Chantiers de Penhoët

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chantiers et Ateliers de Penhoët
illustration de Chantiers de Penhoët

Création 1862
Disparition 1955
Fondateurs John Scott & Co - Frères Pereire
Siège social Saint-Nazaire
Drapeau de France France
Activité Construction navale
Produits Navires dont Le Normandie

Les Chantiers de Penhoët sont le premier chantier naval implanté à Saint-Nazaire de 1862 à 1866, à l'epoque sous le nom de John Scott & Co, créés par le constructeur écossais John Scott et financés par les frères Pereire propriétaire de la Compagnie Générale Transatlantique. L'activité sera reprise sous le nom des Chantiers de L'Océan entre 1869-1870, sans succés. La reprise suivante ne se fait qu'en 1881 sous le nom des "Chantiers et Ateliers de Penhouët" [1] sous la seule égide de la Compagnie générale des Transatlantiques, jusqu'en 1900 où le chantier prend comme dénomination : "Société des Chantiers et Ateliers de Saint-Nazaire - Penhoët" qui en fusionnant en 1955 avec les Ateliers et Chantiers de la Loire installés à proximité en 1882, deviendront les Chantiers de l'Atlantique puis par la suite STX France en 2008.

Historique[modifier | modifier le code]

Les Chantiers de Penhoët de Saint-Nazaire sont fondés par John Scott qui posséde des chantiers navals sur les bords de la Clyde , à Greenock, en Écosse et les frères Pereire en 1862. Ces chantiers serviront à la construction d'une partie des navires de la flotte de la Compagnie Générale Transatlantique qui à obtenue en 1861 un accord avec l'état français en signant un contrat de convention postale pour assurer pendant vingt ans une liaison maritime "entre Le Havre et New-York et entre Saint-Nazaire et Panama"[2].

Ces premiers chantiers feront faillite en 1866, du en partie à un mauvais choix de la Compagnie Générale Transatlantique (C.G.T.) de faire construire des navires à vapeurs à roues plutôt qu'à hélice, mode de propulsion privilégié par les compagnies concurrentes comme la Cunard Line[3].

L'activité reprendra en 1869 sur ce site avec les Chantiers de L'Océan, mais leur fermeture advient l'année suivante.

Ce n'est qu'en 1881 que les chantiers nazairiens prennent leur essor durablement. Saint Nazaire devenant un port intéressant pour la construction naval grâce à son agrandissement avec le bassin de Penhoët inauguré par le ministre des travaux publics et le ministre des Postes le Dimanche 8 mai 1881[4]. De 1881 à 1900, les chantiers construiront principalement des paquebots, la Compagnie Générale des Transatlantiques étant à leur tête.

En 1900 sous une nouvelle direction, les chantiers deviennent la "Société des "Chantiers et Ateliers de Saint-Nazaire - Penhoët" jusqu'à la fusion avec l'entité voisine des "Ateliers et Chantiers de la Loire" pour former les Chantiers de l'Atlantique en 1955.


Navires construits[modifier | modifier le code]

Sur les Chantiers John Scott (1862-1866) :

Pour la Compagnie Générale Transatlantique :
Les paquebots : Impératrice Eugénie (1864), France (1864), Nouveau Monde (1865), Panama (1866) et Saint Laurent (1866) modifié sur cale en navire à hélice.

Sur les Chantiers et Ateliers de Penhouët (1881-1900) :

Pour la Compagnie Générale Transatlantique :
Les paquebots : La Bretagne (1886), La Touraine (1891), La Savoie (1900).

Sur les Chantiers et Ateliers de Saint-Nazaire - Penhoët (1900-1955) :

Pour des armateurs nazairiens et nantais :
Les navires à Voiles : Daniel 3 mâts carré (1902) Société des Voiliers Nazairiens, Crillon 3 mâts carré (1902) pour la Compagnie Maritime Française, Vercingétorix 3 mâts carré (1902) pour la Compagnie Française de Navigation.

Pour la Compagnie Générale Transatlantique :
Les Paquebots : La Provence (1906), France (1910),Paris (1921), Île-de-France (1927) et Normandie (1932).

Pour la Compagnie de Navigation Sud-Atlantique :
Le Paquebot L'Atlantique (1930).

Pour la Marine Nationale française :
Le porte-avions Joffre fut commencé dans ce chantier en 1938, mais il ne fut jamais terminé à la suite du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.
Le cuirassé Jean Bart Bâtiment de ligne (1940).

Pour le commerce maritime :
Ariane Pétrolier (1948) pour la Compagnie auxiliaire de navigation, Dalila Pétrolier (1952) pour la Compagnie auxiliaire de navigation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annuaire général de la Loire Inférieure" -1895
  2. " Scott and Co of Penhoët" par Hubert Chémereau Chasse Marée N°236
  3. " Scott and Co of Penhoët" par Hubert Chémereau Chasse Marée N°236
  4. Bibliothéque de Nationale de France-Gallica
  • Chantier et ateliers de Saint-Nazaire (Penhoët) Chantier de Penhoët à Saint-Nazaire: Chantier de Normandie à Grand-Quevilly près Rouen, 1950

Articles connexes[modifier | modifier le code]