Soulce-Cernay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Soulce-Cernay
Soulce-Cernay
Soulce-Cernay#Héraldique
Blason de Soulce-Cernay
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Maîche
Maire
Mandat
Robert Vetter
2020-2026
Code postal 25190
Code commune 25551
Démographie
Population
municipale
131 hab. (2018 en augmentation de 7,38 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 33″ nord, 6° 51′ 33″ est
Altitude Min. 377 m
Max. 850 m
Superficie 8,55 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Maîche
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Maîche
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Soulce-Cernay
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Soulce-Cernay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Soulce-Cernay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Soulce-Cernay
Soulce-Cernay, vu du pont sur le Doubs

Soulce-Cernay est une commune française, située dans le département du Doubs et la région Bourgogne-Franche-Comté. Les habitants se nomment les Soulçois et Soulçoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Soulce-Cernay est un petit village situé à l'est de la France. Le village est situé dans le département du Doubs de la région Franche-Comté. Le village de Soulce-Cernay appartient à l'arrondissement de Montbéliard et au canton de Saint-Hippolyte. L'altitude de Soulce-Cernay est de 390 mètres environ. Sa superficie est de 8,55 km2. Sa latitude est de 47,324 degrés nord et sa longitude de 6,859 degrés est.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les villes et villages limitrophes de Soulce-Cernay sont : Montandon (25190) à 2,74 km, Chamesol (25190) à 3,34 km,Les Plains-et-Grands-Essarts (25470) à 3,42 km, Saint-Hippolyte (25190) à 3,53 km, Courtefontaine (25470) à 3,84 km, Montjoie-le-Château à 4,40 km - les distances avec ces communes proches de Soulce-Cernay sont calculées à vol d'oiseau.

Météo[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Soulce-Cernay est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Maîche, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 23 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[3],[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

C'est l'eau salée (aqua salsa), exploitée dans la saline de Soulce, qui a donné son nom à la localité de Soulce Butunsulza en 1136 ; Sulcea en 1180 ; de Salino de Sulce en 1239 ; Sulz en 1210 ; Les pays et salines de Suce en 1264 ; Soulze en 1292 ; Soulce en 1312 ; cils de Source vers 1390 ; Sousse en 1464 ; Cernay sur Soulce en 1671[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1980 mars 2012 Michel Tüscher[6]    
2012 mai 2020 Olivier Billey[6] UMP-LR Fonctionnaire
mai 2020 En cours Robert Vetter [7]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2018, la commune comptait 131 habitants[Note 3], en augmentation de 7,38 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
221207265187206213218241244
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
213221267215217216230225202
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
188206170155269151126115161
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1108973587194103105106
2013 2018 - - - - - - -
122131-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le barrage de Grobois construit en 1927 se trouve sur la commune.
  • Le puits salé, au hameau de la Saulnerie.
  • Église Saint Laurent.
  • Grotte de la roche
Le puits salé, au hameau de la Saulnerie.
Porche de la grotte de la roche
Intérieur de la grotte de la roche.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L’abbé Laurent Valzer, né le , fils de laboureur, fait sa rhétorique au séminaire d’Ornans (1826-27) puis une année de philosophie à École, il partage le 2e prix de dissertation avec Victor Mauvais (1809-1854) astronome et député du Doubs. Il débute en 1828 au séminaire de théologie de la rue Mégevand, En 1831, il est ordonné prêtre par Mgr de Chamon qui remplaçait le cardinal archevêque de Besançon François-Auguste, duc de Rohan-Chabot, exilé à Rome. Après trois ans à Monbenoît, il est en 1834 à la cure de Grandfontaine. Il préside le groupement de 7 jeunes filles qui veulent devenir “gardes-malades”. Ce fut le début de l’actuelle congrégation des Saints Noms de Jésus et de Marie “les Sœurs Bleues de la Marne” dont la Maison-Mère est à Montferrand-le-Château. Il meurt à Grandfontaine le .

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Soulce-Cernay Blason
Tiercé en pairle renversé : au 1er de pourpre à la croix de cimetière du lieu, pommetée, perronnée de deux pièces et chargée en cœur d'un besant surchargé d'un cœur, le tout d'argent, au 2e d'or au tas de sel d'argent soutenu de l'inscription « SEL » de sable, au 3e de sinople à la divise ondée cousue d'azur ; le tout enfermé dans une bordure réduite d'argent chargée de vingt tourteaux de sable[12].
Détails
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (argent sur or).

Création Christian Mainier, adoptée par la municipalité en février 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  5. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 6, BESANÇON, CÊTRE,
  6. a et b [PDF] Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires
  7. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020)
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  12. « Soulce-Cernay (Doubs) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 28 novembre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]