Cette page est en semi-protection longue.

Katsuni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Katsuni
Description de cette image, également commentée ci-après

Katsuni en 2007.

Nom de naissance Céline Tran
Alias
Katsumi (2001-2007)[1]
Naissance (37 ans)
Lyon, Rhône, France[1]
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession
Distinctions
Pour toutes les visualiser, cliquez ici
Caractéristiques physiques
Taille 1,70[1]
Poids 53[1]
Yeux Marrons[1]
Cheveux Bruns (noir)[1]
Carrière
Années d’activité 2001 - 2013
Orientation Bisexuelle
Nombre de films 390 films comme actrice et 4 comme réalisatrice [1]

Céline Tran, née le à Lyon, est une actrice française, anciennement actrice pornographique sous le pseudonyme de Katsuni. Elle a été pendant plus de dix ans l'une des vedettes de l'industrie du X dans laquelle elle a fait carrière en France puis aux États-Unis, devenant également productrice et, à l'occasion, réalisatrice. En 2013, elle prend sa retraite du porno et revient en France. Elle utilise ensuite son vrai nom[2] en tant qu'actrice, blogueuse, scénariste de bande dessinée et DJ.

Biographie

Jeunesse

Céline Tran naît le à Lyon, d'un père vietnamien et d'une mère française[3].

Après son baccalauréat, elle envisage de faire hypokhâgne mais, sur les conseils de ses parents[4], intègre l'Institut d'études politiques de Grenoble. Peu à son aise dans un cursus qu'elle n'a pas choisi et qu'elle n'est, à 18 ans, « pas suffisamment mûre » pour apprécier, elle passe une année à Sciences-Po « à dessiner et à lire des poèmes »[4] et décide finalement de s'orienter vers des études de lettres modernes. Elle envisage alors une carrière d'enseignante. Parallèlement à ses études, elle travaille comme gogo-danseuse en discothèque[5].

Carrière pornographique

Des débuts à la notoriété internationale

Débuts en France

C'est dans le cadre de son activité de gogo-danseuse qu'elle est remarquée par un photographe du magazine Penthouse, dont la branche française cherche à l'époque des actrices pour les films X qu'elle produit. Elle accepte la proposition de Penthouse de tourner un bout d'essai, sans penser alors à faire carrière mais dans l'idée de vivre « une aventure excitante »[6] et pour voir si elle en était capable[5]. Elle est alors prise sous contrat par le magazine[6].

La lecture d'un manga lui donne l'idée de choisir le pseudonyme Katsumi, d'après un prénom japonais[7] ; elle tourne en 2001 son premier long-métrage, Sottopaf et Saccapine font leur cinéma, réalisé par le vétéran du hard Alain Payet et dont elle partage la vedette avec Dolly Golden[8]. Convaincue par cette première expérience, elle décide de poursuivre dans le X et signe un contrat avec Penthouse[6],[5], ne cherchant pas alors à être médiatisée et motivée avant tout par le plaisir[9], le goût de l'aventure et l'envie de « découvrir [ses] limites »[10]. Elle déclarera plus tard : « J'avais envie d’expérimenter et le besoin de le faire à travers la sexualité me paraissait évident, pour moi qui à 21 ans ne me voyais pas encore comme une femme. D’ailleurs ce ressenti est arrivé bien plus tard. A la base, je suis une fille timide et réservée, jouer les actrices porno était un bon délire, un jeu. Mais quand je me lance dans quelque chose et que ça me plaît, je vais jusqu’au bout, je ne connais pas trop la demi-mesure. En gardant l’esprit du jeu, le test s’est transformé en choix de métier, de vie, puis est devenu une carrière »[11].

Par la suite, elle explique avoir « toujours préféré vivre le sexe plutôt que de le regarder »[2] et s'être moins intéressée, dans le cadre de son travail, à l'érotisme proprement dit qu'à « l'expérience de la sexualité à travers la pornographie »[12]. Dans une interview accordée en 2012, elle déclare que sa famille a été initialement « choquée et déçue » par son choix de carrière — qui a également surpris ses amis pour lesquels elle était « réservée et discrète » — mais que son entourage a ensuite accepté son parcours : « Personne n'a au départ compris mon choix mais aujourd'hui tout le monde le respecte et m'encourage à aller plus loin, au delà du X »[13].

Elle tient le rôle-titre dès son second film, L'Affaire Katsumi, produit par Marc Dorcel et toujours réalisé par Alain Payet. Pendant deux ans, elle continue ses études en parallèle à son travail d'actrice X. Elle finit cependant par abandonner son cursus littéraire, ayant « réalisé que [sa] place n’était pas dans l’enseignement »[5].

Peu après ses débuts, elle signe un contrat d'exclusivité avec le studio Colmax, dont elle devient l'« égérie »[14]. Elle travaille ensuite avec d'autres studios français, principalement Blue One pour lequel elle tourne une série de films. Tout en continuant à faire des spectacles de strip-tease en boîte de nuit, elle apparaît également dans des téléfilms érotiques diffusés sur M6 ainsi que dans les clips des chansons Funky Maxime de Doc Gynéco[15] et Down with love de Miguel Bosé aux côtés de son collègue Nacho Vidal[16]. En mai 2004, elle est désignée « actrice X préférée des Français » par un vote des lecteurs du magazine Hot Vidéo[17]. Exprimant dans nombre de ses rôles une grande « voracité sexuelle »[18], elle se considère volontiers comme une « performeuse »[19].

Entre la France et les États-Unis

Dès ses débuts, elle se fait connaître au-delà des frontières hexagonales en travaillant avec des réalisateurs étrangers, comme l'Italien Mario Salieri ; elle tourne une première fois aux États-Unis en 2003. Récompensée en 2002 au Festival international de cinéma érotique de Barcelone, elle obtient plusieurs trophées en 2004 et 2005 aux AVN Awards de Las Vegas. Le fait d'avoir commencé à tourner alors que l'industrie du X français entamait une phase de déclin, avec « la fin des Hot d’or et la fin des grandes stars du X », la pousse à privilégier sa carrière internationale[20]. En 2005, après une vingtaine de films français, elle choisit de s'expatrier aux États-Unis, dont le marché qui propose davantage d'opportunités et de meilleures conditions de travail[10], et s'installe à Los Angeles. Rapidement, elle devient la hardeuse européenne ayant le mieux réussi son exportation dans l'industrie du X américaine[18]. Dans les années qui suivent et jusqu'à la fin de sa carrière pornographique, elle tourne essentiellement aux États-Unis tout en revenant ponctuellement travailler en France. Elle apparaît dans de nombreux gonzos[10], mais aussi dans des productions importantes réalisées pour des compagnies comme Vivid, Ninn Worx, Wicked Pictures et Digital Playground aux États-Unis, ou Marc Dorcel en France. Elle est la partenaire de Rocco Siffredi dans Who fucked Rocco ?(2005), Rocco: Animal Trainer 19 (2005), Fashionistas Safado: The Challenge (2006) et Fashionistas Safado: Berlin (2007).

Katsuni à l'AVN Adult Entertainment Expo 2010.

En mai 2006, elle se fait poser des implants mammaires, pour passer d'une taille 85B à une taille 90D. Elle revient en France pour y tourner son premier film avec sa nouvelle poitrine, French conneXion, produit par Marc Dorcel et sorti début 2007[14]. Entretemps, elle a posé pour la couverture de Marquis, un magazine de référence du fétichisme. En décembre 2006, elle signe un contrat d'exclusivité avec Digital Playground, l'une des plus importantes sociétés de production de films X aux États-Unis[21] ; elle est la première actrice française dans ce cas[22]. Cet engagement avec l'un des leaders du marché américain lui permet d'éviter les petites productions mal payées et lui rapporte un salaire fixe d'environ 10 000 dollars par mois ; avant son contrat, elle gagne aux États-Unis de 1 000 à 1 500 dollars par scène tournée. Elle reste sous contrat avec Digital Playground jusqu'en 2010, après quoi elle poursuit sa carrière américaine en freelance[19].

À la même époque, cependant, une affaire la contraint à abandonner son premier pseudonyme Katsumi. Elle est en effet attaquée en justice en France par une femme nommée Mary Katsumi, qui dit subir des retombées négatives en raison de leur homonymie. En janvier 2007, la justice interdit à l'actrice d'utiliser son nom de scène ; elle choisit alors d'en modifier simplement l'orthographe, et se rebaptise Katsuni[23]. Dans les mois qui suivent, son homonyme lui fait un nouveau procès car le nom Katsumi continue d'être mentionné par de nombreux supports. Bien que déclarant avoir informé tous les sites internet de son changement de pseudonyme[24], elle est condamnée en septembre 2007 à payer 20 000 € d'amende, la justice ayant constaté quarante infractions depuis l'interdiction prononcée en janvier[23].

Sous son nouveau nom, Katsuni poursuit sa carrière d'actrice pornographique tout en continuant à se produire comme stripteaseuse[8]. Cette dernière activité lui rapporte environ 2000 dollars par soir, sa notoriété lui permettant d'être demandée jusqu'à deux à trois soirs par semaine[19] et de faire des tournées dans divers pays[25],[22],[14]. Devenue une vedette internationale du X, elle reçoit plus de trente récompenses dans ce domaine sur toute la durée de sa carrière. Libération la présente en 2007 comme l'« actrice porno la plus récompensée au monde »[26].

Menant sa carrière en femme d'affaires[18], Katsuni crée aux États-Unis sa propre société de production, devenant propriétaire de sa marque[27]. Outre son salaire fixe chez Digital Playground, ses cachets annexes et ses spectacles érotiques, l'actrice tire également des revenus de produits dérivés à son effigie[19] : elle devient ainsi la première actrice X française à avoir un masturbateur Fleshlight à son nom[14]. En juillet 2008, elle sort chez Marc Dorcel My Fucking Life, un film pornographique semi-documentaire d'une durée de deux heures quarante dont elle est également la réalisatrice, et qui la suit pendant plus d’un an dans son quotidien, entre le salon de Las Vegas, ses séances photos, les tournages de scènes pornographiques dans la « Porn Valley », son quotidien et sa vie privée[28],[29]. La même année, elle fait partie de la distribution de Pirates 2 : La Vengeance de Stagnetti (Digital Playground), qui est alors le film pornographique le plus cher jamais réalisé[18]. En 2012, toujours pour Dorcel, elle réalise un film X scénarisé, In bed with Katsuni[5].

Le 20 octobre 2009, elle reçoit le prix de la meilleure actrice française lors de la cérémonie des Hot d'or à la salle Wagram à Paris[30]. La même année[31], elle lance sa marque de lingerie, Petit Cœur[13], qu'elle exploite jusqu'à son retour en France[19].

En 2012, un an avant sa retraite, elle dit avoir retiré de sa carrière X, parmi les points positifs, « le plaisir sexuel à travers des situations extrêmes, drôles, originales... pouvoir le partager », l'aventure, le sentiment de liberté et « surtout une expérience de vie hors norme très enrichissante ». Elle en souligne également les aspects négatifs : « la solitude, la difficulté (voire l'impossibilité) à avoir une vie sentimentale saine, parfois la souffrance physique et la discrimination, l'addiction sexuelle, les MST, la marginalisation, l'exposition à vie avec l'étiquette X, la précarité. Il faut être mentalement stable tout en cultivant une forme de folie, savoir jongler avec ses limites et ses priorités »[13].

Médiatisation

Parallèlement à sa carrière pornographique, Katsuni attire l'attention des médias généralistes français ; dans les années 2000, elle collabore de manière récurrente au Journal du hard sur Canal +, pour lequel elle réalise des reportages. En 2005, elle fait l'objet sur la chaîne MCM d'une série de cinq « docu-réalités » de 52 minutes, Dans la Vie de Katsumi, qui la suit dans son intimité et son activité de star du porno[27]. À la même époque, elle anime chaque semaine une rubrique de l'émission En attendant minuit, diffusée sur TPS Star et où elle donne des conseils sexuels aux téléspectateurs[32].

Katsuni sur un stand de Digital Playground à l'AVN Adult Entertainment Expo de 2009.

Parallèlement à ces apparitions télévisées, elle fait l'objet d'autres formes de médiatisation, en France comme aux États-Unis. En 2005, elle apparait sur l'album The Sexorcist du rappeur new-yorkais Necro. En octobre 2009, elle collabore avec la société Wild Side pour promouvoir la sortie DVD de la comédie sud-coréenne Crazy Lee. On la retrouve en présentatrice du menu et des bonus[33]. En 2011, elle figure dans le jeu vidéo Lucha Fury, dans lequel le joueur peut débloquer le personnage de la déesse Katsuni, à l'effigie de l'actrice[34]. Katsuni apparaît par ailleurs dans le clip de Conspiracy Strip Club du groupe The Electronic Conspiracy, en train de faire du pole dance[35]. Les mêmes images, prises sans autorisation, se retrouvent par la suite dans un clip de Bow Wow, Drank In My Cup (Wizzle Mix)[35] ; Katsuni porte alors plainte contre le rappeur, qui est condamné en 2013 par la justice américaine à lui payer 80 000 dollars[36].

Elle collabore également avec le cinéma non pornographique : en 2006, elle apparaît dans le film collectif Destricted — pour les besoins du segment expérimental We fuck alone, réalisé par Gaspar Noé — présenté en première mondiale au Festival de Sundance puis à la Semaine de la critique du Festival de Cannes 2006[37]. Par la suite, elle joue de son image en interprétant une voix d'actrice X dans le film d'animation Lascars (2009) et en effectuant un caméo dans Les Kaïra (2012).

Au cours des années 2000-2010, Katsuni fait l'objet dans les grands médias français de divers portraits, qui s'intéressent non seulement à sa carrière X, mais également à sa personnalité[27] : pour Libération, « Avec ses études à Sciences-Po et sa bonne présentation, elle aurait pu entrer au marketing de L'Oréal. Mais non, elle aime la sexualité, l'action, la créativité, l'image. Son métier, c'est d'abord de donner du plaisir au spectateur, mais aussi à son partenaire à l'écran sans jamais s'oublier elle-même. Katsuni ne ment pas, elle veut qu'on la prenne comme elle est. Et le public sait reconnaître sa sincérité »[26].

Le 24 octobre 2008, quelques jours après avoir reçu son Hot d'or, elle est invitée dans l'émission On n'est pas couché de Laurent Ruquier sur France 2, dans laquelle elle discute de la situation et de l'avenir du X. Le 30 novembre 2009, elle est reçue sur le plateau de Ce soir (ou jamais !) pour débattre de la crise de l'industrie pornographique[38]. Elle continue par ailleurs de collaborer avec MCM, où elle anime à partir de l'automne 2010 une émission consacrée aux hentai, Les Mangas sexys de Katsuni[7],[39] ; l'émission est cependant supprimée en mars 2011 suite à un avis défavorable du CSA[40],[41].

La marque Otaku lui consacre une série de t-shirts[14]. En 2011-2012, elle tient un blog sur les coulisses du porno hébergé par Les Inrockuptibles, et qui accueille jusqu'à 70000 visiteurs par mois[27],[19]. A la même époque, elle signe des chroniques sur le même sujet pour le site Le Plus du Nouvel Observateur[27]. Devenue une personnalité médiatique en France, elle est en novembre 2012 la « marraine » du festival Livre en tête, durant lequel elle anime en compagnie de Bernard Pivot une soirée récompensant des textes libertins[42],[43].

À la même époque, en octobre 2012, elle apparaît dans deux publicités pour l'entreprise de livraison de repas Alloresto, qui pastichent son statut de vedette du X[44]. La campagne suscite environ 14 millions de vues sur Internet[45], mais l'une des deux vidéos est finalement retirée du web en janvier 2013 à la demande de l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité, qui juge cette publicité dégradante pour l'image de la femme[44],[46],[47]. Le spot censuré reçoit cependant peu après un E-Marketing award de la meilleure vidéo[45].

En 2013, elle est l'une des vedettes du X interviewées dans le film documentaire américain Aroused, réalisé par la photographe Deborah Anderson[48]. La même année, elle participe en tant que danseuse à une performance artistique de la plasticienne Prune Nourry, présentée en juin à la Biennale de Venise[49].

Arrêt de sa carrière X

Le 14 août 2013, Katsuni annonce sur Twitter qu'elle met un terme à sa carrière d'actrice pornographique, et entend se tourner vers une « nouvelle forme de spectacle »[50],[51]. Relayée par les grands médias, son annonce suscite également de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, ce dont elle se dit elle-même surprise[52]. Elle déclare par la suite : « J’ai vraiment aimé mon voyage dans ce milieu mais au bout de treize ans je sentais qu’il ne me « nourrissait » et ne m’inspirait plus »[53]. Dans une autre interview, elle précise : « J'ai arrêté pour les mêmes raisons pour lesquelles j'avais commencé : le plaisir. Pas seulement physique, mais aussi mental, celui d'explorer. Après plus de 10 ans j'avais fini ma petite quête personnelle. J'aurais pu continuer à en vivre mais il me faut plus pour m'investir dans quelque chose »[9].

