Herbert III de Vermandois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Herbert III de Vermandois
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Gerberge de Lorraine (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Frères
Otton Ier de Chiny
Guy I de Vermandois (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants

Herbert III de Vermandois, né vers 954, mort entre 993 et 1002, fut comte de Vermandois de 987 à sa mort. Il était fils d'Albert Ier, comte de Vermandois, et de Gerberge de Lotharingie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Deux chartes de l'abbaye de Montierender (968 et 980) attribuent à Herbert III de Vermandois, alors comte de Château-Thierry, de Vitry et abbé laïc de l’abbaye Saint-Médard de Soissons, le titre de « comte des Francs ». Ce titre peut être comparé à celui de duc des Francs que portaient les Robertiens et qui faisaient d'eux les seconds dans le royaume après le roi des Francs. Porter le titre de « comte des Francs », c'est revendiquer d'être le premier des comtes du roi franc[1] et la troisième place dans le royaume, après le roi et le duc des Francs.

Une charte du roi Lothaire le qualifie de « comte du palais »[2]. Ce titre est à rapprocher de celui de comte palatin que porteront après lui les comtes de Blois et Champagne»[3], héritiers des Herbertiens.

En 990, il fonda avec sa femme Hermengarde, le Chapitre de la Collégiale de Saint-Florent à Roye, sous le titre de Saint Georges pour 25 chanoines.

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

Il avait épousé avant 987 Ermengarde. Cette Ermengarde passe pour être la fille du comte Renard de Bar-sur-Seine et se serait ensuite remarié à Miles IV, comte de Tonnerre. Si cette hypothèse était confirmé, le décès d'Herbert doit être antérieur à 998, date de la dernière mention de Miles.

Herbert et Ermengarde avaient eu :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sassier 1995, p. 153-154
  2. Laurent Theis, L'Héritage des Charles, Seuil, Paris, 1990, p. 181.
  3. Sassier 1995, p. 154

Source[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.