Famille de Ray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
De gueules, aux rais d'escarboucle fleurdelissées d'or

La Famille de Ray est une ancienne famille chevaleresque originaire du Comté de Bourgogne dont grand nombre de chevaliers furent « gardien du comté », et qui possédait la baronnie de Ray-sur-Saône et son château.

Première famille de Ray[modifier | modifier le code]

La chronique de Bèze fait état de Guy de Ray, chevalier, qui vivait au XIe siècle, son fils Seguin était témoin vers 1112 d'un acte entre Gérard de Fonvens et l'abbaye de Saint-Étienne de Dijon. Ses enfants (Foulques, Gauthier, Geoffroy et Barthélemy) faisait le don d'un terrain en 1132 pour l'édification de l'abbaye de Maisières[1].

Seconde famille de Ray[modifier | modifier le code]

La seconde famille de Ray tire son origine dans celle de La Roche du château de La Roche. Othon Ier de la Roche, sire de La Roche et de Roulans, en épousant Gertrude de Ray transmet à son fils Pons II de la Roche les seigneuries de Flagey et de Maizières et permet à celui-ci de se comporter comme un seigneur à Ray. Othon de La Roche, fils du précédent, duc d'Athènes de 1205 à 1225, baron de La Roche et de Ray transmettra la seigneurie de Ray à son fils Othon V de la Roche qui prendra le nom d'Othon II de Ray en relevant le nom de sa mère. Afin de conforter ses possessions en Bourgogne Othon II de Ray vendait ses terres d'Argos-Nauplie en Grèce à son frère Guy Ier. Portant au début les armes de la maison de La Roche, les descendants d'Othon V porteront le nom et les armes des anciens seigneurs de Ray : de gueules à l'escarboucle pommeté et fleuronné d'or de huit rays, timbrées, couronnées d'or, supportées par deux tigres d'argent[1].

Othon II, (? - après 1251), sire de Ray[8], de La Roche-sur-Ognon en partie et d'Argos-Nauplie[9] en Grèce. Il est le fils aîné d'Othon de la Roche, duc d'Athènes et d'Isabelle, fille du seigneur Guy de Ray[10], ou d'Élisabeth (ou Isabelle) fille de Clarembaud V, seigneur de Chappes. Il fonde la branche de Ray en prenant le nom d'Othon II de Ray et garde le nom et les armes de la Roche[1]. Son écu "équipollé à quatre points d'échiquier papelonnés" semble le désigner comme le fils ainé du duc d'Athènes[11].

Mariages et succession :
Il épouse en premières noces Béatrice de Joinville puis en secondes noces Marguerite, (? - après 1251), fille de Guy de Thilchatel et de Guillemette de Bourgogne, puis en troisièmes noces Étiennette de La Roche. Il a :

  • Jean Ier qui suit,
  • Gauthier
  • Guillemette,
  • Isabelle.

Jean Ier de Ray, (? - 1262/64), né "Jean de La Roche", seigneur de Ray. Il quitte le nom de la Roche pour prendre celui de Ray ainsi que les armes de cette ancienne terre. Il teste en 1263[1].

Mariage et succession :
Il épouse en 1251 Yolande[12] de Choiseul. Il a :

  • Othenin qui suit,
  • Richard,
  • Guillaume,
  • Alix,
  • Gauthier,
  • Yolande/Isabelle.

Othenin ou Othes de Ray[13], (? - 1298), sire de Ray, chevalier[1],[14].

Mariage et succession :
Il épouse en 1295 Guillemette, (? - après 1312), dame de Lieffrans, fille de Jean Ier de Faucogney et d'Elvis/Simonette de Joinville, de qui il a :

  • Aymé qui suit,
  • Othe,
  • Isabelle, épouse de Valerans le jeune, comte de Thierstain, seigneur de Florimont,
  • Guillemette, épouse d'Aymon de Villersexel,
  • Jeanne, elle épouse Eudes de Fouvent,
  • Gui.

