Lockheed L-188 Electra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lockheed L-188 Electra
Un Lockheed Electra L-188C d'Atlantic Airlines sur l'aéroport de Cardiff au pays de Galles.
Un Lockheed Electra L-188C d'Atlantic Airlines sur l'aéroport de Cardiff au pays de Galles.

Rôle Transport de passagers
Constructeur Drapeau : États-Unis Lockheed
Équipage 3
Premier vol
Mise en service 1958
Variantes L-118A, L-188C
Dimensions
Longueur 30,81 m
Envergure 30,18 m
Hauteur 10,01 m
Masse et capacité d'emport
Passagers 99
Motorisation
Moteurs 4 Turbopropulseurs Allison 501D-13
Performances
Vitesse de croisière maximale 600 km/h
Vitesse maximale 674 km/h
Autonomie 3541 km

Le Lockheed L-188 Electra est le premier avion de ligne à turbopropulseurs construit aux États-Unis. Son premier vol a lieu en 1957. Ses performances sont à peine inférieures à celles d'un avion à réaction, avec des coûts d'exploitation moindres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le L-188 Electra est un avion a turbopropulseur construit à la fin des années 1950 par Lockheed. L'avion est un succès dans les premiers temps, mais après deux accidents, les ventes s'effondrent. D'importantes et très onéreuses modifications sont nécessaires, condamnant le L-188 Electra. De plus, les moteurs à réactions s'imposent dans l'aviation. La production s’arrête dès 1961, les appareils restants seront convertis en avion de fret ou en avion militaire, certains L-188 Electra continuent encore de voler de nos jours.

Accidents et incidents impliquant un L-188 Electra[modifier | modifier le code]

  • Le , le vol 8 Reeve Aleutian Airways, est contraint un atterrissage forcé à Anchorage en Alaska, aucune victime n'est à déplorer. L'appareil sera réparé et reprendra du service. L'accident est raconté dans un épisode de la série documentaire Mayday : Alerte maximum (aussi connue sous le nom Air Crash Investigation).
  • Le , le vol 508 de la compagnie aérienne péruvienne Líneas Aéreas Nacionales S. A (LANSA) opéré par un Lockheed L-188 décolle de Lima vers Pucallpa. Lors de ce vol d'une heure, l'avion, pris dans un orage, se disloque à une altitude de 3 200 mètres. Il s'écrase dans la forêt tropicale péruvienne dans le district de Puerto Inca. Juliane Koepcke est la seule personne survivante des 92 passagers et membres d'équipage. Le cinéaste italien Giuseppe Maria Scotese raconte son histoire dans le film I miracoli accadono ancora, et, en 2000, Werner Herzog réalise le téléfilm documentaire Les Ailes de l'espoir dans lequel Juliane Koepcke raconte son aventure.

Notes et références[modifier | modifier le code]