Fountaine-Pajot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fountaine-Pajot

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs Jean-François Fountaine et Yves PajotVoir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société anonyme (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Sailing the world since 1976Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Aigrefeuille-d'AunisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Construction navaleVoir et modifier les données sur Wikidata
Produits CatamaranVoir et modifier les données sur Wikidata
Effectif 379 ()[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.fountaine-pajot.comVoir et modifier les données sur Wikidata
Chiffre d’affaires 78 979 600 € ()[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Résultat net 6 323 700 € ()[3]Voir et modifier les données sur Wikidata

Fountaine-Pajot est une entreprise française de construction de catamarans de croisière, créée à Aigrefeuille-d'Aunis en 1976, par Jean-François Fountaine, Yves Pajot et Daniel Givon.

Le siège social de l’entreprise Fountaine-Pajot est fixé à Aigrefeuille-d'Aunis, près de La Rochelle. Possédant des implantations dans ces deux villes, cette entreprise de 400 employés devient en 2006 un des principaux constructeurs de catamarans de croisière mondiaux[4],[5],[6].

Historique[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le chantier est créé par deux régatiers sur dériveur léger, Yves Pajot, médaillé de bronze en Flying Dutchman aux JO de 1972, et Jean-François Fountaine, pré-sélectionné pour les JO de 1976.

L’entreprise a d’abord produit des dériveurs légers, avant de se tourner vers la production de planches à voile puis celle de catamarans de croisière.

Dériveurs[modifier | modifier le code]

L’activité de Fountaine-Pajot commence par la production de dériveurs légers, de type 470 et 505.

Planches à voile[modifier | modifier le code]

Le marché du dériveur souffrant, au début des années 1980, de l'explosion de la planche à voile, le chantier se lance dans ce domaine avec des planches destinées à la régate dans le cadre de la jauge dite Open division II de la Fédération internationale de voile. Les modèles, dénommés VMG[notes 1], puis VMG 2, ne s'imposent jamais vraiment face aux références de l'époque, la CRIT D2, la Dobelmann DB2, la Mistral One Design et la Lechner A-390, malgré une équipe de régatiers semi-professionnels.

Catamarans[modifier | modifier le code]

Le marché évoluant ensuite vers la pratique récréative du funboard, le chantier se tourne vers la production de catamarans habitables en 1983. Les modèles produits montent en taille, allant de 40 à 67 pieds pour les modèles à voile, et de 37 à 55 pieds pour les catamarans motorisés. En 2005, des investissements permettent d’industrialiser la production, tandis que celle-ci s’oriente vers le haut de gamme. En 2006, le développement d’un procédé spécifique de fabrication de ponts de bateaux par injection permet au chantier de produire les plus grandes pièces du monde en résine[7]

En 2008, 2700 exemplaires de 40 modèles de catamarans différents ont été produits[8],[réf. incomplète]. En 2009, le chantier construit entre 150 et 180 bateaux par an[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'après le terme Velocity made good ou coefficient de gain au vent

Références[modifier | modifier le code]

  1. « https://www.societe.com/societe/fountaine-pajot-307309898.html »
  2. « https://www.societe.com/societe/fountaine-pajot-307309898.html »
  3. « https://www.societe.com/societe/fountaine-pajot-307309898.html »
  4. « FOUNTAINE-PAJOT, la révolution du polyester », Sud Ouest,‎ , p. 17
  5. Hélène Lerivrain, « Nouvelles belles perspectives pour le constructeur de catamarans Fountaine Pajot », sur Objectif Aquitaine, La Tribune, (consulté le 9 août 2018).
  6. « France3 regions », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 4 août 2016)
  7. « Catamarans cotés en Bourse », Sud Ouest,‎ .
  8. « Le cap des 50 millions », Sud Ouest,‎ .
  9. « Spécial nautisme - Ceux qui comptent à La Rochelle », L'Expansion, no 741,‎ , p. VI.

Liens externes[modifier | modifier le code]