Charmauvillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Charmauvillers
Charmauvillers
Blason de Charmauvillers
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Maîche
Maire
Mandat
Olivier Clémence
2020-2026
Code postal 25470
Code commune 25124
Démographie
Population
municipale
280 hab. (2021 en augmentation de 10,67 % par rapport à 2015)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 14′ 23″ nord, 6° 55′ 09″ est
Altitude Min. 500 m
Max. 1 007 m
Superficie 10,47 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Maîche
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Maîche
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Charmauvillers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Charmauvillers
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
Charmauvillers
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
Charmauvillers

Charmauvillers est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Jura, caractérisée par une forte pluviométrie en toutes saisons (1 000 à 1 500 mm/an), des hivers rigoureux et un ensoleillement médiocre[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 7,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,7 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 549 mm, avec 12,7 jours de précipitations en janvier et 12 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Charquemont », sur la commune de Charquemont à 8 km à vol d'oiseau[3], est de 8,3 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 575,4 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 37,2 °C, atteinte le ; la température minimale est de −31 °C, atteinte le [Note 1],[4],[5].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[6]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Charmauvillers est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[8],[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Maîche, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 23 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (59,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (59,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (59,7 %), prairies (30,2 %), zones agricoles hétérogènes (7,8 %), zones urbanisées (2,4 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Chalmoyvilar en 1177 ; Charmeveler en 1308 ; Charmontvillers en 1750 ; Charmauvillars depuis 1790[14].

En venant de la route de Damprichard après 5 km, on arrive à Charmauvillers par le col de la Vierge (960 m), ou depuis Goumois (7 km). Depuis le village, on découvre un superbe paysage sur la vallée du Doubs et la chaîne du Chasseral (1 607 m) en direction de la Suisse.

Un petit chemin descend au bord du Doubs, au lieu-dit la Goule, où un petit pont permet de passer en Suisse[15] à Le Noirmont. On peut admirer une belle petite chapelle datant de 1694 au début du Bief d'Etoz, village disparu mais qui était célèbre pour sa verrerie, dès le début du XVIIIe siècle. Cependant cette verrerie était bâtie plus en amont, sur un terrain loué aux Rondot, meunier au Bief d'Etoz, mais situé sur le hameau des Essarts Cuenot, qui pour un temps éphémère a été commune (de 1793 à 1868) d'où des noms différents : verrerie du Bief d'Etoz ou verrerie des Essarts Cuenot.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première date retrouvée à Charmauvillers est inscrite sur une pierre aujourd'hui insérée dans un mur de l'ancien presbytère : 1066.

Quant à la première mention manuscrite, elle est donnée par le pape Alexandre III en l'an 1177 : il confie l'église mère de Fessevillers ainsi que ses quatre chapelles : (Trévillers, Courtefontaine, Indevillers et Charmauvillers) au prieur Pierre du monastère de Lanthenans afin qu'il y perçoive dîmes et oblations.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995   Yves Aubry    
mars 2001 2008 Colette Nappey    
mars 2008 2014 Jean-Marc Burgat[16]    
mars 2014 En cours
(au 1er juin 2020)
Olivier Clémence [17]
Réélu pour le mandat 2020-2026
SE Ouvrier
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[19].

En 2021, la commune comptait 280 habitants[Note 4], en augmentation de 10,67 % par rapport à 2015 (Doubs : +1,89 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
275203249263295342311333343
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
417422423426451418421408386
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
389407403341333306277295326
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
270277234229189207240239270
2015 2020 2021 - - - - - -
253278280------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le site de la Goule.
  • La Goule et la légende de « la marmite de pièces d'or » : Du côté français, on accède à La Goule par un petit chemin qui descend depuis Charmauvillers jusque sur la rive du Doubs. Au XIVe siècle, un petit hameau y était situé entre la rivière et la falaise et vivait, probablement, de la paysannerie et profitait de la force motrice du Doubs pour actionner un moulin à grain.
Le 18 octobre 1356, le violent séisme qui détruisit la ville de Bâle, fit écrouler la falaise sur le petit hameau qui disparut sous des quantités énormes de roches. Celles-ci formèrent une sorte de barrage naturel sur la rivière. Une légende veut qu'une marmite pleine de pièces d'or soit restée sous les décombres.
Aujourd'hui, un petit pont permet de passer côté Suisse devant le bâtiment des douanes et de remonter jusqu'à Le Noirmont et Saint-Imier; le barrage de La Goule a été aménagé en 1895 pour produire de l'électricité . Sur la rive du Doubs côté suisse, un petit café-restaurant accueille les touristes ; c'était (ou c'est encore) le lieu de rendez-vous de la jeunesse (suisse et française) venue pour danser.
  • Le bief d'Etoz et la chapelle Notre-Dame des Ermites qui recèle aussi une cloche du XVIIe siècle recensée dans la base Palissy[23].
  • Le cimetière permet de voir de rares pierres tombales datant du XIe siècle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Charmauvillers Blason
D'azur à la fasce d'or maçonnée de sable et chargée d'une divise de sinople, le tout voûté et accompagné en chef d'un soleil non figuré à douze rais d'or accosté de deux clarines munies de leur courroie d'argent, celle de dextre en bande et celle de senestre en barre, et en pointe de deux truites de même courbées et affrontées, la seconde renversée, miraillées de sable[24].
Détails
Création de Nicolas Vernot inaugurée par la municipalité le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Charmauvillers et Charquemont », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Charquemont », sur la commune de Charquemont - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Charquemont », sur la commune de Charquemont - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 2, BESANÇON, CÊTRE, .
  15. Le passage automobile pour la Suisse se fera de préférence par Goumois qui dispose d'un poste frontière.
  16. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  17. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  22. « Cloche », notice no PM25000496, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture
  23. « Cloche », notice no PM25000497, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture
  24. « Charmauvillers (Doubs) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]