Piriou (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Piriou
logo de Piriou (entreprise)
Logo du groupe Piriou
illustration de Piriou (entreprise)
Les bureaux et le siège social à Concarneau.

Création 1er janvier 1965
Personnages clés Vincent Faujour (PDG), Alain Le Berre (Directeur Général), Patrick de Leffe (Directeur Général), Pascal Leroy (Directeur Général Délégué Industrie)
Forme juridique SAS
Slogan Construire pour la mer - Building for the sea
Siège social Concarneau
Drapeau de la France France
Direction Vincent Faujour (PDG)
Actionnaires Dirigeants, Arkea Capital Investissement, Société Générale Capital Partenaires
Activité Construction, réparation et ingénierie navale
Produits Tous types de navires jusqu'à 120 m
Filiales Chantiers Piriou, Piriou Naval Services, Piriou Ingénierie, West Atlantic Shipyard, Piriou Vietnam, Piriou Algérie, Piriou Réunion, Piriou Ngom Sénégal, Piriou Maroc, Piriou Côte d’Ivoire, Piriou Seychelles.
Effectif 1 300 dans le monde dont 500 en France
SIREN 490609682[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.piriou.com

Piriou est une entreprise de taille intermédiaire française, spécialisée dans la construction et la réparation navales de navires en acier et aluminium jusqu’à 120 mètres.

Basée à Concarneau (Bretagne), en France, elle dispose de plusieurs implantations en Europe, en Afrique, en Asie et dans l’Océan Indien et intervient dans de nombreux domaines tels que la pêche, le remorquage, le transport de passagers et de marchandises, le dragage, la recherche océanographique et l'Action de l'État en mer.

Présidée par Vincent Faujour[2], elle compte aujourd’hui plus de 1300 collaborateurs dans le monde et a construit plus de 500 bateaux depuis sa création.

Depuis 2013, elle est actionnaire majoritaire de Kership[3], co-entreprise créée avec Naval Group, leader européen du naval de Défense, et spécialisée dans l’Action de l’État en Mer.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1965 les frères Guy et Michel Piriou créent l’Établissement Piriou Frères à Concarneau. D’abord sollicités pour des travaux de réparation navale, ils gagnent rapidement la confiance de plusieurs armateurs et se lancent dans la construction de navires de pêche. Aux historiques chalutiers viennent progressivement s’ajouter fileyeurs, palangriers, crevettiers et thoniers senneurs.

En parallèle le chantier, resté dans le giron familial avec Jacques et Pascal Piriou, s’ouvre à d’autres secteurs. Il construit et répare de nombreux navires destinés à l’offshore – pétrolier et éolien – au remorquage, au dragage, à la lutte anti-pollution, au transport de fret et de passagers.

Il enregistre également des commandes pour des navires d’exploration comme le Yersin[4] ou encore celle de l’Astrolabe[5], un navire polaire de 72 mètres, réalisé en partenariat avec le bureau d’études finlandais Aker Arctic et celle d’un navire hydrographique de 72m pour la Marine Royale Marocaine[6].

Au début des années 1990, le groupe s’internationalise. Piriou crée CNPS (Chantier Naval du Pacifique Sud) à Papeete, CNOI (Chantier Naval de l’Océan Indien) à l’Île Maurice, West Atlantic Shipyard[7] à Port-Harcourt au Nigeria puis South East Asia Shipyard, devenue depuis Piriou Vietnam à Ho Chi Minh Ville.

Plus tard il s’implante en Algérie, au Maroc, au Sénégal et en Côte d’Ivoire, et en 2022 aux Seychelles[8].

L’entreprise s’étend aussi en France avec des sites de réparation à Brest, Lorient, Toulon et depuis 2018, à La Réunion.

Les années 2010 sont l’occasion d’une nouvelle diversification avec la signature de contrats de maintien en condition opérationnelle pour la Marine française.

En 2013, le groupe crée avec DCNS – aujourd’hui Naval Group – la société Kership[3] destinée à la construction de bâtiments moins armés pour l'Action de l'État en mer. Détenue à 55 % par Piriou et 45 % par Naval Group, elle est basée à Concarneau et à Lorient.

En 2018, Kership se voit confier la réalisation de 3 OPV pour l’Argentine[9], puis, en 2020, de 12 chasseurs de mine pour les marines belge et néerlandaise[10]. Pour répondre au mieux à ces commandes, Piriou, qui assure aussi la construction de 3 OPV pour le Sénégal, fait l’acquisition du chantier ATG en Roumanie[11].

Aujourd’hui, le groupe s’investit notamment dans les technologies véliques et hydrogène, et a notamment enregistré les commandes de TOWT[12] et de Grain de Sail[13] pour des cargos à voile. Il réalise également, pour Septième continent, un voilier de 42 mètres qui aura pour mission de ravitailler la plateforme océanographique dérivante Polar Pod, mais aussi une drague à l’hydrogène pour la Région Occitanie[14].

