Oberlarg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Haut-Rhin image illustrant le massif du Jura
Cet article est une ébauche concernant une commune du Haut-Rhin et le massif du Jura.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Oberlarg
La mairie d'Oberlarg.
La mairie d'Oberlarg.
Blason de Oberlarg
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Département Haut-Rhin
Arrondissement Altkirch
Canton Altkirch
Intercommunalité Communauté de communes du Jura alsacien
Maire
Mandat
Dominique Dietlin
2014-2020
Code postal 68480
Code commune 68243
Démographie
Population
municipale
147 hab. (2013)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 27′ 30″ Nord 7° 14′ 03″ Est / 47.4583, 7.2342
Altitude Min. 482 m – Max. 740 m
Superficie 8,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Oberlarg

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Oberlarg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Oberlarg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Oberlarg

Oberlarg est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

À l'est des Ebourbettes se trouve le point d'intersection des bassins versants de l'Ill (Largue), de la Birse (Lucelle) et du Rhône (Allaine)[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Larga (1145), Larga (1175), Largen (1305), Large (1319), Larga (1349), ober large (1394), Oberlarg (1793).

Le nom du village pourrait se traduire par "situé sur le cours supérieur de la Largue". Il est constitué du préfixe ober (au dessus de) suivi du nom de la rivière : la Largue. Il existait par le massé une commune du nom de Niederlarg (de l'Alsacien nieder (en dessous, en bas) suivi du nom du même cours d'eau, qui a fuisionné avec sa voisine Moos pour donner la commune de Mooslargue[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lieu de passage du général Giraud.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Oberlarg

Les armes d'Oberlarg se blasonnent ainsi :
« Écartelé, aux 1er et 4e cinq points d'argent équipolés à quatre de gueules, aux 2nd et 3e d'azur à trois aiglettes d'or. »[3]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Dominique Dietlin    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 147 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
287 278 308 307 383 400 368 350 335
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
304 343 340 323 322 298 274 261 236
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
227 229 225 194 188 157 175 182 184
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2008 2009
162 174 157 148 146 143 150 151 154
2013 - - - - - - - -
147 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château du Morimont.
  • Grottes préhistoriques du Mannlefelsen.
  • Le vieux chêne d'Oberlarg[6].
  • La ferme des Ebourbettes est une grosse ferme située non loin de la frontière suisse qui permit des Alsaciens refusant l'enrôlement dans la Wehrmacht, en 1939-1945, de gagner la Suisse. Elle accueillit également le Général Henri Giraud qui pût ainsi rejoindre l'Afrique du Nord dont il assura le commandement des forces armées[7].
  • Un gué situé à l'entrée du village est un des derniers passage à gué d'Alsace. Le bétail de retour des pâturages s'y nettoyait les sabots[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les séparatistes jurassiens Xavier Stockmar (1797-1864), les frères Louis et Auguste Quiquerez et Olivier Seuret promettent prononce en 1826 le Serment de Morimont dans les ruines du château. Leur but est de s'affranchir de la tutelle Bernoise[2] imposée par les vainqueurs des guerres napoléoniennes en 1815. Cet engagement politique conduit en 1978 à la création du Canton du Jura avec pour chef lieu Délémont.
  • Le général français Henri Giraud, évadé du Königstein, passe en Suisse fin avril 1942, à proximité des Ebourbettes, avant de rejoindre Vichy, puis Lyon et Gibraltar fin 1942.
  • Le vétérinaire Joseph Walch (1870 - 1958) fonde, avec quelques passionnés d'histoire locale, la Société d'histoire du Sundgau en 1931, après une visite des ruines du château du Morimont[8]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte nationale de la suisse, feuilles 1065, 1066, 1085 et 1086.
  2. Michel Paul Urban, Lieux dits dictionnaire étimologique et historique des noms de lieu en Alsace, strasbourg, Editions du Rhin / la Nuée bleue / DNA, , 363 p. (ISBN 2716506159)
  3. Archives Départementales du Haut-Rhin
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2008, 2009, 2013.
  6. [1]
  7. a et b « Dans une zone de passage », En Vadrouille Alsace, no 1,‎ , p. 118-119 (ISSN 2103-7361)
  8. « 1931 : Société d'histoire du Sundgau » (consulté le 5 mai 2016)


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :