Lunas (Hérault)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lunas
Lunas (Hérault)
L'église Saint-Pancrace de Lunas
Blason de Lunas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Intercommunalité Communauté de communes de Grand Orb
Maire
Mandat
Aurélien Manenc
2020-2026
Code postal 34650
Code commune 34144
Démographie
Gentilé Lunassiens
Population
municipale
668 hab. (2017 en augmentation de 2,93 % par rapport à 2012)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 42′ 25″ nord, 3° 11′ 37″ est
Altitude Min. 234 m
Max. 768 m
Superficie 44,89 km2
Élections
Départementales Canton de Clermont-l'Hérault
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Lunas
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Lunas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lunas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lunas

Lunas, en occitan Lunaç, est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Lunassiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte
Chapelle Saint Amans à Lunas.
Château de Lunas.
Carte postale d'une rue du village

Situé à mi-chemin entre Bédarieux et Lodève, Lunas est niché au confluent du Gravezon, du Nize et du Dourdou.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hameaux et fermes[modifier | modifier le code]

  • Bernagues ;
  • Briandes ;
  • Caisso ;
  • Caunas ;
  • Dournié (la) ;
  • Gours ;
  • Lagras ;
  • Laval de Nize ;
  • Pascals (les) ;
  • Pont d'Orb (le) ;
  • Sérièys ;
  • Serres ;
  • Sourlan le bas ;
  • Taillevent ;
  • Vasplongues le bas ;
  • Vasplongues le haut.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’histoire du village remonte à la voie romaine qui reliait le bas Languedoc au Rouergue empruntant le col de Pétafy, et trouvant sur son tracé quelques points d’importance tels Faugères, Boussagues et Lunas. Succédant sûrement à un oppidum gallo romain « villa Launates » est mentionné dès 804-806[1] dans une charte de l’abbaye de Gellone.

Au Moyen Âge, Lunas était dominé par le château de Redondel (1118). Ce château fut rasé en 1627 sur ordre de Montmorency[2].

En 1761, la communauté de Lunas avait pour dépendances le château de Cazilhac, Bousquet, Mazade, La Seguinarie, Cazilhac, Tailleven, Servis, d'Arragues, Vasplongues, Ladorne, Briandes, Serres et Gours.

Sous l'Ancien Régime, il existait quatre paroisses : Saint-Pancrace à Lunas, Saint-Saturnin à Caunas, prieuré-cure de Notre-Dame-de-Nize et Saint-Martin-de-Clémensan (pour cette dernière paroisse, voir Le Bousquet-d'Orb).

En 1790, Saint-Martin-de-Clémensan est rattachée à Boussagues, puis en l'an II, à Camplong.

En l'an II, Caunas et Notre-Dame-de-Nize sont intégrées à la commune de Lunas.

En 1844, les hameaux de Cazilhac et de la Seguinarie sont rattachés à la commune de Saint-Martin-d'Orb nouvellement créée à partir d'une section de la commune de Camplong (Bulletin des Lois, 1844, XXVIII-480).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Lunas (Hérault).svg

Les armoiries de Lunas se blasonnent ainsi :
« De sinople, au pairle losangé d'or et de gueules ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1969 janvier 1999 Mathieu Ciffre SFIO-PS Conseiller général (1976-1999)
mars 1999 octobre 2010[3] Henri Miquel DVG  
octobre 2010 En cours Aurélien Manenc SE Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Depuis 2017, le préfet de l'Hérault a modifié l'appartenance aux arrondissements dans le cadre de l'application d'un schéma départemental de coopération intercommunale pour éviter que les communes d’une même intercommunalité soient sur deux arrondissements et ainsi d'être gérées auprès de leurs sous-préfectures respectives[4]. La commune de Lunas faisant partie de la communauté de communes du Grand Orb, quitte l’arrondissement de Lodève et rejoint celui de Béziers[5],[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2017, la commune comptait 668 habitants[Note 1], en augmentation de 2,93 % par rapport à 2012 (Hérault : +6,24 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9388681 1911 3651 4931 4981 5041 4201 474
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4741 4071 3031 3561 3301 2831 2271 1861 137
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1491 1341 1111 0891 1901 1851 1061 0491 066
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
858670609604591638647651669
2017 - - - - - - - -
668--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2011, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 404 personnes, parmi lesquelles on comptait 63,9 % d'actifs dont 55,7 % ayant un emploi et 8,2 % de chômeurs[a 1]. On comptait 116 emplois dans la zone d'emploi, contre 114 en 2006. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 226, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 2] 29,6 % des actifs travaillent dans la commune[a 2].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , Lunas comptait 87 établissements dont 31 dans l'agriculture, sylviculture et pêche, 8 dans l'industrie, 10 dans la construction, 30 dans le commerce, transports, services divers, 8 dans l'administration publique, enseignement, santé, action sociale[a 3]. Elle dispose depuis 2015 d'un parc éolien de sept mâts installé par Valeco malgré divers recours en justice[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine Louis François Viel de Lunas d'Espeuilles (1761-1836), marquis de Lunas.
  • Hippolyte Charamaule (1794-1886, Avocat, Député de l'Hérault (1831-1837; 1839-1842; 1848-1851).....voir "Histoire d'un Crime" de Victor Hugo
  • Max Fourestier (1907-1986).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.
  2. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.
  1. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  2. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  3. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2012.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Dictionnaire topographique de la France. 14, Dictionnaire topographique du département de l'Hérault : comprenant les noms de lieu anciens et modernes / réd. par M. Eugène Thomas,... ; publ. par ordre du ministre de l'Instruction publique ; et sous la dir. du Comité des travaux historiques et des sociétés savantes », sur Gallica, (consulté le 22 juillet 2020).
  2. Archives communales déposées aux Archives départementales, sous-série 144 EDT: https://archives-pierresvives.herault.fr/archive/fonds/FRAD034_144EDT
  3. « Lunas - Le maire démissionne » publié sur le Midi-Libre le 23 octobre 2010
  4. a et b « Hérault : ce qui change dans la nouvelle carte des arrondissements », publié le sur le site du Midi-Libre (consulté le )
  5. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Insee34144
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  10. Floréane Marinier, « Dans l’Hérault, un parc éolien de Valeco tourne sans permis de construire », sur greenunivers.com, (consulté le 28 novembre 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Amis de Lunas, Lunas : au fil de l'eau, au fil du temps, Sète, Flam, , 160 p.
  • Andrée Barraut, Quatre églises romanes dans la région de Lunas, [s.l.], [s.n.], , 87 p.
  • Louis Fargier, « Brèves notes pour servir à l'histoire d'un chef-lieu des hauts cantons de l'Hérault : Lunas », Bulletin de la Société archéologique et historique des hauts cantons de l'Hérault, no 11,‎ , p. 125-136
  • Louis Fargier, « Qui tenait le château et la ville de Lunas au début du XVe siècle ? », Bulletin de la Société archéologique et historique des hauts cantons de l'Hérault, no 10,‎ , p. 129-134
  • Henri Marc, Lunas : porte de l'Escandorgue, un haut-canton de l'Hérault, [Lunas], Les Amis de Lunas, , 103 p.
  • Henri Marc, Pages d'histoire de Lunas et de ses environs, [Lunas], Les Amis de Lunas, , 72 p.
  • André Signoles, « L’ancienne chapelle Saint Georges de Lunas », Bulletin de la Société archéologique et historique des hauts cantons de l'Hérault, no 5,‎ , p. 75-89

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]