Aymé de Ray, (? - ), chevalier, sire de Ray[15], de Vauvillers, de Soye, de Membrey, de Vaitte[1],[16].

Mariages et succession :
Il épouse en premières noces avant 1299 Étiennette, (? - avant 1305), dame de Soye, fille d'Odon de La Roche-en-Montagne et d'Agnès de Saint-Florentin, puis en secondes noces en 1305 Mahaut, (? - après le ), dame de Vauvillers, fille de Warry de Pulligny et de Jeanne de Rosières.
Du premier mariage il a :

  • Jeanne, dame de Soye, elle épouse Pierre de Bauffremont, (? - 1347/62),

Du second mariage il a :

  • Othe,
  • Renaud, chanoine de Besançon,
  • Gauthier qui suit,
  • Jean, il épouse Catherine, fille de Vauthier de Vienne et d'Achillande de La Roche.

Gauthier de Ray, (? - juin ou ), chevalier, seigneur de Ray, de Soye, de Lieffrans, gardien du comté de Bourgogne[1].

Mariage et succession :
Il épouse Cunégonde[17], fille d'Henri II de Blamont et de Marguerite de Montfaucon, de qui il a :

  • Jean II qui suit,
  • Isabelle, (? - après 1369), dame de Lieffrans, elle épouse Horry d'Asuel, (? - 1381). Elle teste en 1369 et est inhumée dans l'église de Ray auprès de sa sœur Marguerite,
  • Marguerite, (? - avant 1368), elle épouse (d'après Roglo) Humbert de Rougemont,
  • Guillemette, (? - 1388), elle épouse en 1356 Jean d'Estrabonne, chevalier, seigneur d'Étrabonne,
  • Marguerite, elle épouse Guyot de Rougemont.

Jean II de Ray, (? - ), chevalier, seigneur de Ray et de Beaujeu. Nommé héritier de sa sœur Isabelle en 1369, il est gardien du comté de Bourgogne et nommé ambassadeur du duc de cette province en 1378[1].

Mariages et succession :
Il épouse en premières noces Marie, (avant 1350 - après 1390), dame de Courcelles, fille de Guillaume de Châteauvillain et de Blanche de Châtillon-en-Bazois, puis en secondes noces Mahaut de Savigny.
Du premier mariage il a :

Du second mariage il a :

Bernard de Ray, (? - /35), chevalier, seigneur de Ray, de Beaujeu et de Seveux[1].

Mariage et succession :
Il épouse le Marguerite, (vers 1387 - 14/), dame de la Ferté-sur-Amance (fille de Thibault VII de Neuchâtel-Bourgogne et d'Alix de Joinville), de qui il a Jean IV qui suit.

Jean IV de Ray, (? - 1465), seigneur de Ray, de Beaujeu, de La Ferté, d'Autoreille, de Courcelles, de Pressigny, de Seveux... Il affranchit les habitants de Ray en 1436[1].

Mariages et succession :
Il épouse en premières noces Louise, fille de Jean de Vergy seigneur d'Autrey et d'Antoinette de Salins-la-Tour, puis en secondes noces avant 1436 Claude, fille d'Amédée de Viry et de Bonne d'Hauteville. Du premier mariage il a :

Antoine Ier de Ray, (? - après 1490), chevalier, seigneur de Ray, de Seveux, de Courcelles... Il est chambellan et conseiller de Charles le Téméraire, bailli d'Amont de 1468 à 1470[1].

Mariage et succession :
Il épouse Jeanne, dame de Roulans, fille de Jean de Vienne (décédé en 1440, petit fils de l'amiral Jean de Vienne) et de Béatrice de Saint-Chéron, de qui il a :

  • Marc qui suit,
  • François, (? - 1516), chevalier, seigneur de Seveux et de Saint-Julien, il épouse Claude, dame de Torcenay et de Pleurs, fille de Guillaume de Hangest et de Marguerite de Torcenay,
  • Louise, (? - 1477), elle épouse Jean de Goux, écuyer, fils de Pierre seigneur de Goux, chevalier et chancelier de Bourgogne,
  • Clauda/Claude, elle épouse Pierre d'Haraucourt, (? - ), chevalier, seigneur de Chauvirey,
  • Marguerite, (? - 1484), elle épouse en 1440 Jean IV de Rupt, (? - vers 1483), chevalier, conseiller et chambellan du duc de Bourgogne, bailli d'Amont.

