Bureau de change

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les bureaux de change sont des intermédiaires financiers dont le métier principal est le change manuel, c'est-à-dire l'échange immédiat d'une devise contre une autre. Ce sont donc des commerçants négociant des billets de banque. En France, l'activité de change manuel relevait du monopole bancaire jusqu'en 1987.

Aujourd'hui, malgré la baisse d'activité induite par la mise en place de l'euro, il reste plusieurs centaines de bureaux de change en France, dont l'activité est contrôlée par la Banque de France (175 sociétés agréées pour le change manuel au 25/06/2011)

Qu'est ce qu'un bureau de change ?[modifier | modifier le code]

Les bureaux de change sont des commerçants qui achètent et qui vendent des devises, et pour beaucoup des pièces et lingots d'or. Certains proposent également d'autres produits, comme des cartes téléphoniques internationales, et parfois même des souvenirs. Ces bureaux sont soit des commerçants indépendants, soit des agences affiliées à des réseaux français ou anglo-saxons. Les bureaux de change de réseau sont généralement concentrés dans les gares, les aéroports et les endroits à haute fréquentation touristique, alors que les commerçants indépendants assurent une couverture géographique plus complète[1].

Réglementation[modifier | modifier le code]

Ces commerçants doivent procéder à un immatriculation au registre du commerce et des sociétés et déposer un dossier de demande d'agrément auprès de l'Autorité de Contrôle Prudentiel.

Ils sont soumis à des règles spécifiques : ils doivent clairement annoncer leurs tarifs et conditions de vente (taux ou cours de change, commission ou frais éventuels), tenir un registre où figurent chaque transaction, etc...

Bureaux de change et blanchiment[modifier | modifier le code]

Parce qu'ils sont le point de passage de sommes importantes en espèces, les bureaux de change sont tenus, comme les banques, les notaires, les assureurs, commissaires-priseurs, agents immobiliers, etc, à prendre des précautions afin de s'assurer qu'ils ne sont pas utilisés pour convertir de l'argent d'origine illicite. Pour répondre aux demandes de la Banque de France, les changeurs manuels -c'est leur appellation officielle- doivent s'assurer, en questionnant le client, de la nature de l'opération, de l'origine des fonds et de leur destination; de plus en plus les clients effectuant des opérations importantes ou fréquentes se verront demander des justificatifs -factures, relevés bancaires. Les sanctions pour les changeurs ne respectant pas ses dispositions peuvent aller jusqu'à l'interdiction d'exercer et de lourdes amendes, même si aucune opération de blanchiment n'a effectuée dans le bureau de change en question.

L'ordonnance 2009-104 citée ci-dessus transpose dans la loi française (précisément le Code Monétaire et Financier) la troisième directive européenne, et renforce de façon considérable les obligations des changeurs manuels (et de beaucoup d'autres professions).

L'offre de devises[modifier | modifier le code]

Les bureaux de change ont bien sûr été affectés par l'apparition de l'euro. Le chiffre d'affaires réalisé avec les monnaies nationales - mark allemand, peseta espagnole, lire italienne, franc belge, florin hollandais - a disparu.

Les bureaux de change ont donc élargi leurs transactions à de nombreuses devises dites "exotiques". Souvent la clientèle n'imagine pas pouvoir acheter des devises avant son voyage. Pour peu que l'on ne s'y prenne pas au dernier moment, c'est souvent possible. C'est vrai pour des destinations touristiques classiques, comme la Tunisie (dinar), l'Afrique (franc CFA), le Brésil (real), le Mexique (peso), la Thailande (baht), etc.. Mais aussi, dans une moindre mesure, pour de très nombreux pays.

Calcul des transactions[modifier | modifier le code]

Les bureaux de change sont des négociants: ils achètent une marchandise (les devises) à un prix pour les revendre à un autre, plus élevé, la différence constituant leur marge commerciale.

Les prix qui indiqués sur Internet à titre indicatfif, sur les sites spécialisés, correspondent à un cours indicatif pour de l'argent électronique, pour des montants très élevés. Ils vous donnent une idée de la tendance de la devise, mais vous ne pourrez pas changer vos devises à ce prix là.

Les sites de vente en ligne eux affichent directement leur prix réel pour la transaction, les simulations sont donc justes et le montant final à régler est ferme.

Un bureau de change achète ses devises à un grossiste (généralement la CPR Billets) ou a des confrères à un prix plus élevé que celui de la bourse. Ensuite, suivant la rareté de la devise, le bureau de change décide de son cours de vente et de son cours d'achat. C'est la différence de ces deux prix qui lui permet de faire des bénéfices.

Certains bureaux prennent en plus des commissions ou des frais fixes.

Bureau de change en ligne[modifier | modifier le code]

Un bureau de change en ligne doit répondre aux mêmes critères administratifs qu'un bureau de change "classique" (et la plupart on un ou plusieurs bureaux de change en ville) et permet l'achat, le paiement en ligne et livraison à domicile de devises étrangères depuis un site -généralement- sécurisé.

Description[modifier | modifier le code]

Le change de devises sur Internet permet au consommateur d'acheter des devises étrangères au moyen de sa carte bancaire (ou par virement bancaire ou mandat cash) sur un site sécurisé et de les recevoir à son domicile ou de les retirer en agence.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]