Grand'Combe-Châteleu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grand’Combe-Châteleu
Grand'Combe-Châteleu
Grand'Combe-Châteleu
Blason de Grand’Combe-Châteleu
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Pontarlier
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Morteau
Maire
Mandat
Jean-Pierre Frigo
2020-2026
Code postal 25570
Code commune 25285
Démographie
Gentilé Beugnonne, Beugnon
Population
municipale
1 487 hab. (2018 en augmentation de 3,84 % par rapport à 2013)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 01′ 37″ nord, 6° 34′ 14″ est
Altitude Min. 750 m
Max. 1 300 m
Superficie 21,46 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Morteau
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Morteau
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Grand’Combe-Châteleu
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Grand’Combe-Châteleu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grand’Combe-Châteleu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grand’Combe-Châteleu
Liens
Site web http://www.grandcombechateleu.fr

Grand’Combe-Châteleu est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté.

Les habitants de Grand’Combe-Châteleu sont appelés les Beugnons et les Beugnonnes, en référence au nom du ruisseau parcourant le fond de la vallée : le Beugnon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est très important ; il est composé de vastes forêts aux sombres résineux, de prés alliant toutes les gammes de vert et des sources, des biefs, des ruisseaux. Le village est surplombé par le mont Châteleu qui culmine à 1 302 mètres, d’où l’on découvre une vue sur le val.

Le cœur du village se situe sur la hauteur, avec son église et son cimetière.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le village s’étend dans deux combes, l’une traversée par le Doubs, l’autre par le Theverot, torrent capricieux et par le légendaire Beugnon. Le Beugnon est un petit ruisseau qui prend sa source dans une ferme du bas de Grand'Combe-Châteleu et qui après avoir traversé une partie du village se jette dans le Theverot. La légende dit que celui qui boit au Beugnon perd la raison. Le Beugnon est actuellement canalisé sur une grande partie de son cours.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Grand Combe en 1590 ; devient Grand-Combe-Châteleu le [1].

Combe : « vallée, replat d'une vallée ».

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Grand'Combe-Châteleu est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Morteau, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 21 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (49,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (50,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (49,9 %), prairies (40,5 %), zones urbanisées (6,1 %), zones humides intérieures (1,8 %), zones agricoles hétérogènes (1,7 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’histoire du val de Morteau remonterait au VIIe siècle. La commune fut créée le sous le nom de Grand’Combe de Morteau, tel qu'illustré sur la carte de Cassini. Ce n'est ensuite qu'en 1937 que la commune prit le nom actuel de Grand’Combe-Châteleu.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1900[9]
Période Identité Étiquette Qualité
18 mai 1945 1953 Gaston Perrey    
7 mai 1953 1965 Marcel Jacquet    
27 mars 1965 1977 Marcel Reymond    
31 mars 1977 1983 Pierre Remonay    
18 mars 1983 1995 Jean Burgunder    
23 juin 1995 2001 Michel Simonin    
mars 2001 2014 Évelyne Boillot[10]    
mars 2014 En cours
(au 31 mai 2020)
Jean-Pierre Frigo [11]
Réélu pour le mandat 2020-2026
Sans étiquette Professeur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2018, la commune comptait 1 487 habitants[Note 3], en augmentation de 3,84 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
862815824850897952924893943
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9631 0621 0571 0011 023969967937923
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
943904920937917899834828917
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 0861 1121 1241 1991 3011 2661 3221 3571 464
2018 - - - - - - - -
1 487--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le travail du bois représente une activité importante et artisanale. Le fromage, fabriqué sur place, ainsi que les différentes productions de fumé jouissent d’une excellente réputation.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ce village rural, essentiellement agricole par le passé, possède un riche patrimoine bâti ancestral qui lui permet de bénéficier du label de Cité de Caractère de Bourgogne-Franche-Comté.

  • L' église Saint-Joseph. bâtie au lieu-dit Rossignier de 1674 à 1676 par Pierre Moyse et consacrée en 1679, le certificat de cette consécration par l'archevêque Antoine-Pierre de Grammont est conservé dans un étui en fer blanc. Son chœur fut organisé en 1736 et 1739, son clocher-porche ajouté en 1767[1]. Elle renferme une Sainte-Madeleine, du peintre Auguste Charpentier (1813-1880), datée de 1837. Il fut donné en 1850par le chanoine Boillot, curé de l'église de la Madeleine de Besançon.
  • Toutes les fontaines sont conservées en eau (plus d’une dizaine).
  • La vallée du Doubs avec le Défilé du Coin de la Roche.
  • De nombreux sentiers de randonnées et des plantes rares sont à découvrir.
  • Le ski de randonnée est pratiqué et des remonte-pentes sont installés, dont deux au village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean-Claude Bouquet (Grand’Combe-Châteleu 1819 - Paris 1885) est un mathématicien français qui travailla sur les fonctions doublement périodiques. Il naquit dans un hameau de Grand’Combe-Châteleu, le Pont de la Roche. Bouquet fit ses études à Lyon et fut admis au concours d’entrée à l’École normale supérieure en 1839. Il soutint en 1842 sa thèse de doctorat Sur la variation des intégrales doubles. Il enseigna au lycée de Marseille, à la faculté des sciences de Lyon, puis en classes de mathématiques spéciales à Paris au lycée Condorcet (1852-1858) et au lycée Louis-le-Grand (1859-1867). Il fut ensuite maître de conférence à l’École normale supérieure et répétiteur à l’École polytechnique. Il prit la succession de Joseph-Alfred Serret à la Faculté des sciences de Paris en 1874 et occupa cette fonction jusqu’en 1884. Il fut élu membre de l’Académie des sciences en 1875.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Grand'Combe-Châteleu Blason
D'azur à la ruche d'or sur un plateau de gueules, entourée d'abeilles d'or volant en nombre.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Grand'Combe-Châteleu
D'argent à une ruche d'or ° accompagnée de douze abeilles du même en orle[23].
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (
or sur argent).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 3, Besançon, Cêtre, .
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. [Echos du Beugnon numéro 6 - décembre 1999]
  10. [ http://www.franche-comte.pref.gouv.fr/documents/8a15ee0b6cc47fdfb386fa24c1be75c2/lst-maires-doubs.pdf Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)]
  11. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. Notice no PA00101649, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. Notice no PA00101651, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Notice no PA00101650, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. Wikipédia
  20. « Chapelle Saint-Joseph », notice no IA00013842, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Chapelle Notre-Dame-du-Hameau », notice no IA00014123, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Chapelle Notre-Dame-des-Ermites », notice no IA00013843, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « OLDJP - La banque du blason 2 » : Communes de France - 25 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur labanquedublason2.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]