Les Terres-de-Chaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Terres-de-Chaux
Les Terres-de-Chaux
L'église Saint-Léger de Chaux-lès-Châtillon, commune des Terres-de-Chaux.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Maîche
Maire
Mandat
Françoise Barthoulot
2020-2026
Code postal 25190
Code commune 25138
Démographie
Population
municipale
127 hab. (2018 en diminution de 12,41 % par rapport à 2013)
Densité 8,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 10″ nord, 6° 44′ 19″ est
Altitude Min. 420 m
Max. 860 m
Superficie 14,49 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Maîche
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Les Terres-de-Chaux
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Les Terres-de-Chaux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Terres-de-Chaux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Terres-de-Chaux
Les Terres-de-Chaux

Les Terres-de-Chaux est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les-Terres-de-Chaux est une commune du département du Doubs qui, depuis 1969, regroupe les anciennes communes de : Châtillon-sous-Maîche : Castellonis en 1245, 1262 ; Chastaillon en 1343 ; Chasteillon en 1372 ; Chastillon en Montagne en 1417 ; Chatillon sous Meiche en 1500 ; Chastillon soubz Maisches en 1619 ; Chastillon soubz Meiche en 1686 ; Chatillons sous Meiche en 1784 ; Châtillon-en-Montagne en 1792 - Chaux-les-Châtillon : Chalo en 1177 ; Chaux en 1275 ; Calce de Montana à la fin du XIIe siècle ; Chaulx à la fin du XIVe siècle ; Chaux en Montagne, Chaux sur Maîche, Chaux sur Saint-Hippolyte du XVe siècle au XVIIe siècle ; Chault in Montana, Chaux-lès-Châtillon en 1743, nom confirmé par le décret du - Courcelles-les-Châtillon : Corcelle devant Chatillon en 1321 ; Corcelle en 1584 ; Courceles en 1562 ; Corcelles-les-Chastillon-soubz-Maches en 1564 ; Corcelles en 1584, 1623 ; Courcelles en 1613 ; Courcelle en 1686, 1803 ; Courcelles-les-Châtillon par décret du - Neuvier : Neufvye en 1562 ; Neufvie en 1667 ; Neuvie au XVIIIe siècle[1].

Sous l'Ancien Régime, ces villages dépendaient de la seigneurie de Châtillon-sous-Maîche et de la paroisse de Chaux-lès-Châtillon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Solemont Feule Dampjoux Rose des vents
Péseux
Froidevaux
N Bief
Fleurey
O    Les Terres-de-Chaux    E
S
Belleherbe Valoreille

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Les Terres-de-Chaux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (63,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (63,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (37 %), zones agricoles hétérogènes (36,7 %), prairies (26,4 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Terres-de-Chaux (Les) Blason
Inconnu.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2020 Jean-Jacques Venditti[9] DVD Retraité
Président de la Communauté de communes
de Saint-Hippolyte
2020 En cours Françoise Barthoulot [10] DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2018, la commune comptait 127 habitants[Note 2], en diminution de 12,41 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
555966897670766862
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
555973576768646463
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
534341282834302828
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2226148132128116125127128
2013 2018 - - - - - - -
145127-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ruines de l'ancien château de Châtillon-sous-Maîche.
Sceau du tabellion de Châtillon-sous-Maîche
  • Vestiges du château de Châtillon-sous-Maîche. Avec ses rochers d'une hauteur vertigineuse, dont le seul accès était protégé par trois portes successives, il était l'une des plus puissantes forteresses du comté de Bourgogne.

Construit au XIIe siècle par les sires de la Roche, Il entra en possession du sire Guillaume de Vienne le 06 . Son héritier, Jean de Vienne vendit la seigneurie de Châtillon en 1461 / 1464 à Guillaume de Ray seigneur de Beaujeu.

Ce fut Philippe De Hochberg qui s'en porta acquéreur ensuite.

Durant les guerres de Bourgogne, il fut pris par les troupes de Louis XI en 1479. Repris peu après par les Bourguignons, il ouvrit à nouveau ses portes aux Français, et son capitaine, Chrétien De Digoine fut décapité à Faucogney pour l'exemple.

Au sortir des Guerres de Bourgogne, il fut rebâti et puissamment modernisé pour résister aux armes à feu comme en témoigne encore ses belles et nombreuses pierres à bossages. Inquiété par les troupes suédoises en 1639, il n'ouvrit point ses portes et ce n'est qu'en 1668, qu'il fut détruit, lors de la première conquête de la Comté par Louis XIV. Deux vues, dont l'une cavalière, subsistent dans les atlas de la Bibliothèque du Génie.

  • Église Saint-Léger (XIIe-XVIIe siècles), à Chaux-lès-Châtillon, inscrite monument historique en 1936. Des fresques du XVIe siècle, mises au jour en 1996, ont été restaurées en 2005.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Louis Sabas de Faivre, né le au château de Courcelles-les-Châtillon et mortellement blessé le au combat devant Lauterbourg (Bas-Rhin), dit général "Febure" ; général de brigade des armées de la République.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 2, 5, BESANÇON, CÊTRE, 1983, 1986.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. [PDF] Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires
  10. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]