Quelques mois après sa retraite, elle entre à l'AVN Hall of Fame qui récompense les personnalités les plus marquantes de l'industrie pornographique[54] .

Activités après le porno

Après avoir arrêté sa carrière pornographique, elle quitte Los Angeles et revient en France[55]. Si elle ne renie nullement sa carrière dans le X[12], elle ressent le besoin de « tout lâcher pour reprendre à zéro »[56]. Dès lors, elle abandonne le nom de Katsuni, dont elle considère qu'il a été son « nom de guerrière en talon aiguille »[2] et utilise son identité de naissance, Céline Tran, dans le cadre de ses activités publiques[57].

On la voit ensuite sous son vrai nom dans des productions grand public. Elle rejoint en 2014 la distribution de la quatrième saison de la web-série Le Visiteur du futur, dans laquelle elle tient le rôle de la baronne de Néo-Versailles[58],[59] ; elle est également invitée dans Le Dézapping du Before sur Canal+. La même année, elle est à nouveau reçue dans Ce soir (ou jamais !), s'exprimant cette fois sous son vrai nom pour livrer sa vision de la pornographie et de la place du sexe dans la société[60],[61].

Pendant sa carrière X, elle joue, à la demande de l'auteur de bandes dessinées français Run, dans un teaser en vidéo pour le volume 3 de la série horrifique DoggyBags (Ankama Éditions)[8]. Elle et Run restent ensuite en contact et finissent par convenir d'un projet d'écriture en commun. En 2014, ils co-signent le scénario du sixième volume de la série, Heart Breaker[62],[63],[19], sur des dessins de plusieurs artistes parmi lesquels Florent Maudoux[64]. Par ailleurs, elle participe en 2015 à une performance artistique de la plasticienne Iglika Christova, qui donne lieu à une exposition à Paris[65],[12].

Ambitionnant une carrière dans le cinéma classique, Céline Tran suit en outre pendant trois ans une formation en arts martiaux et en combat scénique[66] afin de pouvoir également viser des rôles dans des films d'action[56],[67].

En 2016, elle devient par ailleurs DJ[68] pour l'agence Tête d'affiche[69],[12]. En décembre 2016, elle crée un blog mêlant sujets culturels, conseils sexo et réflexions personnelles[70].

Passionnée de cinéma asiatique[66], elle apparaît en 2017 dans le film d'action cambodgien Jailbreak, où elle tient le rôle de la méchante principale[71],[72],[73],[67]. Elle travaille par ailleurs pour une agence web[11],[12] et anime pour le site communautaire NextPLZ une émission en streaming sur Facebook live, intitulée PLZ Yourself et dans laquelle elle répond aux questions du jeune public sur la sexualité[74].

Filmographie

Pornographique (sélection)

Katsuni au salon Venus 2007 de Berlin.

Non pornographique

Récompenses

Katsuni aux AVN Awards 2011.

Katsuni a obtenu plus de 30 prix et distinctions dans le domaine de la pornographie :

Festival international de cinéma érotique de Barcelone

Festival international de l'érotisme de Bruxelles

  • 2002 : Prix du jury
  • 2004 : Meilleure actrice française[81]
  • 2006 : Meilleure actrice française

AVN Awards de Las Vegas

  • 2004 : Meilleure scène anale pour Multiple P.O.V. (avec Gisselle et Michael Stefano)[82]
  • 2004 : Meilleure scène de couple dans un film étranger pour L'Affaire Katsumi (avec Steve Holmes)[82]
  • 2005 : Meilleure scène anale pour Lex Steele XXX 3 (avec Lexington Steele)[83]
  • 2005 : Meilleure actrice étrangère[84]
  • 2005 : Meilleure scène de groupe pour Dual Identity (avec Alec Metro & Savanna Samson)[84]
  • 2005 : Meilleur film étranger pour Lost Angels: Katsumi[84]
  • 2006 : Meilleure scène anale pour Cumshitters (avec Manuel Ferrara)[85]
  • 2006 : Meilleure « Tease Performance » pour Ass Worship 7[85]
  • 2006 : Meilleure actrice étrangère[85]
  • 2006 : Meilleur DVD interactif pour Virtual Katsumi[85]
  • 2007 : Meilleure actrice étrangère[86]
  • 2007 : Meilleur actrice dans un second rôle pour Fashionistas Safado : the challenge[86]
  • 2007 : Meilleure scène de groupe pour Fuck (avec Carmen Hart, Kirsten Price, Mia Smiles, Eric Masterson, Chris Cannon, Tommy Gunn et Randy Spears)[86]
  • 2007 : Meilleure scène de groupe entre femmes pour Fuck (avec Jessica Drake, Felecia et Clara G)[86]
  • 2008 : Meilleur scène de triolisme pour Fashionistas Safado : Berlin (avec Melissa Lauren et Rocco Siffredi)[87]
  • 2011 : Meilleure scène de groupe entre femmes pour La Caserne des salopes (Body Heat) (avec Kayden Kross, Jesse Jane, Riley Steele et Raven Alexis)[88]
  • 2011 : Prix « Fan Awards » de la « scène de sexe la plus sauvage » pour La Caserne des salopes[88]