Marc de Ray, (? - 1510), baron de Ray, chevalier, seigneur de Roulans[1].

Mariage et succession :
Il épouse en 1476 Philippote, fille de Pierre de Goux et de Mathiète de Rye, de qui il a :

  • Claude Ier, chevalier, baron de Ray, seigneur de Vauvillers, conseiller et chambellans de l'empereur, bailli d'aval, chevalier de l'ordre de l'Annonciade, il épouse en 1508 Catherine de Courcelles dame de Tanlay et d'Aillefol, fille de Philippe de Courcelles, seigneur de Saint-Liébault (? - )[21]. Il épouse ensuite Claudine de Hangest dont il aura Pernette de Ray épouse de Charles de Livron seigneur de Bourbonne, et Claudine de Ray épouse de François de Montfort [2]. En 1524, il est membre du Conseil des Pays Bas et se rend en Savoie en compagnie de Nicolas Perrenot de Granvelle (cf Marguerite de Jean-Pierre Soisson 2002)
  • Antoine II qui suit,
  • Anne, (? - après le ), elle épouse en 1514 Girard de Plaine, Seigneur de la Roche, Baron de Maigny et de Courcelles, Seigneur de Govenans, ce dernier mourut en Ambassade de Rome et fut inhumé à Notre Dame del Popolo (? - après 1525).

Antoine II de Ray, (? - 1539), chevalier, seigneur de Ray, de Roulans, de Mont et de Franoy-les-Champlitte. Il hérite de la baronnie de Ray après le décès de son frère ainé qui n'avait pas d'enfants mâles. Il avait été page de l'empereur Charles Quint[1].

Mariage et succession :
Il épouse Jeanne, fille d'Amédée de Viry et d'Hélène de Menthon, de qui il a :

  • Claude qui suit,
  • Clériadus, (? - vers 1613), baron de Ray, il fonde la branche de Roulans. Il épouse en 1587 Claudine, fille de Jean de Bauffremont et de Béatrice de Pontailler, de qui il a Rose (épouse d'Alexandre de Marmier) et Claude-François, baron de Ray, qui se marie avec Béatrix de Grammont, dame de Conflandey. Claude-François eut une fille Marie-Célestine, baronne de Ray qui épouse en 1636 Albert de Mérode, marquis de Trélon, grand veneur de Flandres, capitaine des archers de la garde de Dom Jean d'Autriche. Par ce mariage la terre est transmise aux maisons de Mérode et de Looz-Cosvarem.
  • Catherine, (? - avant 1563), elle épouse le Guy de Genève, (? - après le ).

Claude de Ray, (? - 1575), baron de Ray, chevalier[1],[22]. Il fit hommage, en 1574, au Roi d'Espagne, pour les terres de Courlaoux, Thoraise, Mutigney Chassagne, Sergenon, Sergenaux, Foulenay appartenant à son épouse[23]. Il semble disparaître la même année, son fils aîné et héritier étant sous la tutelle de sa mère. Grosse d'enquête à l'encontre de son épouse vraisemblablement veuve en 1577 au bénéfice de son beau fils Philibert Seigneur de Montmartin[24].

Mariage et succession :
Il épouse en 1541 Anne, Dame de Courlaoux et de Bersaillin, fille d'Adrien de Vaudrey et d'Anne de Vuillafans.

