Liste des seigneurs de Coucy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
blason de la famille de Coucy

Les seigneurs de Coucy appartiennent à une Maison noble du Vermandois, aux confins des Laonnois, Soissonnais et Valois, possédant le château fort de Coucy, en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Ils étaient probablement issus par les femmes des comtes carolingiens de Vermandois, les Herbertiens. Le premier château (motte castrale), édifié sur ordre de l’archevêque de Reims Hervé, demeura sans doute un domaine des archevêques ou de l'abbaye Saint-Remi de Reims jusqu’à la fin du Xe siècle. La tradition dit que la terre de Coucy a pu être donné à l'Église de Reims par le roi Clovis, car l'évêque saint Rémi de Reims l'avait baptisé.

Mais les évêques furent peu à peu évincés de fait par leurs puissants et remuants vassaux ou parents, châtelains puis seigneurs de Coucy. Le passage des archevêques du Xe siècle à la Maison de Coucy du XIe siècle, s'explique sans doute par les liens familiaux entre l'évêque Hugues et les comtes herbertiens de Vermandois au Xe siècle, comme présenté ci-dessous.

Puis on ne retrouve mention de ce fief dans les annales qu’avec le règne d’Aubry de Coucy au XIe siècle, sans doute le premier mari d'une probable descendante des Vermandois nommée Ade (Adèle) de Roucy[1], dame de Marle et de Coucy.

Aux XIe et XIIe siècles la seigneurie se développe puissamment et de manière originale, à partir des trois pôles de Coucy (Nogent-sous-Coucy, Coucy-la-Ville, Bassoles, Folembray, Saint-Aubin, Selens, Fresnes, Juvigny, Pinon...), La Fère (Saint-Gobain, Danizy, Crécy-sur-Serre, Séply[2], Nouvion...) et Marle (Richémont, Certeau, Prisces, Vigneux, Erlon, Toulis, Bosmont...) ; puis à partir de Marle, poussant vers la Thiérache, un quatrième pôle à Vervins (Voulpaix, Fontaine, Landouzy...) : seigneurie polynucléaire. Ce n'est pas une principauté territoriale ni une petite cellule seigneuriale de base, mais une baronnie, échelon féodal intermédiaire qui vient s'insérer peu à peu, avec des pouvoirs politiques, militaires et d'organisation de la société réels (comme le Bourbonnais, Beaujeu, Mayenne ou Laval...)[3].

De ce temps jusqu'au XIVe siècle, les Coucy s’imposent comme de puissants vassaux des comtes de Valois capétiens ou non, et ils s’allient par mariage avec les maisons royales de France, d’Angleterre et d’Écosse. Les seigneurs se confondirent même au XVe siècle avec les Valois-Orléans à partir de Louis Ier duc d'Orléans et de Valois, d'ailleurs lointain descendant des Vermandois comme tous les Capétiens, qui acheta Coucy en 1400.

Liste des seigneurs du château de Coucy[modifier | modifier le code]

Entre Artaud et Albéric, Coucy a appartenu à plusieurs seigneurs parmi les comtes de Vermandois et comtes de Blois, qui sont à l'origine de la Maison de Blois-Champagne. Les Vermandois ou Herbertiens, d'origine carolingienne car issus de Pépin d'Italie, fils de Charlemagne, n'ont pas régné seulement sur le Vermandois dans l'Aisne, mais sur de vastes domaines étendus à Soissons et Château-Thierry (Aisne), à la Somme et à l'Oise, au Valois, à la Champagne et à la Brie (Crépy-en-Valois, Meaux, Provins, Troyes, Vitry...). Ils étaient donc forcément en relation (en sympathie ou en conflit) avec la puissante Église de Reims.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roucy se trouve dans l'Aisne, au nord-ouest de Reims et à l'est de Soissons.
  2. Séply : village disparu, autrefois sur le territoire de Crécy-sur-Serre.
  3. Dominique Barthélemy, Les deux âges de la seigneurie banale : Pouvoir et société dans la terre des sires de Coucy, mi XIe-mi XIIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne,‎
  4. Jules Tardif (archiviste paléographe (promotion 1850), chef de la section administrative aux Archives nationales), Aubri de Coucy dans Le procès d'Enguerran de Coucy, Bibliothèque de l'École des Chartes, 1918, p. 8.
  5. Généalogie d'Ade (Ada) de Marle sur le site Medieval Lands.
  6. Jules Tardif (archiviste paléographe (promotion 1850), chef de la section administrative aux Archives nationales), Enguerran Ier de Boves dans Le procès d'Enguerran de Coucy, Bibliothèque de l'École des Chartes, 1918, p. 10.
  7. Charles du Fresne, Histoire de l'état de la ville d'Amiens et de ses comtes, 1840, p. 251.