Venus Awards de Berlin

  • 2004 : Meilleure Actrice européenne[89]

XRCO Awards

Hot d'Or

XBIZ Award

  • 2011 : Meilleure actrice étrangère[92]
  • 2012 : « Crossover Star » de l'année[93]

AVN Hall of Fame, 2014[94]

Autres

  • 2006 : Salon Vénus de Paris / Euroline Awards - Meilleure actrice française[95]
  • 2010 : Xfanz Award - « Meilleure actrice X asiatique »[96]

Bande dessinée

Notes et références

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) Personal biography.
  2. a, b et c David Doucet, « Céline Tran (Katsuni) « Le porno n'est plus un monde de fantasmes » », sur Les Inrockuptibles,‎ (consulté le 18 janvier 2015)
  3. (en) « Porn Star Interview », sur HUSH-HUSH,‎ (consulté le 20 juin 2012)
  4. a et b Interview de Katsuni, Luxuriant n°12, mai 2010, pages 39-45
  5. a, b, c, d et e Katsuni : «Je n'ai pas l'impression de m'être enfermée dans le porno», 20 Minutes, 13 mars 2012
  6. a, b et c Katsuni : « Le live, l'avenir du porno », Masculin.com, 30 mars 2012
  7. a et b MCM : L'actrice X Katsuni va animer une émission sur les mangas érotiques, Première, 19 août 2010
  8. a, b et c Céline Tran, Katsuni : premier tournage, présentation de Doggybags : Heartbreaker, Ankama, 2016, pages 3 et 6
  9. a et b Interview de Céline Tran/ Ex-Katsuni, interview sur Allodoublage.com, 27 juin 2016
  10. a, b et c Katsuni : de Lyon à la Porn Valley, Lyon Mag, 14 janvier 2013
  11. a et b Céline Tran (ex-Katsuni) : “J’ai mis du temps à apprivoiser mon corps”, interview sur le site desculottees.com, 27 février 2017
  12. a, b, c, d et e «Je n'ai aucune honte à parler de mon passé», 20 Minutes Suisse, 18 janvier 2017
  13. a, b et c Katsuni: «Je veux devenir maman», 20 minutes Suisse, 29 mai 2012
  14. a, b, c, d et e Fiche biographique sur dorcelvision.com, consulté le 16 janvier 2016
  15. Noémie et Katsumi en scène, La Dernière Heure, 15 mars 2003
  16. MIGUEL BOSÉ: NO HICE UN VIDEO PORNO, El Tiempo, 23 janvier 2005
  17. Katsumi : l'actrice X préférée des Français., Hot Vidéo n°164, mai 2004
  18. a, b, c et d Christophe Lemaire, in Le Cinéma X, La Musardine, 2012, page 495
  19. a, b, c, d, e, f et g Katsuni, redevenue Céline Tran, s’attaque à la BD, L'Opinion, 13 juin 2014
  20. Katsuni : « Si j’ai toujours envie de tourner à 80 ans, ça pose un problème ? » , Le Tag parfait, 1er décembre 2011
  21. (en) David Sullivan, « Digital Playground Signs Katsumi », AVN,‎
  22. a et b Katsuni portrait sur avn.com (consulté le 11 janvier 2016)
  23. a et b La star du porno Katsumi condamnée à verser 20 000 euros à une homonyme, Libération, 12 septembre 2007
  24. Une femme réclame 82.000 euros à une star du porno qui utilise son nom, 20 minutes, 28 août 2007
  25. Katsuni : "Je fais du porno pour le vivre", Infos 974, 4 novembre 2010
  26. a et b Katsuni, Libération, 17 novembre 2007
  27. a, b, c, d et e Katsuni : « Les prostituées et les actrices porno sont en quelque sorte cousines », L'Express, 22 février 2012
  28. Interview - Katsuni (My fucking life) sur Ecranlarge.com, 21 juin 2008
  29. My Fucking Life sur allociné.fr
  30. Les Hots d'or couronnent Katsuni et John B. Roote, Le Nouvel Observateur, 21 octobre 2009
  31. Films X : Katsuni arrête le porno, Terra Femina, août 2013
  32. Katsuni : "Je laisse la télé venir à moi", Télé Loisirs, programme-tv.net, 13 septembre 2010
  33. Interview - Katsuni accompagne Crazy Lee, Écran large, 2 octobre 2009
  34. Jouez avec Katsuni, Hot Vidéo, publié le 20 juillet 2011.
  35. a et b Fiche biographique de Katsuni, Hot Vidéo.
  36. Le rappeur Bow Wow doit verser 80.000 dollars à Katsuni , 20 minutes, 18 mars 2013
  37. Site consacré à Gaspar Noé (dernier accès le 28 octobre 2007).
  38. Ce soir (ou jamais !) : Katsuni fera monter la température chez Taddeï ce soir !, Premiere.fr, 30 novembre 2009
  39. Les mangas sexy de Katsuni : découvrez l'univers des hentaï avec l'actrice dès vendredi sur MCM, Première, 15 septembre 2010
  40. Le CSA choqué par les mangas sexy de Katsuni sur MCM, Télé Loisirs, 22 mars 2011
  41. Katsuni et ses mangas sexy, c'est fini, Mangas Sanctuary, 23 mars 2011
  42. Katsuni et Bernard Pivot libertins, Les Inrockuptibles, 14 septembre 2012
  43. Bernard Pivot et Katsuni, l'art de faire du porno un objet culturel, Le Plus - Nouvel obs, 23 novembre 2012
  44. a et b Alloresto stoppe la diffusion de sa pub avec Katsuni, La Parisienne, 17 janvier 2013
  45. a et b Censuré pour sexisme, la pub Alloresto avec Katsuni récompensée , L'Express, 31 janvier 2013
  46. Pub AlloResto avec Katsuni censurée: on s'attendait à des réactions négatives, mais..., LePlusNouvelObs, 18 janvier 2013
  47. Une pub AlloResto avec Katsuni censurée : une décision dégradante pour les actrices X, LePlusNouvelObs, 24 janvier 2013
  48. Sex Stars as People, With Dreams and Worries, The New York Times, 2 mai 2013
  49. Un très bel évènement à l'Alliance Française de Venise, Destination-Venise.net, 15 juin 2013
  50. « L'actrice porno Katsuni arrête les films X », sur BFM TV
  51. « L'actrice Katsuni arrête le porno », sur Le Figaro,‎
  52. Après le porno, quel avenir pour Katsuni ?, 'La Parisienne', 17 août 2013
  53. La reconversion de l’ex-Katsuni, Opnminded.com, 6 décembre 2016
  54. (en) « AVN Announces 2014 Hall of Fame Inductees », AVN,‎
  55. Céline Tran ou la nouvelle vie de Katsuni, 20 Minutes, 3 juin 2014
  56. a et b Céline Tran : Katsuni, le visiteur du futur et moi, Lui, 15 avril 2015
  57. L'ex star du X Katsuni... ne s'appelle plus Katsuni, Allociné, 3 septembre 2013
  58. Katsuni dans la saison 4 du Visiteur du Futur !, Madmoizelle, 4 septembre 2013
  59. « Apocalypse à Néo-Versailles », Le Monde télévisions, 13 janvier 2014
  60. Ce soir (ou jamais!) ce 28 mars : Le sexe est partout, faut-il s'en réjouir ?, LeBlogTVNews, 28 mars 2014
  61. Le sexe est partout, faut-il s’en réjouir ?, émission du 28 mars 2014, france2.fr, consulté le 13 janvier 2016
  62. interview Comics Céline Tran (Katsuni) et Run, Planète BD, 13 juin 2014
  63. DoggyBags Heart Breaker : Katsuni montre les dents !, Actua BD, 2 juillet 2014
  64. L’interview déjantée de Céline Tran pour le nouveau Doggybags!, Zombiesworld.com, 4 juillet 2014
