Cantiere navale di Ancona

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cantiere navale di Ancona
Création 1843
Disparition 1966 (incorporé à Fincantieri)
Forme juridique Société par actions - SpA
Siège social Ancône
Drapeau d'Italie Italie
Actionnaires FincantieriVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Construction navale - civile et militaire
Produits Tout type de navires
Société mère Fincantieri

Le Cantiere navale di Ancona (chantier naval d'Ancône), dont les origines se perdent dans les siècles passés, est une importante installation de construction et de réparation navale de la ville qui, avec les installations de CRN S.p.A. du groupe Ferretti, fait d'Ancône un centre important de la construction navale italienne.

Les origines[modifier | modifier le code]

Cantiere navale di Ancona (Chantier naval d'Ancône)

Des navires ont été construits dans la ville d'Ancône à partir de l'époque de l'empereur Trajan et ensuite, après l'interruption du début du Moyen Âge, la construction s'est poursuivie pendant toute la période de la République maritime d'Ancône.

La valeur de l'arsenal dorique est démontrée par le fait que lorsque le pape Urbain V, qui vivait alors en Avignon, décida de rentrer en Italie en 1367 et prit le 30 avril la route de Marseille, il trouva 23 galères envoyées par la reine Jeanne de Naples, les Vénitiens, les Génois, les Pisans et les habitants d'Ancône pour l'escorter jusqu'à Rome. Parmi les nombreux navires des villes maritimes qui étaient allés à sa rencontre, le pape choisit d'embarquer sur la galère d'Ancône et c'est à bord de celle-ci qu'il entreprit son voyage, débarquant le 3 juin, avec toute sa suite (seuls trois cardinaux français refusèrent de l'accompagner), à Corneto, sur la côte du Latium, accueilli par le cardinal Albornoz[1], par tous les Grands des États pontificaux et par une multitude de personnes exultant, qui dormaient depuis des jours sur la plage pour ne pas manquer l'événement historique.

Le chroniqueur d'Ancône, Oddo di Biagio[1], raconte en 1367[2]:

"Et pour sa venue, il a été fait à Ancône, sur ordre dudit légat (le cardinal Egidio Albornoz - Ed.), une grande galère d'une longueur et d'une grandeur jamais vues auparavant. Avec des cellules et des salles de représentation ordonnées, sous le pont, comme s'il s'agissait de palais éventés : Et une armée de matelots et rameurs d'Ancône. Une fois la galère approvisionnée et armée, la municipalité d'Ancône élit des citoyens comme ambassadeurs auprès du dit Pape Urbain V, qui devait venir. Les noms de ceux-ci sont les suivants : le noble chevalier Meser NICOLO' DA LA SCALA, qui fut élu capitaine de la galère, et les nobles FRANCESCO DE FACCIOLO DE RANALDO, LEONARDO DE MARCELLINO et PENZARELLO DE GUIDONE DE BONOVALDI. Ils furent aussi choisis comme conseillers dudit capitaine - et ayant préparé ladite galère avec toutes les choses nécessaires, elle quitta ledit port d'Ancône pour se rendre à Marsilia avec cinq galères génoises, et beaucoup d'autres des Vénitiens, six galères de la reine des Pouilles. Quatre galères des Florentins. Deux galères du Magno Tempio de Rhodo. Et una galère de Meser Gomitio Spagnolo Vicario per la Chiesa Romana de la Cità de Foligni....".

Le 5 septembre 1370, le pape Urbain V, dans le même port de Corneto où il avait débarqué trois ans plus tôt, s'embarque à nouveau sur la galère d'Ancône, escorté par les navires envoyés par les rois de France et d'Aragon, la reine de Naples et Pise. Le 16 du même mois, il débarque à Marseille, et le 24, il fait son entrée solennelle à Avignon. Mais à peine deux mois plus tard, il tombe gravement malade et meurt le 19 décembre de la même année[3].

En 1377, une autre galère, commandée par Nicolò di Bartolomeo Torriglioni, originaire d'Ancône, a également reçu une préférence honorable lorsque le pape Grégoire XI a finalement ramené la cour papale de France en Italie.

L'ère moderne[modifier | modifier le code]

Le cuirassé autrichien Erzherzog Franz Ferdinand faisait partie des navires qui ont bombardé la ville au début de la Première Guerre mondiale et qui ont ensuite été démolis à Ancône.

Le chantier naval moderne a été fondé en 1843, lorsque la ville d'Ancône faisait partie des États pontificaux. À la suite d'un plébiscite tenu en novembre 1860, la ville, ainsi que le reste des Marches et de l'Ombrie, fait partie du Royaume d'Italie, qui est formé le 17 mars 1861, et assume un rôle militaire important dans la structure défensive du jeune royaume : elle est l'une des cinq places fortes de première classe, avec Turin, La Spezia, Tarente et Bologne. À cette époque, les chantiers navals de Doric ont connu un moment de grand développement, la ville étant la principale base navale de l'Adriatique, puisque Venise et Trieste faisaient encore partie de l'Empire autrichien.

En 1866, à la suite de la troisième guerre d'indépendance, la Vénétie fait partie du Royaume d'Italie et une grande partie des activités de construction navale est transférée à l'arsenal de Venise, situé dans une position plus stratégique qu'Ancône, dont les chantiers navals entament une période de déclin.

De Officine e Cantieri Liguri-Anconetani à Cantieri Navali Riuniti[modifier | modifier le code]

En 1897, Rodolfo Hofer, l'un des membres du conseil d'administration de la société Navigation générale italienne (Navigazione Generale Italiana), une compagnie maritime qui gagne du terrain à la fin du siècle, acquiert le chantier naval de Muggiano (cantiere navale del Muggiano), fermé en 1893, et crée la "Società Anonima Cantiere Navale Del Muggiano" qui, en 1899, en acquérant le chantier naval d'Ancône, donne naissance aux Officine e Cantieri Liguri-Anconetani.

Le 21 janvier 1906 est fondée la société Cantieri Navali Riuniti, premier grand groupement dans le secteur de la construction navale en Italie, regroupant les chantiers navals de Palerme, Muggiano et Ancône.

Le 24 mai 1915, jour de l'entrée de l'Italie dans la Première Guerre mondiale, la ville d'Ancône a été bombardée par les cuirassés de la marine des Habsbourg (k.u.k. Kriegsmarine); ironiquement, certains de ces cuirassés ont été acquis par l'Italie à la fin de la guerre à titre de réparations de guerre et démolis dans le chantier naval d'Ancône. Une grande partie du métal de ces navires a ensuite été utilisée pour construire la structure porteuse du Mercato delle Erbe (marché des herbes) de la ville en 1926. Le bombardement autrichien a détruit trois entrepôts, le bureau maritime, un dépôt de gaz et un réservoir d'eau.

Pendant les vingt années du fascisme, la ville d'Ancône a connu un développement urbain et économique considérable. Les chantiers navals, qui font désormais partie du groupe Piaggio, ont également connu un essor considérable, garanti par les commandes militaires de construction de divers navires pour la Regia Marina, notamment les destroyers Grecale et Maestrale appartenant à la classe Maestrale, plusieurs destroyers de la classe Soldati et Navigatori, ainsi que les croiseurs légers Pompeo Magno et Ottaviano Augusto de la classe Capitani Romani, dont seul le premier est entré en service, tandis que le second était encore en construction le 8 septembre 1943 lors de la déclaration de l'armistice (Armistice de Cassibile).

Pendant la Seconde Guerre mondiale, après l'armistice, Ancône est occupée par les troupes allemandes et, en raison de l'importance stratégique de son port, elle subit de nombreux bombardements de la part des forces alliées, qui doivent se préparer à la traversée du front. En particulier, le 1er novembre 1943, deux mille cinq cents personnes ont perdu la vie en quelques minutes lors d'un bombardement. À cette occasion, le Ottaviano Augusto en construction (qui avait été réquisitionné par les occupants allemands) est coulé. Après la guerre, le Pompeo Magno, qui a survécu au conflit, sera reconstruit comme chef de flottille dans les Cantieri del Tirreno à Gênes et rebaptisé San Giorgio avec l'insigne optique D 562. Il a été en service dans la Marina Militare (marine italienne) jusqu'en 1980.

L'occupation allemande prend fin le 18 juillet 1944, lorsque les troupes de la 2e armée polonaise du général Władysław Anders, précédées d'éclaireurs de la milice partisane locale et du Corps de libération italien (Corpo Italiano di Liberazione) entrent dans la ville[4]

Après la guerre, les chantiers navals et le port gravement endommagés pendant le conflit ont été reconstruits.

Fincantieri[modifier | modifier le code]

Vue du chantier naval d'Ancône depuis le Belvédère surplombant la cathédrale San Ciriaco sur la colline Guasco.

En 1966, dans le cadre des mesures prises au milieu des années 60 pour réorganiser la construction navale publique, le groupe Piaggio, profitant des avantages fiscaux pour les fusions industrielles prévus par la loi n°170/1965, a créé une nouvelle société par actions, Cantieri Navali del Tirreno e Riuniti, en fusionnant Cantieri Navali Riuniti avec ses usines de Palerme et d'Ancône et Cantieri del Tirreno avec son usine de Gênes Le Grazie.

En 1973, à la suite de la crise qui a frappé les chantiers navals Piaggio à la fin des années 1960, la société Cantieri Navali del Tirreno e Riuniti a été absorbée par l'Institut de reconstruction industrielle (Istituto per la Ricostruzione Industriale ou IRI) et, en 1984, par Fincantieri, qui est devenue une société financière de construction navale et s'est transformée en société opérationnelle, prenant le nom de Fincantieri - Cantieri Navali Italiani S.p.A., et contrôlant le secteur.

Vue de l'avant bâbord de la corvette vénézuélienne GENERAL URDANETA (F 23) faisant route pendant l'opération UNITAS XXV. A l'arrière-plan, deux frégates colombiennes séparées par une deuxième corvette vénézuélienne.

Entre la fin des années 1970 et la première moitié des années 1980, les frégates de classe Lupo: General Urdaneta et General Salóm, construites pour la marine vénézuélienne, et trois des quatre frégates du même type commandées par l'Irak, constituent des réalisations importantes. Cependant, ils ne sont jamais entrés en service pour le client initial en raison de l'embargo, d'abord dû à la guerre Iran-Irak puis à la première guerre du Golfe, et ont fini par être achetés par la Marina Militare en 1994, où ils sont en service déployé et officiellement classés comme patrouilleurs d'escadron et constituent la Classe Artigliere.

Le 11 septembre 2011, la messe de clôture du XXVe Congrès eucharistique national a eu lieu dans la zone du chantier naval, célébrée par le pape Benoît XVI. En raison de la crise grave, le chantier naval était déjà en panne de commandes depuis plusieurs mois et la plupart des travailleurs ont été licenciés (Cassa integrazione guadagni)[5]

Navires[modifier | modifier le code]

Liste des principaux navires construits au chantier:

Photos Nom Type Pose de la quille Lancé Mis en service Opérateur original Note
Marechiaro.JPG Marechiaro Navire à vapeur à passagers 1912 1912 Società Trasporti Golfo di Napoli Transformé en navire-hopital pour le Regia Marina
Fichier:Pfo Santa Lucia2.jpg Santa Lucia Navire à vapeur à passagers 1912 1912 Compagnia Napoletana di Navigazione a Vapore Transformé en navire-hopital pour le Regia Marina
Fichier:Pfo CdBengasi1.jpg Città di Bengasi Navire à vapeur à passagers 1916 1917 Ferrovie dello Stato Italiane Transformé en croiseur auxiliaire pour la Regia Marina
Fichier:RN Legnano6.jpg Legnano Mouilleur de mines 1926 1927 Regia Marina
Fichier:Posamine Lepanto7.jpg Lepanto Mouilleur de mines - Canonnière 1925 1927 1928 Regia Marina
Fichier:RN Azio1.jpg Azio Mouilleur de mines 1925 1927 1928 Regia Marina
RCT Pessagno.jpg Emanuele Pessagno Destroyer 1929 1930 Regia Marina
Darecco 1.jpg Nicoloso da Recco Destroyer 1930 1930 Regia Marina
Fotogrecale.jpg Grecale Destroyer 1931 1934 1934 Regia Marina
Maestral 1.jpg Maestrale Destroyer 1931 1934 1934 Regia Marina
Fichier:MN Narenta3.jpg Narenta Navire à moteur mixte 1934 Compagnia Adriatica di Navigazione Transformé en croiseur auxiliaire pour la Regia Marina
RN CENTAURO.jpg Centauro Torpilleur 1934 1936 1936 Regia Marina
Fichier:RN climene.jpg Climene Torpilleur 1934 1936 1936 Regia Marina
RN CIGNO.jpg Cigno Torpilleur 1936 1936 1937 Regia Marina
RN Castore.jpg Castore Torpilleur 1936 1936 1937 Regia Marina
RN Fuciliere.jpg Fuciliere Destroyer 1937 1938 1939 Regia Marina
Alpino 1942 Ando-1976.jpg Alpino Destroyer 1937 1938 1939 Regia Marina
RN Pompeo Magno.jpg Pompeo Magno Croiseur léger 1939 1941 1943 Regia Marina
RN Ottaviano Augusto Varo 02.jpg Ottaviano Augusto Croiseur léger 1939 1942 Regia Marina Navire non terminé et coulé en raison d'événements de guerre
Rct Bombardiere.jpg Bombardiere Destroyer 1940 1942 1942 Regia Marina
Mitragliere 1942 USMM.jpg Mitragliere Destroyer 1940 1941 1942 Regia Marina
MTC 1005.jpg MZ 737 Motozattera 1942 Regia Marina
MS Erling Jarl ved kai.jpg Erling Jarl Navire à passagers 1949 Det Nordenfjeldske Dampskibsselskab
Kanstadsamlingen - NMF010005-01921.jpg Midnatsol Navire à passagers 1949 Det Bergenske Dampskibsselskab
MS Vesterålen (1950) i Trondheim Havn.jpg Vesterålen Navire à passagers 1950 Vesteraalens Dampskibsselskab
MS Sanct Svithun.jpg Sanct Svithun Navire à passagers 1950 Det Stavangerske Dampskibsselskap
Italian submarine rescue ship Proteo (A5310) c1962.jpg Proteo (A 5310) Navire de sauvetage 1951 Marina Militare Italiana
Fichier:Mn Torres.jpg Torres Navire à passagers 1955 1955 1957 Tirrenia di Navigazione
La nave Vlora in arrivo al porto di Bari - 8 agosto 1991.jpg Ilice Navire marchand 1960 Società Ligure di Armamento
Fichier:NT Gennargentu.jpg Gennargentu Ferry 1965 Ferrovie dello Stato
Fichier:NT Gallura.jpg Gallura Ferry 1968 Ferrovie dello Stato
Train Ferry Iginia - Porto di Villa San giovanni - Italy - Oct. 2009.jpg Iginia Ferry ferroviaire 1969 Ferrovie dello Stato
L' embarcadère de Villa San Giovanni (4).jpg Rosalia Ferry 1973 Ferrovie dello Stato
ARV General Urdaneta (F-23) - 1984-08189.jpg ARV General Urdaneta (F-23) Frégate lance-missiles 1979 Armada Bolivariana
Fichier:MN Staffetta Mediterranea.jpg Staffetta Mediterranea Roulier 1979 Tirrenia di Navigazione
ARV General Salóm (F-25) - 1987-10379.jpg ARV General Salóm (F-25) Frégate lance-missiles 1980 Armada Bolivariana
Fichier:Nt Capo Carbonara.jpg Adria Roulier 1981 Lloyd Triestino
US Navy 050807-F-4883S-001 The Ecuadorian corvette BAE El Oro (CM 14) sits pier side in Panama City, Panama before beginning at sea exercises during PANAMAX 2005.jpg El Oro (CM-14) Corvette 1981 Armada del Ecuador
US Navy 050712-N-4374S-005 The Ecuadorian Navy corvette BAE Manabi (CM 12) underway in front of a formation during UNITAS 46-05 Pacific Phase.jpg Manabi (CM-12) Corvette 1981 Armada del Ecuador
Fichier:Capo Sandalo.jpg Capo Sandalo (ferry) Roulier 1982 Lloyd Triestino
Artigliere F582.jpg Artigliere (F 582) Patrouilleur 1983 Marina Militare Italiana
Bersagliere (F584).jpg Bersagliere (F 584) Patrouilleur 1985 Marina Militare Italiana
Soldati class (Lupo type) frigate Aviere (F 583) - Harbour of Reggio Calabria - Italy - 8 July 2018 - (38).jpg Aviere (F 583) Patrouilleur 1985 Marina Militare Italiana
PALLADIO 030 NAPOLI 06-05-2005.jpg Palladio Ferry roulier 1989 Adriatica di Navigazione
Panorama Ancona Hafen fullsize.jpg Sansovino Ferry roulier 1989 Adriatica di Navigazione
Selandia Seaways (ship, 1998) IMO 9157284 leaving Port of Rotterdam pic2.JPG Selandia Seaways Ferry roulier 1998 DFDS
DFDS Seaways - Suecia.jpg Seucia Seawayss Ferry roulier 1999 DFDS
Tor Britannia Ferry roulier 2000 DFDS
Le Danielle Casanova.jpg Danielle Casanova Ferry roulier 2002 SNCM
Hamburg -Grande Nigeria (ship, 2003) 2006 by-RaBoe002.jpg Grande Nigeria Multipurpose Ro/Ro 2003 Gruppo Grimaldi
Hamburg (9772792781).jpg Grande Buenos Aires Multipurpose Ro/Ro 2004 Gruppo Grimaldi
Moby Aki 2.jpg Moby Aki Ferry roulier 2005 Moby Lines
Finnmaid - side view.JPG Finnmaid Ferry roulier 2006 Finnlines
Finnlady Helsinki.jpg Finnlady Ferry roulier 2007 Finnlines
Nordlink Travemünde (2008).JPG Nordlink Ferry roulier 2007 Finnlines
Superstarferrytallinharbor2010.jpg Superstar Ferry roulier 2008 Tallink
MV Silver Spirit-2.JPG Superstar Ferry 2009 Silversea Cruises
Ísafjörður 21.JPG Le Boréal Navire de croisière 2010 Compagnie du Ponant
L'Austral Pula (01).JPG L'Austral Navire de croisière 2011 Compagnie du Ponant
Le Soléal in Kiel Canal II.jpg Le Soléal Navire de croisière 2012 Compagnie du Ponant

Note[modifier | modifier le code]

  1. Oddo di Biagio est envoyé en tant qu'ambassadeur de la République d'Ancône auprès de Viterbo et de Montefiascone, ou pape Urbain V était venu de Avignon. Cfr. "Istoria d'Ancona capitale della marca anconitana par l'Abbé Leoni", Tip. Baluffi, Ancône, 1812, vol. 3, pag.304: Monté sur la Galera d'Ancône, le Pape arriva en Italie en 1367 : la municipalité d'Ancône envoya à Viterbe, pour s'occuper des affaires de la ville, le docteur Oddo di Biagio degli Agli, déjà cité, qui, érudit et de grand esprit, fut bien accueilli par le Saint-Père, et s'acquitta avec éloges de l'honorable tâche..., lisible dans books.google.it, et l'entrée "Oddo di Biagio" de Francesca Viola, dans Dizionario Biografico degli Italiani - Volume 79 (2013)
  2. cfr. Oddo di Biagio, "Atti consiliari del Comune di Ancona del 1378-91", dans les Archives d'État d'Ancône, texte rapporté dans "Istoria d'Ancona capitale della marca anconitana dell'abate Leoni"., Tip. Baluffi, Ancona, 1812, vol. 3, pagg.303-304, lisible dans books.google.it.
  3. cfr. "Istoria d'Ancona capitale della marca anconitana dell'abate Leoni", Tip. Baluffi, Ancône, 1812, vol. 3, pag.305: Urbain V. alors ... bien qu'ayant l'intention de retourner définitivement à Rome, naviguant comme il le fit de Corneto à Marseille, escorté par une somptueuse troupe de galères envoyées par le roi de France, Avignon, la reine Jeanne, etc. le 5 septembre 1370, la galère d'Ancône retourna aux délices d'Avignon. Mais il ne put en profiter beaucoup, alors qu'après son retour à Avignon, il s'éteignit en décembre de la même année et c'est alors qu'il dut pleurer sur sa faiblesse à céder à la pression des cardinaux gaulois, lisible dans books.google.it
  4. R. Muti, "Storia popolare di un borgo di periferia", Circolo Operaio "P. Ranieri", Ancône 1984; AA.VV. "I luoghi della memoria", Il lavoro editoriale, Ancône 2007.
  5. Papa, messa in Fincantieri:«Superare il precariato»., Il Secolo XIX, 11 septembre 2011. URL consulté le 20 septembre 2011.

Source[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurizio Brescia, Mussolini's Navy: A Reference Guide to the Regina Marina 1930–45, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 978-1-59114-544-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]