Le Bosc (Hérault)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Bosc
Le Bosc (Hérault)
Vue sur le village de Loiras.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Lodève
Intercommunalité Communauté de communes du Lodévois et Larzac
Maire
Mandat
Daniel Guibal
2020-2026
Code postal 34700
Code commune 34036
Démographie
Gentilé Boscois
Population
municipale
1 353 hab. (2018 en augmentation de 3,52 % par rapport à 2013)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 42′ 27″ nord, 3° 23′ 40″ est
Altitude Min. 56 m
Max. 432 m
Superficie 28,13 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Montpellier
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lodève
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Le Bosc
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Le Bosc
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Bosc
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Bosc

Le Bosc (en occitan Lo Bòsc) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

La commune regroupe, outre le village fortifié du Bosc, 11 villages ou hameaux : Salelles, Saint-Martin, Saint-Julien, Saint-Fréchoux, le Viala, Laulo, Loiras, Saint-Alban, Mas Lavayre, le Bosc et Cartels[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Bosc est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montpellier, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 161 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (48,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (46,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (35,5 %), cultures permanentes (32,1 %), zones agricoles hétérogènes (13,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (11,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,4 %), prairies (2,2 %), zones urbanisées (1,5 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

De nombreux sites préhistoriques ont été retrouvés par le Groupe archéologique lodévois. Un des plus grands dolmens de la région se trouve sur la commune.

Cette commune de piémont était sur le passage d’une voie romaine reliant Nîmes à Lodève. Elle est donc riche en vestiges gallo-romains dont l’un des plus importants du Ier siècle a été fouillé en 1967 par l’abbé Maistre et son équipe. Un important mobilier archéologique a ainsi été exhumé, dont plus de 400 récipients reconstituables. Une partie de ces objets est visible au musée de Lodève.

Au XVe siècle, c’est une branche des Guilhem, les Clermont-Négri, qui achète la seigneurie du Bosc. D’importants vestiges de fortifications sont encore visibles : l’enceinte, deux tours et une porte (XIIe siècle).

Entre 1790 et 1794, la commune absorbe les communes voisines de Saint-Frichoux, Saint-Alban et Le Bosc-d'Avoiras[8].
Celles-ci, au cours de la Révolution française, portèrent provisoirement des noms révolutionnaires :

  • Combe-de-Cergues pour Saint-Frichoux[9].
  • Ruberlac pour Saint-Alban[10].
  • Ruyernous pour Le Bosc-d'Avoiras[11].
Plan de l'école de garçons et de filles du hameau de Saint-Martin de 1876

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Daniel Guibal PRG[12] puis LREM  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2018, la commune comptait 1 353 habitants[Note 3], en augmentation de 3,52 % par rapport à 2013 (Hérault : +6,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
714749686764729770766761761
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
818819825776779715648656614
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
642749691665553640622586613
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
6346585876516797391 0461 0901 134
2013 2018 - - - - - - -
1 3071 353-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Un parc photovoltaïque de 16 hectares établi sur le territoire communal et celui de la commune voisine de Soumont doit voir le jour en et fournir 9,2 mégawatts-crête[16].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église du hameau de Saint-Fréchoux.

Plusieurs monuments sont inscrits à l'Inventaire général du patrimoine culturel :

  • Fortifications du Bosc (enceinte dont il reste des vestiges de courtine, d'une porte et deux tours pouvant dater du XIIe siècle)
  • Plusieurs fermes et maisons au village du Bosc ou aux hameaux de Saint-Julien, Saint-Martin, Loiras, Mas Lavayre ou Salelles
  • Église Saint-Pierre au hameau de Loiras
  • Église Saint-Vincent-de-Saragosse au hameau de Salelles
  • Église Saint-Martin et presbytère au hameau de Saint-Martin
  • Église Saint-Fructueux au hameau de Saint-Fréchoux
  • Plusieurs croix de chemin
  • Pont sur la Lergue du milieu du XVIIIe siècle
  • Dolmen au lieu-dit le Pigeonnier de Sallèles

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation des hameaux, publié sur le site de la mairie du Bosc (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 avril 2021)
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Saint-Frichoux sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS
  10. Saint-Alban sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS
  11. Le Bosc-d'Avoiras sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS
  12. Journal Radical 605, PRG, consulté le 22 avril 2014
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. Le parc photovoltaïque sur le site de la Communauté de communes du Lodévois et Larzac.