Liste de chantiers navals

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’industrie image illustrant la mer
Cet article est une ébauche concernant l’industrie et la mer.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Cet article présente une liste de chantiers navals à travers le monde non-exhaustive. Au début du XXe siècle, les principaux chantiers navals étaient en Europe de l'Ouest, au milieu de ce siècle, aux États-Unis, et au début du XXIe siècle en Asie de l'Est.

Situation en 2012[modifier | modifier le code]

Concernant la marine marchande, en 2006, la Corée du Sud était le plus grand constructeur, suivis par le Japon. La Chine et l'Europe ayant chacun une part d'environ 15 % du marché.

En 2012, trois pays (la Chine avec 38,677 millions de tonnes, la Corée du Sud avec 32,030 millions de tonnes et le Japon avec 17,431 millions de tonnes) ont construit 92% du tonnage livré cette année concernant la marine marchande (navire de moins 100 tonnes exclus), la Chine en livrant plus de 40 %, le reste du monde avec 8 % totalise 7,69 millions de tonnes, le total étant de 95,828 millions de tonnes en port en lourd. Près de 57 % du tonnage livré en 2012 concernait des navires de vrac sec, suivie par les pétroliers (18,4 %) et les porte-conteneurs (14,4 %).

Les chantiers navals se spécialisent également dans différents types de navires. La Chine et le Japon ont principalement construit des cargos de vrac sec, la Corée du Sud à une part beaucoup plus élevée de navires porte-conteneurs et de pétroliers, l'Europe construisant essentiellement des navires à passagers.

Outre les vraquiers, le Japon se concentre également sur d'autres navires spécialisés, y compris les méthaniers et les transporteurs de véhicules.

Les quatre plus grands groupes de construction navale individuels sont en Corée du Sud; la construction navale en Chine se dispersant entre un plus grand nombre d'entreprises[1].

Amériques[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Sous-marin d'attaque Seawolf (SSN-21) en construction au chantier naval Electric Boat de Groton en 1995.

Il y eut plus de 2 400 constructeurs de bateaux et navires de toutes tailles aux États-Unis[2].

Mexique[modifier | modifier le code]

Pérou[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

Bangladesh[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

Corée du Sud[modifier | modifier le code]

Maquette des chantiers navals de Hyundai Heavy Industries en 2008.

Inde[modifier | modifier le code]

Indonésie[modifier | modifier le code]

Israël[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

Oman[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Lancement du croiseur lourd Prinz Eugen le à l'arsenal Germania.

Danemark[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

Finlande[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

Le Carnival Splendor en construction, au chantier naval de Sestri Ponente (it) en 2007.

Norvège[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Pologne[modifier | modifier le code]

Lancement d'un navire à Gdańsk en octobre 2005.

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Construction du paquebot RMS Queen Elizabeth entre 1936 et 1938 au chantier John Brown & Company.
Le chantier naval de Rosyth situé en Écosse en 1986.

Russie[modifier | modifier le code]

Suède[modifier | modifier le code]

Océanie[modifier | modifier le code]

Australie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Review of maritime transport 2013, Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, , 184 p. (ISBN 978-92-1-112872-7, lire en ligne), p. 58.
  2. (en) « Index to U.S. Shipbuilders and Boatbuilders », sur Shipbuilding History (consulté le 24 septembre 2015).