Enguerrand V de Coucy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Enguerrand V de Coucy
Blason de la Maison de Guines.svg
Biographie
Naissance
Décès
Activité
SeigneurVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Fratrie
Enfant
Blason de la Maison de Guines.svg
Blason de la Maison de Guînes

Enguerrand de Guînes ou Enguerrand V de Coucy († après 1321), seigneur de Coucy[1], de Marle et de la Fère, d’Oisy et d’Havrincourt, de Montmirail, de Condé-en-Brie, de Châlons-le-Petit de Crépy, de Vervins, châtelain de Château-Thierry.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enguerrand de Guînes est le fils du comte Arnould III de Guînes, seigneur d'Ardres (Seigneurs d'Ardres) et de Bourbourg, et d'Alix de Coucy, fille d'Enguerrand III de Coucy et de Marie de Montmirail, vicomtesse de Meaux, dame de Montmirail, d'Oisy, de Condé, de La Ferté-Gaucher, de La Ferté-Ancoul, de Tresmes, etc. (fille héritière du bienheureux Jean de Montmirel, connétable de France).

À la suite de la mort d'Enguerrand IV de Coucy survenue le , sa sœur Alix, étant la seule héritière de la maison de Coucy, fit officiellement, en l'abbaye de Maubuisson, et en présence de Gaucher V de Châtillon, comte de Château-Porcien, connétable de France, le partage de ses biens entre ses deux fils :

Son père, alors qu'il était prisonnier des Anglais à la suite de la bataille de Walcheren (Westkapelle) en juillet 1253, dut vendre le comté de Guînes au roi Philippe le Hardi en 1285. Bien qu'il ne fût pas comte de Guînes, Enguerrand continua de porter les armes, vairé d'or et d'azur, au chef d'azur à trois fleurs de lys d'or, de son père Arnould III (contrairement à son propre fils Guillaume qui adopta celles de Coucy : fascé de vair et de gueules).

En 1318, il fut l’un des seigneurs qui prit ouvertement le parti de Mahaut, comtesse d’Artois contre son neveu et compétiteur, Robert.

Il est mort après l'an 1324, il fut inhumé en l'abbaye de Prémontré.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Enguerrand de Guînes épousa en 1280 Christiane (Christine, Chrétienne) de Bailleul/Balliol, dite de Lindesay[2], cousine du roi d’Ecosse Alexandre, cousin d’Enguerrand et dans la cour duquel il avait été élevé[3]. Elle était par sa mère Ada l'héritière de Bailleul-en-Vimeu et la nièce de Jean de Bailleul, roi d’Écosse (Ada et le roi Jean : enfants de Jean de Balliol et de sa femme Derborgail de Galloway d'Écosse-Huntingdon) ; par son père William de Lindsey/Lyndesey lord de Lamberton (Berwickshire), elle descendait de la première famille de Lancastre lords de Kendal.

Descendance :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sires de Coucy, notamment p. 7 et 10 », sur Racines & Histoire
  2. « Femme Chrestienne de Bailleul, dite de Lindesey, fille de Thomas de Bailleul & niéce de Jean de Bailleul, roi d’Ecosse, y fut mariée avant l’an 1285 ». HISTOIRE GENEALOGIQUE ET CHRONOLOGIQUE DE LA MAISON ROYALE DE FRANCE Par le P. Anselme, Augustin Déchaussez, continué par M du Fourny. Paris MDCCXXXIII https://books.google.co.uk/books?id=CwYP5dMohpAC&pg=PA544&img=1&zoom=3&hl=en&sig=ACfU3U3B_B5eQyybF76vDHL2q38-_1PMMQ&ci=197%2C533%2C679%2C31&edge=0
  3. Page 63 dans Notice sur les sires de Coucy de Jérôme Ulauss
  4. « Maison de Béthune, notamment p. 5 », sur Racines & Histoire