De son mariage il a :

  • Jean-Baptiste, baron de Ray, était sous tutelle de sa mère en l'an 1574[25], il meurt avant d'être marié à Léonore Chabot, fille de Léonor Chabot, comte de Charny et de Busançois, Petit neveu de François 1er, Grand Ecuyer de France et de Jacqueline de Rye, dame de Longwy.
  • Renée, (? - après le ), dite Marquise de Ray, dame de Vaudrey, La Chassagne, Corlaou, Dupin et Bersaillin, baronne du Mont-Saint-Vincent. Elle épouse en premières noces en 1577 François de Vergy, (? - vers le ), comte de Champlitte, gouverneur de Bourgogne puis en secondes noces le Charles-Emmanuel de la Chambre, (1572 - ), dit de Seiffeil, marquis d'Aix, chambellan du duc de Savoie. Certificat de la mort de Renée de Ray, Marquise de Ray, survenue à Aix, le , donné par MM. de Vergy et Vaudrey pour liquidation de sa pension, 1598 - 1599[26].
  • Louise, elle épouse Philibert de Montmartin, chevalier, baron de Montmartin.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Guillaume, Histoire généalogique des sires de Salins au comté de Bourgogne, Besançon, Jean-Antoine Vieille, (lire en ligne), p. 70 à 83
  • François Dunod de Charnage, Memoires pour servir a l'histoire du comté de Bourgogne, Besançon, Charmet, (lire en ligne), p. 102-112
  • Geneall, Ray [12]
  • Roglo, seigneur de Ray [13]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m et n histoire généalogique des sires de Salins
  2. a b c et d Mémoires pour servir à l'histoire du comté de Bourgogne. François-Ignace Dunod de Charnage
  3. "Willelmus Fontis-vennæ, Widonis de Radiaco, Sewini filii eius" a été témoin de la charte datée de 1099 aux termes de laquelle "Oddo filius Hugonis Senior Montis Salonis" a fait don de "honorem suum ... à Calma" à Saint-Pierre de Bèze Médiéval Généalogie Seigneurs de Ray [1]
  4. Il est possible qu'il soit le fils de Guy ci-dessus "Sewinus miles de Raico" a fait don de "Unum mansum ... in villa ... Wascum curtis" à Saint-Pierre de Bèze, pour l'âme de "patris sui Widonis", (charte non daté), signé par "Sewini et uxoris eius, Widonis qui est Dominus Fontisvennæ ..." et "Widonis qui Fontis-vennæ est Dominus, Willelmi avunculi eius, Hugonis de Poliaco, Seuvini de Raiaco ..." étaient témoins de la charte datée de 1114 en vertu de laquelle "domnum Joffredum dominum Bellimontis cum Gertrudi sua conjuge, suoque filio Hugone" donnait une propriété "apud Lentiliacum" à Saint-Pierre de Bèze, pour l'âme de "filii sui Fulchonis" Médiéval Généalogie Seigneurs de Ray [2]
  5. Guillaume rapporte que "Foulques de Ray, Gauthier, Foulques, Geoffroy et Barthélemy ses enfants, et Boniface de Ray fils de Barthélemy" ont fait don d'un terrain sur lequel construire l'abbaye de Maisières, charte datée de 1132 Médiéval Généalogie Seigneurs de Ray [3]
  6. "... Lamberti de Raeio ..." a été témoin de la charte en vertu de laquelle "Cæcilia uxor Evrardi de Rollens filio meo Willelmo ... filiam meam Helisabeth" a fait don d'un serf à Bèze. Le document n'est pas daté mais Bertin le date à [1150] (sans discuter des fondements de sa spéculation) Médiéval Généalogie Seigneurs de Ray [4]
  7. Guillaume rapporte que "Odon de Ray" garantissait un accord entre les moines de Charlieu et "Richard de Vauconcour", charte datée de 1172 Médiéval Généalogie Seigneurs de Ray [5]
  8. "Otto de Roca, dominateur de Ray filius quondam domini, Ottonis ducis Athenarum" (charte pour Charlieu datée de 1234) Médiéval Généalogie[6]
