Piriou (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Piriou
logo de Piriou (entreprise)
illustration de Piriou (entreprise)
Les bureaux et le siège social à Concarneau.

Création 1er janvier 1965
Personnages clés Pascal Piriou (PDG), Alain Le Berre (DG Délégué Admin.Finance), Yannick Moreau (DG Délégué Opérations), Patrick de Leffe (Directeur de la Division AEM), Vincent Faujour (Directeur Division Réparation & Services), Jean Marie Nicot Berenger (Directeur Division Navires Standards)
Forme juridique SAS
Slogan Construire pour la mer
Siège social Concarneau
Drapeau de France France
Direction Pascal Piriou (PDG)
Actionnaires Dirigeants, Arkea Capital Investissement, Société Générale Capital Partenaires
Activité Construction, réparation et ingénierie navale
Produits Tous types de navires jusqu'à 120 m
Filiales Chantiers Piriou, Piriou Naval Services, Piriou Ingénierie, Ateliers Normand, WAS, SEAS, Seatech Engineering, Kership, Ecorep Piriou
Effectif 1 035 dans le monde dont 355 en France
SIREN 490609682[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web http://piriou.com

Piriou est une ETI (entreprise de taille intermédiaire) française créée en 1965 et spécialisée dans la construction et la réparation navale. Le groupe est basé en France, au Nigeria, en Pologne, au Vietnam et en Algérie où il propose ses services aux armateurs publics et privés, civils et militaires, exploitant des navires de taille moyenne jusqu’à 120 mètres environ.

Piriou intervient essentiellement dans les domaines de la pêche, de l'offshore pétrolier, du remorquage, du transport de passagers et de marchandises, du dragage, de l'action de l'État en mer (marine nationale, surveillance côtière, recherche scientifique, lutte antipollution, …), etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1964, deux frères, Guy et Michel Piriou s'associent et créent les établissements Piriou Frères, une petite entreprise de réparation navale à Concarneau. Depuis, après un développement industriel très rapide, Piriou devient le second chantier naval privé civil français[2].

La crise persistante de la pêche avec des tonnages en baisse, la mondialisation de la concurrence industrielle, sont deux des facteurs qui ont amené les dirigeants du groupe à se lancer dans une diversification sectorielle, vers l'offshore pétrolier, le transport de passagers, et les navires de service public pour les administrations. Puis, une diversification géographique est lancée se matérialisant à partir de 2004 par le développement de l'activité qui doublera en 5 ans. Avec au début d'une collaboration avec la Marine nationale française et un vaste projet de développement de sites à l'étranger (Île Maurice, Nigeria, Viêt Nam, Pologne).

Afin de réaliser ce grand projet stratégique, la famille déjà actionnaire de l'entreprise, décide en 2006 de faire entrer d'autres actionnaires professionnels dans le capital, d'abord par la cession de 80 % aux sociétés AXA Private Equity et « Jaccar Holdings ». Fin 2009, les dirigeants actuels décident de racheter la participation détenue par « AXA PE » de 2013, avant de voir « Arkea Capital Investissement » et « Société Générale Capital Partenaires » entrer au capital aux côtés des dirigeants et de « Jaccar » qui réduit sa participation.

Chiffres clés 2019[3][modifier | modifier le code]

  • 200 millions d'euros de chiffre d'affaires.
  • Effectifs : 1 000 personnes.

Dates clés[modifier | modifier le code]

  • 1964 : création.
  • 1972 : livraison du premier navire de pêche construit, le Revenant.
  • 1986 : livraison du premier navire de plus de 30 m, le chalutier Garlodic.
  • 1989 : livraison du premier thonier de 61 m, le Cap Bojador.
  • 1990 : création du Chantier naval du Pacifique Sud à Tahiti.
  • 1998 : création du Chantier naval de l'Océan Indien à l'île Maurice.
  • 1998 : livraison de l’Ulysse, premier navire d'assistance à l'offshore pétrolier.
  • 2003 : création du bureau d'études naval Seatech Engineering à Gdańsk en Pologne.
  • 2004 : rachat de la société BOPP à Lanvéoc.
  • 2005 : création de West Atlantic Shipyard à Port Harcourt au Nigeria.
  • 2006 : le groupe annonce[4] la construction d'un chantier naval au Viêt Nam.
  • 2006 : entrée d'AXA Private Equity et Jaccar au capital de Piriou.
  • 2007 : création de South East Asia Shipyard (SEAS) au Vietnam.
  • 2009 : sortie d'AXA Private Equity du capital par rachat de leurs titres par les 5 dirigeants.
  • 2010 : Piriou prend la majorité du capital des Ateliers Normands à Lorient.
  • 2012 : Piriou enregistre la commande d'un navire de voyage de 76 m
  • 2012 : Piriou enregistre la commande de son premier navire militaire (bâtiment de formation de 44 m), l'Almak.
  • 2012 : DCI (Défense Conseil International) et Piriou créent une société conjointe, navOcean
  • 2013 : Piriou et DCNS créent une société conjointe : Kership pour produire les bâtiments multi-missions (B2M).
  • 2015 : Piriou enregistre la commande de son premier navire polaire (bâtiment de 72 m), l'Astrolabe[5],[6], avec l'aide du bureau d’études finlandais Aker Arctic[7].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Global LEI index, (base de données web), consulté le Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. « La mondialisation intelligente du chantier naval Piriou au Vietnam », sur La Tribune, .
  3. « Concarneau : l'équipe des cadres rachète le groupe naval Piriou », sur Les Echos, (consulté le 6 janvier 2021)
  4. « Piriou va construire un chantier flambant neuf au Nigeria. », sur meretmarine.com, .
  5. « Les TAAF choisissent le chantier PIRIOU pour le futur patrouilleur polaire », sur taaf.fr, (consulté le 2 février 2016).
  6. « PIRIOU lance la construction du navire logistique polaire de 72 m », sur piriou.com, (consulté le 2 février 2016).
  7. « Piriou construira le successeur de l’Albatros et de L’Astrolabe », sur meretmarine.com, (consulté le 2 février 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :