Port-la-Forêt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Monocoque Foncia construit à Port-la-Forêt

Port-la-Forêt (breton : Porzh ar Forest) est le port de plaisance de La Forêt-Fouesnant (département du Finistère en Bretagne), abrité par la pointe du Cap Coz, au fond de la Baie de La Forêt, c'est le 2e port de plaisance du Finistère[1]. Depuis ce port, on peut atteindre l'archipel des Glénan.

Historique[modifier | modifier le code]

Port de plaisance

En 1956, c'est une grève sauvage au bord d'une anse proche de La Forêt-Fouesnant, juste peuplée de parc à huitres ou d'anciens parcs à moules. L'ancien cofondateur et directeur de l'École de voile des Glénans, Henri Desjoyeaux, repère ce site et décide de s'y installer. Avec sa femme, il achète le terrain et y installe le premier chantier de gardiennage de bateaux de plaisance. Outre l'hivernage sous hangar, il étend l'activité à la réparation, l'entretien, la peinture et les vernis.

Le développement de cette activité accueille des voiliers de Port-Manech à Loctudy ; aussi au milieu des années 1960, le schéma d'aménagement du territoire initié par la DATAR préconise la création d'un port de plaisance. Henri Le Rest (Maire de La Foret), assisté d'Henri Desjoyeaux et Jean Le Berre(architecte) initiera le projet, avec le soutien d'Olivier Guichard : deux volets sont prévus, creusement d'un port en eau profonde, pour combler les marais en fond de l'anse du Gouerou à l'est, le financement s'équilibrant par la construction de villas sur les remblais, en particulier une "ville close" sur l'îlot Skoen établi au centre de l'anse. Les travaux de dragage commenceront en 1970, pour creuser le bassin du port, et réaliser les enrochements ; par contre, l'opposition de résidents, au nom de la protection des sites, bloque l'édification des logements prévus ; les terrains en retrait des enrochements resteront longtemps en friche...

Le port ouvre au printemps 1973, offrant déjà près de 700 postes à flot ... Les pontons initiaux sont arrachés par la tempête de 1987 ; de nouvelles rangées de pontons sont alors ré-implantées sur pieux, dans un autre alignement...

Port-la-Forêt se développe -une deuxième tranche de pontons est établie à l'occasion d'un agrandissement..- avec l'implantation d'une ligne de pontons lourds à l'extérieur pour les pécheurs locaux et les vedettes de passagers à destinations des Glénan- et enfin, pour accompagner le développement du Pole de Course au large, une dernière extension pour créer un bassin profond capable d'accueillir les 60 pieds IMOCA du Vendée Globe... Port-La-Foret devient la première marina en eau profonde de la région[2],[3],[4].

Centre d'entraînement national[modifier | modifier le code]

Surnommé dans le milieu de la voile « la vallée des fous », c'est un très important centre d'entraînement pour la course au large : c'est en particulier le port d'attache des navigateurs Michel Desjoyeaux et Jean Le Cam, ainsi que de plusieurs Formules 60 et 60 pieds IMOCA, grâce aux infrastructures développées avec le centre d'entraînement national pour la course au large, autour du port de plaisance (construit depuis 1972) et du chantier spécialisé CDK Technologies créé par Hubert Desjoyeaux et Jean Le Cam avec d'autres associés.

Avant le Vendée Globe 2008-2009, 11 coureurs (sur les 30 engagés) se sont entraînés à Port-La-Forêt. Les 5 premières places de la course autour du monde sont revenues à des navigateurs du pôle forestois :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]