Monument aux morts de Lodève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Monument aux morts de Lodève
Oeuvre d'art soumise au droit d'auteur.jpg
Présentation
Type
Fondation
Créateur
Propriétaire
Commune
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Allées de la RésistanceVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Hérault (département)
voir sur la carte de Hérault (département)
Red pog.svg

Le Monument aux morts de Lodève a été réalisé en 1930 par Paul Dardé (1888-1963).

Il est composé d'un groupe de quatre femmes et deux enfants noirs devant un gisant, symbolisant la douleur après la perte d'un père lors de la Première Guerre mondiale qui se déroula de 1914 à 1918. C'est le premier conflit armé qui impliqua autant de pays à travers le monde. Les pertes humaines s’élevèrent à plus de 8 millions de morts et 6 millions d'invalides.

Description et symbolisme[modifier | modifier le code]

Paul Dardé a inséré sa composition dans un jardin public, ancien parc des évêques de Lodève à proximité de l'ancien palais épiscopal et de la cathédrale toujours présente. Son environnement végétal constitué des maronniers du jardin incite au recueillement.

Le monument représente quatre femmes symbolisant, au vu de leurs vêtements, les saisons (printemps, été, automne, hiver) mais aussi différentes classes sociales, au chevet d'un poilu mort, avec une femme effondrée sur sa dépouille et deux enfants symbolisant l'innocence, tous les civils morts[1]. Le monument est réalisé en pierre de Lens patinée aux acides. Cette patine altère la blancheur de la pierre pour lui donner une teinte ocre.

L'œuvre de Dardé est à la fois réaliste et symboliste. L’antimilitarisme du sculpteur transparaît dans la représentation des désastres de la guerre qui frappent indifféremment toutes les classes sociales. Paul Dardé, né en 1888, avait 26 ans en 1914 lorsqu'il était brancardier lors de la Première Guerre mondiale ; il en restera moralement traumatisé.

Historique[modifier | modifier le code]

Commencé en 1919, le monument a été inauguré en 1930 — en l'absence de l'artiste — par Louis Germain-Martin, ministre du Budget du gouvernement André Tardieu et député Radical indépendant de l'Hérault de 1928 à 1936.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]