  9. "Othes de la Roche" a confirmé avoir vendu "le chastel d'Argues et le chastel de Naples" à "Monseigneur Guion de la Roche seigneur d'Athènes nostre ... frere ... madame Agnès dame d'Athènes sa femme", avec le consentement de "madame Marguerite nostre femme. ..et de Guillermete nostre fille, qui est en présence et estoit en présence" et promettant d'obtenir le consentement de "Jahan nostre fil qui est en vie et ... Isabelon nostrée remplie de résultats", en échange de droits en Bourgogne et en Champagne héritées de "Monseigneur nostre père et ... madame Isabel nostre mère", (charte du 19 avril 1251) Médiéval Généalogie[7]
  10. Archives départementales de la Haute-Saône, H, Fleurey-les-Lavoncourt. — Échange fait entre l'abbaye et Eudes de Roche, seigneur de Ray, de la part des dîmes de Fleurey possédées par ledit Eudes contre tout ce que l'abbaye possédait à Betoncourt (1234)
  11. Jean Longnon, « Les premiers ducs d'Athènes et leur famille », Journal des Savants, vol. 1, no 1,‎ , p. 61-80 (lire en ligne) p.70
  12. "Jean Sire de Choiseul et d'Aigremont" a confirmé un don, avec le consentement de "Bertremette dite Alix dame d'Aigremont était sa femme et ses frères Renard trésorier de Reims et Robert damoiseau, de ses sœurs Yoleas femme de Jean de Ray et Agnès" (charte datée d'août 1252) Médiéval Généalogie[8]
  13. "Ottenin ou Othes Sire de Ray chevalier" a confirmé "avec Yolande Dame de Ray sa mère" la donation de "[les] dîmes de Membrey", faite à l'abbaye de Bellevaux par "Jean de Ray son père" (charte datée 1264) Médiéval Généalogie[9]
  14. Archives départementales de la Haute-Saône, B. - Étienne, seigneur d'Oiselay, reprend de son neveu, Othenin de Bourgogne, le château de Ray et ses dépendances, tenus de lui par le seigneur de Ray, 1267 (original et vidimus)
  15. "Aimé seigneur de Ray chevalier" a déclaré détenir "le château de Ray" en fief auprès de "Etienne d'Oiselay seigneur d'Oiselay, seigneur de La Villeneuve" (charte datée de 1323) Médiéval Généalogie[10]
  16. Archives départementales de la Haute-Saône, B. - Aimé, seigneur de Ray, chevalier, déclare tenir en fief d'Étienne, seigneur d'Oiselay, seigneur de La Villeneuve, le château de Ray, c'est-à-dire le donjon et le bourg formé de murs, 1323 (copie)
  17. "Gauthier de Ray et Cunégonde de Blamont sa femme" ont fondé le chapitre de Ray (charte datée de 1341) Médiéval Généalogie[11]
  18. Catherine de Vergy est veuve en premières noces de Thibaud, bâtard de Neufchâtel
  19. a b et c La recluse des Innocents Renée de Vendomois par la Revue historique et archéologique du Maine 1892 (T1) pages 54 à 83 et 202 à 217 à lire en ligne sur gallica.bnf.fr plus particulièrement la page 74
  20. a et b François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois : Dictionnaire de la noblesse tome XI page 356
  21. Collection des inventaires sommaires des archives départementales antèrieurs à 1790. Rédigé par M. Alphonse ROSEROT, archiviste- adjoint. Aube. Archives civiles. Série E. Tome Premier. Troyes. Imprimerie Administratives de J. BRUNARD, 1884
  22. Archives départementales de la Haute-Saône, G, Membrey. — Claude de Ray, chevalier, seigneur de Ray, renonce au droit de patronage qu'il prétendait avoir en la cure de Membrey au profit des chanoines de Champlitte (1519)
  23. Extrait du Dictionnaire GEOGRAPHIQUE, HISTORIQUE et STATISTIQUE Des communes de la Franche-Comté De A. ROUSSET Tome VI (1854)
  24. Sources parisiennes relatives à l'histoire de la Franche-Comté par Jean Courtieu, Anne-Marie Courtieu p.321
  25. Histoire généalogique des sires de Salins Par Jean Baptiste Guillaume, Salins p.80
  26. Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790... (Volume 1-2), Archives départementales du Doubs, Jules Gauthier