Chiffres clés 2021[modifier | modifier le code]

  • 280 millions d'euros de chiffre d'affaires
  • 1300 collaborateurs

Dates clés[modifier | modifier le code]

  • 1965 : création des Etablissements Piriou Frères.
  • 1972 : livraison du premier navire de pêche construit, le Revenant.
  • 1986 : livraison du premier navire de plus de 30 m, le chalutier Garlodic.
  • 1989 : livraison du premier thonier de 61 m, le Cap Bojador.
  • 1998 : livraison de l’Ulysse, premier navire d'assistance à l'offshore pétrolier.
  • 2004 : création de West Atlantic Shipyard à Port Harcourt au Nigeria.
  • 2006 : le groupe annonce la construction d'un chantier naval au Viêt Nam.
  • 2012 : Piriou enregistre la commande d'un navire de voyage de 76 m.
  • 2012 : Piriou enregistre la commande de son premier navire militaire (bâtiment de formation de 44 m), l'Almak.
  • 2012 : DCI (Défense Conseil International) et Piriou créent une société conjointe, navOcean.
  • 2013 : Piriou et DCNS créent une société conjointe : Kership pour produire les bâtiments multi-missions (B2M).
  • 2013 : Piriou et DCNS gagnent le contrat DGA des B2M (BSAOM à partir de janvier 2019)
  • 2015 : Piriou et DCNS gagnent le contrat DGA des BSAH[15] (BSAM à partir de janvier 2019)
  • 2015 : Piriou enregistre la commande de son premier navire polaire (bâtiment de 72 m), l'Astrolabe avec l'aide du bureau d’études finlandais Aker Arctic.
  • 2016 : Piriou obtient la commande du BHO2M pour la Marine Royale Marocaine[6].
  • 2017 : Piriou s'implante au Sénégal.
  • 2018 : Piriou s'implante à La Réunion
  • 2020 : Piriou obtient la commande de 3 OPV de 62 m pour le Sénégal.
  • 2020 : Piriou achète le chantier ATG en Roumanie[11].
  • 2021 : Piriou gagne le contrat DGA des RP30
  • 2022 : Création de Piriou Seychelles[8]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Système national d'identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements, (base de données)Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. Ouest-France, « Chantiers navals. Pascal Piriou passe la barre de son groupe naval à Vincent Faujour », Ouest-France,‎ (lire en ligne Accès limité)
  3. a et b Caroline Britz, « Kership: La coentreprise de DCNS et Piriou est créée », Mer et Marine,‎ (lire en ligne Accès limité)
  4. Le Télégramme, « Piriou. Le Yersin dévoile ses formes », Le Télégramme,‎ (lire en ligne Accès payant)
  5. IPC, « Piriou livre l'Astrolabe, navire brise-glace de logistique polaire et de patrouille » Accès libre, sur Interprofession du port de Concarneau,
  6. a et b Ouest-France, « Chantiers Piriou. Livraison du bâtiment multi-missions Dar Al Beida », Ouest-France,‎ (lire en ligne Accès payant)
  7. (fr + en) WAS, « Nigeria Shipyard », sur West Atlantic Shipyard,
  8. a et b Caroline Britz, « Le groupe Piriou s'installe aux Seychelles », Mer et Marine,‎ (lire en ligne Accès limité)
  9. Vincent Groizeleau, « L'Argentine réceptionne son 4ème OPV et semble prête pour de nouvelles coopérations », Mer et Marine,‎ (lire en ligne Accès limité)
  10. Sylvaine Salliou, « Kership et les chantiers Piriou vont construire 12 chasseurs de mines hollandais et belges », sur France 3 Régions,
  11. a et b Vincent Groizeleau, « Vincent Faujour : " Avec la Roumanie, Piriou va relocaliser en Europe une partie de ses activités asiatiques" », Mer et Marine,‎ (lire en ligne)
  12. Bruno Salaun, « Le voilier cargo de TOWT sera construit chez Piriou », Le Télégramme,‎ (lire en ligne Accès limité)
  13. Valérie Le Nigen, « Le deuxième voilier cargo de Grain de Sail sera construit par les chantiers Piriou », France Bleu Breizh Izel,‎ (lire en ligne Accès libre)
  14. Le Marin, « Piriou construira une drague hybride à l'hydrogène pour la Région Occitanie », Le Marin,‎ (lire en ligne)
  15. Vincent Groizeleau, « La commande des BSAH notifiée à Piriou et DCNS », Mer et Marine,‎ (lire en ligne Accès limité)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :