Ooreka.fr,‎ (lire en ligne)
  2. Plurigestion, « Nos solutions d'investissement pour gérer votre patrimoine - Plurigestion », Plurigestion,‎ , Gestion de fortune (lire en ligne)
  3. Anne Simonet, « Une approche didactique de la distribution bancaire », Agefi, 28 juin 2013.

Articles connexes[modifier | modifier le code]