  65. Exposition Zones Imaginaires - Celine Tran(Ex-Katsuni) & Iglika Christova sur Mapado.com, consulté le 11 janvier 2017
  66. a et b Jailbreak : Interview avec Celine Tran (ex-Katsuni), Ciné-Asie.fr, 11 janvier 2017
  67. a et b EXCLUSIVE: Celine Tran – From Heartbreaker to Jailbreak-er…, Impact Online, 18 juin 2016
  68. Celine Tran, aka Katsuni, to Debut DJ Set in France, AVN, 13 avril 2016
  69. Céline Tran, la dernière recrue de Tête d'Affiche, interview sur Villaschweppes.com, 15 mai 2016
  70. Le tout nouveau blog perso de Céline Tran, à mettre d’urgence dans vos favoris, Madmoizelle, 28 décembre 2016
  71. Jailbreak : Céline Tran en mode badass dans le trailer, eklecty-city.fr, 30 décembre 2016
  72. Katsuni : que devient l'ancienne star du X français ?, Gentside.com, 3 janvier 2017
  73. Jailbreak busts out as satisfying Khmer action film, Khmer Times, 1er février 2017
  74. PLZ Yourself : l'émission facebook live avec Céline Tran (ex-Katsuni), NextPLZ, 2 février 2017
  75. (en) « 2002 FICEB Award Winners & Nominees », archive.org (consulté le 30 novembre 2014)
  76. a, b et c (en) « 2004 Award winners & nominees », archive.org (consulté le 30 novembre 2014)
  77. (en) Staff, « Katsuni before she was a fleshlight girl », sur hot-fleshlight.com, Fleshlight Girls (consulté le 3 juin 2015)
  78. (en) Joanne Cachapero, « Barcelona Film Fest Winners », XFanz,‎ (consulté le 9 octobre 2007)
  79. "Winners of the 2007 FICEB Ninfa Awards", h.b., October 10, 2007, xstarsnews.com. Retrieved 2010-10-12.
  80. (en) « X Stars aux Ninfa Awards 2008: Les Gagnants! »,‎ (consulté le 23 avril 2014)
  81. (en) « Festival De L‘Erotisme und European-X-Awards 2004 », German-Adult-News.com,‎ (consulté le 17 février 2010)
  82. a et b (en) « AVN - 2014 AVN Awards Show - History », Avnawards.avn.com,‎ (consulté le 24 avril 2014)
  83. a et b (en) « XRCO 2004 Winners! »,‎ (consulté le 30 novembre 2014)
  84. a, b et c (en) Jared Rutter, « The 22nd Annual AVN Awards: A Jenna Jameson Kinda Night », AVN,‎ (consulté le 4 août 2007)
  85. a, b, c et d (en) « AVN Award Winners Announced », AVN,‎ (consulté le 22 juillet 2007)
  86. a, b, c et d (en) « 2007 AVN Award Winners Announced », AVN,‎ (consulté le 19 juin 2007)
  87. (en) Jared Rutter, « 2008 AVN Awards Winners Announced », AVN,‎ (consulté le 18 décembre 2007)
  88. a et b (en) « AVN Announces the Winners of the 2011 AVN Awards », AVN.com,‎ (consulté le 9 janvier 2011)
  89. (en) « VENUS AWARD Winner 2004 », venus-berlin.com,‎ (consulté le 11 décembre 2014)
  90. a et b (en) Paul Fishbein, « Pirates II, Evil Angel Big Winners at 2009 Hot d’Or Awards », AVN,‎ (consulté le 21 octobre 2009)
  91. a et b (en) « Hot d’Or archives presse x, articles sur les Hot d’or », Hot-dor.fr (consulté le 9 mai 2014)
  92. (en) « 2011 XBIZ Awards Announced Last Night », AVN.com,‎ (consulté le 11 février 2011)
  93. XBIZ Award Winners, XBIZ, Janvier 2012
  94. (en) « AVN Announces 2014 Hall of Fame Inductees », AVN,‎ (consulté le 6 janvier 2014)
  95. (en) « Venus-Paris parte II: Awards », VM18News,‎ (consulté le 24 avril 2014)
  96. Site X-Fanz

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :