Le Bosc (Hérault)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Hérault
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Hérault.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Bosc.
Le Bosc
Vue sur le village de Loiras.
Vue sur le village de Loiras.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Lodève
Canton Lodève
Intercommunalité Communauté de communes Lodévois et Larzac
Maire
Mandat
Daniel Guibal
2014 – 2020
Code postal 34700
Code commune 34036
Démographie
Gentilé Boscois
Population
municipale
1 307 hab. (2013)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 42′ 27″ Nord, 3° 23′ 40″ Est
Altitude Min. 56 m – Max. 432 m
Superficie 28,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon

Voir sur la carte administrative du Languedoc-Roussillon
City locator 14.svg
Le Bosc

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Le Bosc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Bosc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Bosc

Le Bosc (en occitan Lo Bòsc) est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

La commune regroupe, outre le village fortifié du Bosc, 11 villages ou hameaux : Salelles, Saint-Martin, Saint-Julien, Saint-Fréchoux, le Viala, Laulo, Loiras, Saint-Alban, Mas Lavayre, Auberge-Crouzet et La Barraque-Cartels.

Histoire[modifier | modifier le code]

De nombreux sites préhistoriques ont été retrouvés par le Groupe archéologique lodévois. Un des plus grands dolmens de la région se trouve sur la commune.

Cette commune de piémont était sur le passage d’une voie romaine reliant Nîmes à Lodève. Elle est donc riche en vestiges gallo-romains dont l’un des plus importants du Ier siècle a été fouillé en 1967 par l’abbé Maistre et son équipe. Un important mobilier archéologique a ainsi été exhumé, dont plus de 400 récipients reconstituables. Une partie de ces objets est visible au musée de Lodève.

Au XVe siècle, c’est une branche des Guilhem, les Clermont-Négri, qui achète la seigneurie du Bosc. D’importants vestiges de fortifications sont encore visibles : l’enceinte, deux tours et une porte (XIIe siècle).

Entre 1790 et 1794, la commune absorbe les communes voisines de Saint-Frichoux, Saint-Alban et Le Bosc-d'Avoiras[1].
Celles-ci, au cours de la Révolution française, portèrent provisoirement des noms révolutionnaires :

  • Combe-de-Cergues pour Saint-Frichoux[2].
  • Ruberlac pour Saint-Alban[3].
  • Ruyernous pour Le Bosc-d'Avoiras[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Daniel Guibal PRG[5]  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 307 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
714 749 686 764 729 770 766 761 761
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
818 819 825 776 779 715 648 656 614
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
642 749 691 665 553 640 622 586 613
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
634 658 587 651 679 739 1 134 1 307 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Un parc photovoltaïque de 16 hectares établi sur le territoire communal et celui de la commune voisine de Soumont doit voir le jour en juillet 2014 et fournir 9,2 mégawatts-crête[7].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église du hameau de Saint-Fréchoux.

Plusieurs monuments sont inscrits à l'Inventaire général du patrimoine culturel :

  • Fortifications du Bosc (enceinte dont il reste des vestiges de courtine, d'une porte et deux tours pouvant dater du XIIe siècle)
  • Plusieurs fermes et maisons au village du Bosc ou aux hameaux de Saint-Julien, Saint-Martin, Loiras, Mas Lavayre ou Salelles
  • Église Saint-Pierre au hameau de Loiras
  • Église Saint-Vincent-de-Saragosse au hameau de Salelles
  • Église Saint-Martin et presbytère au hameau de Saint-Martin
  • Église Saint-Fructueux au hameau de Saint-Fréchoux
  • Plusieurs croix de chemin
  • Pont sur la Lergue du milieu du XVIIIe siècle
  • Dolmen au lieu-dit le Pigeonnier de Sallèles

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]