Hirsingue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hirsingue
Saint-Jean-le-Baptiste, côté sud-ouest.
Saint-Jean-le-Baptiste, côté sud-ouest.
Blason de Hirsingue
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haut-Rhin
Arrondissement Altkirch
Canton Altkirch
Intercommunalité Communauté de communes d'Altkirch
Maire
Mandat
Armand Reinhard
2014-2020
Code postal 68560
Code commune 68138
Démographie
Gentilé Hirsinguois, Hirsinguoises
Population
municipale
2 170 hab. (2014)
Densité 168 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 13″ nord, 7° 15′ 12″ est
Altitude Min. 307 m – Max. 411 m
Superficie 12,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Hirsingue

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Hirsingue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hirsingue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hirsingue
L'abri du Banholz.
Fontaine de la rue de Frrette
Fontaine de la rue de Ferrette.
 Hirsingue vue du Banholz
Hirsingue vue du Banholz.

Hirsingue est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Ses habitants sont appelés les Hirsinguois et les Hirsinguoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Hirsunge (708), Hirsingen (837), Hirsuongen & Hirsungen (1221), Hirsungen (1308), Hyrssingen (1498), Hürsingen (1579), Hirsingen (1793 & 1801)[1].
  • En allemand : Hirsingen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période révolutionnaire[modifier | modifier le code]

Le château des Comtes de Montjoie Hirsingue fut pillé les 29 et 30 juillet 1789, "les portes, fenêtres et volets sont démolis" et "le mobilier emporté"[2]. Le château en ruine resta vide quelques années, parfois occupé par des soldats, puis fut vendu comme bien national et entièrement détruit par ses nouveaux propriétaires pour éviter le retour du Comte (et de sa famille) qui s'était enfui vers Remiremont puis vers Bâle, en conservant des liens étroits avec le futur Louis XVIII. Après le départ du Comte, le village est administré comme un municipalité. En 1794, l'arbre de la liberté de la commune ayant été renversé, les reliques de Saint-Fortuné, qui avaient été remises à la paroisse en 1736, sont brûlées en représailles. Le presbytère est démoli sous la terreur et les cloches fondues pour contribuer à l'effort de guerre.

Histoire industrielle[modifier | modifier le code]

Vers 1856, Emanuel Lang[3], Jacques Lang, Gabriel Lang et M. Bloch tous originaire de Durmenach, installent un atelier de tissage, avec 4 métiers à tisser, dans l'ancien moulin à eau de Waldighofen[4].
En 1865, la société Les fils d'Emanuel Lang voit le jour.
En 1870, la société emploie 300 personnes et 550 métiers à tisser. Après la guerre de 1870 et l'annexion de l'Alsace par l'Allemagne, l'usine de Waldighofen ferme et la société quitte le Sundgau pour s'établir à Nancy où ils construisent une importante usine[5].
En 1888, l'usine de Waldighofen est rouverte par Raphaël Lang qui y fait construire la cheminée, toujours visible de nos jours[6].
En 1908, Paul Lang crée une filature et un tissage à Hirsingue, sous le nom de Lang Frères, qui est agrandie en 1912 et endommagée par un incendie le 23 février 1916.
Après la guerre, l'Alsace redevenue française, la famille décide de réunir les usines de Nancy, de Waldighofen et de Hirsingue sous le nom de Établissements des fils d'Emanuel Lang.
Jusqu'en 1962, la petite société familiale prospère et fait prospérer les régions où elle est installée. En 1963, elle rachète l'usine textile Schlumberger-Steiner située à Roppentzwiller, fondée par Camille Gabriel Schlumberger et Charles Frédéric Steiner. En 1968, elle rachète l'usine de filature et de tissage Xavier Jourdain, fondée en 1827 et située à Altkirch. L'entreprise prend alors le nom de Siat[7] . En 1971, l'usine Schlumberger-Steiner de Roppentzwiller ferme ses portes. L'entreprise se recentre alors sur les tissus de haute couture.
En 2003, la Société Industrielle Altkirchoise de Textile-Lang licencie, dans un premier temps, 87 employés sur 2 de ses 3 établissements puis deux mois plus tard 115 autres salariés des sites de Hirsingue et d'Altkirch.
En 2005, l'entreprise, qui emploie encore 370 salariés, est placée en redressement judiciaire.
En 2006, une nouvelle procédure de dépôt de bilan est lancée à l'encontre de SIAT et de ses 3 sites (Cernay, Hirsingue, Altkirch) et est placée sous administration judiciaire.
En 2007, afin d'apurer les dettes, l'usine SIAT d'Altkirch cesse toute activité et les ateliers sont démolis. L'entreprise, qui n'emploie plus que 173 salariés, se concentre sur Hirsingue, mais l'usine est scindée en deux entités : Siat et Lang pour la création et la vente de tissus et S&L Productions pour la teinture et le tissage.
En avril 2009, un incendie se déclare dans l'unité de production. En août, le tribunal de grande instance de Mulhouse prononce la liquidation des 2 entreprises. En octobre, le plan de reprise est accepté par le tribunal mais il s'accompagne de 90 licenciements supplémentaires. L'entreprise prend le nom de Virtuose SAS et reste à Hirsingue.
Après deux années positives, la flambée des cours du coton met l'entreprise de nouveau en difficulté. En décembre 2012, la municipalité d'Hirsingue propose une aide de 655 000 euros à travers une offre de leaseback qui ne verra jamais le jour.
En avril 2013, le tribunal de Mulhouse prononce la liquidation judiciaire de la société Virtuose et rejette le plan de reprise qui aurait pu sauver 35 des 58 emplois. En mai, 13 salariés font encore tourner l'usine d'Hirsingue afin d'honorer les dernières commandes, avant qu'elle ne ferme définitivement ses portes en juin 2013[8].

Le 5 juin 2013, la Cour d’appel de Colmar confirme la liquidation. Le 26 juin, une poignée de personnes employées par une société d’intérim assure la production d’une commande pour Mark & Spencer. Parallèlement, Pierre Schmitt et Christian Didier, les repreneurs potentiels, poursuivent leurs négociations pour pérenniser le redémarrage de l’entreprise qui reprend son nom historique d’Emanuel-Lang. Le 10 octobre 2013[9] a lieu la vente aux enchères des machines qui sera annulée suite aux manifestations d’élus, d'ancien salariés et d'habitants. Le 18 octobre 2013[10], visite sur le site de Hirsingue du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, qui annonce la mobilisation des services de l’État pour permettre la reprise de l’entreprise par Pierre Schmitt. Le 21 novembre[11], le juge commissaire de la chambre commerciale accepte le rachat des actifs au prix de 1,510 million d’euros incluant l’ensemble du parc des machines, le stock de chemises, la marque et les brevets.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason d'Hirsingue

Les armes d'Hirsingue se blasonnent ainsi :
« D'azur aux deux lettres capitales H et S d'or rangées en fasce et surmontées d'une couronne de même. »[12]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Armand Reinhard DVG Conseiller général / Éducateur spécialisé
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

La Mairie de Hirsingue
Mairie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 170 habitants, en diminution de -1,05 % par rapport à 2009 (Haut-Rhin : 1,52 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
826 802 824 1 043 1 281 1 327 1 366 1 444 1 470
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 356 1 343 1 353 1 278 1 278 1 318 1 238 1 245 1 180
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 177 1 189 1 444 1 256 1 300 1 386 1 345 1 300 1 296
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 403 1 565 1 544 1 886 2 015 2 057 2 127 2 224 2 170
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006 [15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Hirsingue a un collège public d'enseignement secondaire, le collège Jean-Paul de Dadelsen. Hirsingue a également une école maternelle et une école élémentaire (6 classes).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Sainte-Catherine dite des Montjoie (1111).
  • Église néoclassique Saint-Jean-le-Baptiste (1772-1774), une des plus grandes sonneries de cloches de village d'Alsace.
  • Couvent des Pères capucins (1958).
  • Itinéraire des 15 croix et calvaires (1736-1945).
  • Maison commune dite DorfHus (1779).
  • Bâtiment annexe du château des Montjoie (1745).
  • Pont en pierre - D'HoliBroucka (1751).
  • Pont en pierre dit des Montjoie (1745).
  • Maisons à colombages (bois longs et courts).
  • Grange à bois long (1777), rue de Bâle.
  • Moulin (1808).
  • Mairie (1844).
  • Synagogue (vestiges 1848).
  • Synagogue (1910).
  • Ancien tribunal cantonal (1910).
Saint-Jean-le-Baptiste, côté sud-est.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Dr. Xavier Haegy, autonomiste alsacien (1870-1932)[16],[17].
  • Père François Marie Meyer, fondateur de lunettes sans frontière ( 1929 - 2010 )
  • Élizabeth Rachel Felix, dite Rachel, tragédienne[18].
  • Jean-Baptiste Artzet, maire « optant » (1863-1872)[19].
  • Marc-Antoine Berdolet, évêque du Haut-Rhin[20].
  • Johann Caspar Bagnato (1696-1757), architecte, constructeur du château des Montjoie (1744).
  • La famille de Montjoie ou von Froberg.
  • Simon Nicolas de Montjoie, prince-évêque[21].
  • François Joseph Antoine Hell, bailli (1731-1794)[22].
  • Sigmund Jelsch, un bouillonnant pré-révolutionnaire (1712-1788)[23].
  • Pierre Schneyder, architecte et archéologue (1733-1814).
  • François Joseph Fues, curé historien à Hirsingue (1868-1878)[24].
  • Gabriel Ignace Ritter, ornementaliste néoclassique (1773).
  • Carlo Limido, peintre (1939).
  • Joseph Jelsch, chapelain (1722-1808).
  • Thiébaut Schott, maire bâtisseur (1789-1843).
  • Dr Joseph-Aloîse Froberger, père blanc, enseignant, linguiste et auteur (1871-1931).
  • Edouart Schuster, maître luthier, (1881- 1956)[25].
  • Jean-Paul de Dadelsen, poète (1913-1957).
  • Isidore Ygon, héros de la Libération (1920-1944).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. http://www.cdhf.net/fr/bases/biblio_pdf_index/pdf/LesParoissesDuCantonDeHirsingue_200.pdf
  3. Emanuel avec un seul M
  4. L'usine Lang de Waldighoffen
  5. Roppentzwiller, d'Hier à Aujourd'hui
  6. L'industrie à Waldighoffen
  7. Société Industrielle Altkirchoise de Textile
  8. Hebdomadaire L'ami Sundgau no 34 page 6
  9. http://www.lalsace.fr/haut-rhin/2013/12/29/hirsingue http://www.itele.fr/economie/video/virtuose-les-salaries-font-reculer-la-vente-sur-le-fil-58264
  10. http://www.lalsace.fr/haut-rhin/2013/12/31/virtuose-un-sauvetage-aux-forceps http://alsace.france3.fr/2013/10/17/hirsingue-arnaud-montebourg-rencontrera-les-salaries-de-virtuose-demain-apres-midi-340523.html
  11. http://alsace.france3.fr/2013/12/19/hirsingue-apres-dix-mois-d-arret-virtuose-reprend-progressivement-son-activite-380709.html
  12. Archives Départementales du Haut-Rhin
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  16. Elsass Frei - Tiny Content
  17. Hirsingue - Xavier Haegy : http://hirsingue.patrimoine.free.fr/p2_hist.htm
  18. Hirsingue - Rachel : http://hirsingue.patrimoine.free.fr/rachel_1.htm
  19. Hirsingue - Jean-Baptiste Artzet : http://hirsingue.patrimoine.free.fr/artzet1.htm
  20. Hirsingue - Berdolet séjourne à Hirsingue. http://hirsingue.patrimoine.free.fr/berdolet2.htm
  21. Hirsingue - Simon Nicolas de Montjoie : http://hirsingue.patrimoine.free.fr/mont7.htm
  22. Hirsingue - La famille de Hell: http://hirsingue.patrimoine.free.fr/de_Hell1.htm
  23. Hirsingue - Sigmund Jelsch : http://hirsingue.patrimoine.free.fr/sigmund0.htm
  24. Hirsingue - François Joseph Fues : http://hirsingue.patrimoine.free.fr/fues_1.htm
  25. Hirsingue - Edouard Schuster, maître-luthier : http://hirsingue.patrimoine.free.fr/schuster1.htm

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :