Largitzen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Largitzen
Largitzen
La mairie.
Blason de Largitzen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Altkirch
Intercommunalité Communauté de communes Sud Alsace Largue
Maire
Mandat
Jean-Paul Gnaedig
2020-2026
Code postal 68580
Code commune 68176
Démographie
Population
municipale
322 hab. (2018 en augmentation de 1,58 % par rapport à 2013)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 33′ 46″ nord, 7° 11′ 15″ est
Altitude Min. 366 m
Max. 431 m
Superficie 5,6 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Bale - Saint-Louis (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Masevaux
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Largitzen
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Largitzen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Largitzen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Largitzen

Largitzen est une commune française située dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Largitzen est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bale - Saint-Louis (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 94 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

À l'époque romaine, le site s'appelait Largetium, rappelant le nom de la station romaine Larga qui reprenait le nom de la rivière la Largue. Il a évolué en Lairdgie (époque romane), puis Larguice (1248) et Largitz (1303)[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a été décorée le de la croix de guerre 1914-1918[7].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Largitzen

Les armes de Largitzen se blasonnent ainsi :
« D'argent à la croix de saint Georges de gueules posée sur un carré évidé, les angles bourdonnés, de sable. »[8]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? Gérard Pfleger    
mars 2001 mai 2020 Jean-Jacques Schloesslen - -
mai 2020 En cours Jean-Paul Gnaedig [9] - Ancien agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[10] :

  • total des produits de fonctionnement : 237 000 , soit 762  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 253 000 , soit 812  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 277 000 , soit 891  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 313 000 , soit 1 006  par habitant ;
  • endettement : 261 000 , soit 838  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 11,64 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 5,62 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 33,11 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 50,60 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 18,09 %.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12].

En 2018, la commune comptait 322 habitants[Note 3], en augmentation de 1,58 % par rapport à 2013 (Haut-Rhin : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
345350506530446443426431443
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
398373363372351336356333324
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
308302309252251255231228229
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
250237243263264276290306312
2018 - - - - - - - -
322--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Georges.
L'école.
La chapelle du cimetière, ancien chœur de l'église Saint-Georges
  • L'église Saint-Georges[15] et son orgue[16].
  • Chapelle[17].
  • Presbytère[18].
  • Monument aux morts[19].
  • La route romaine allant de Kembs (Cambete) à Largitzen (Larga)[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le , le maréchal des logis Émile-Marius Degrange est tué à Largitzen lors d'une mission de reconnaissance des lignes allemandes. Sa tombe sera redécouverte en à Belfort, aux côtés de deux autres soldats français. L'état major de l'armée française avait préconisé d'enterrer les soldats loin du front pour éviter de miner le moral des troupes et des Belfortains et une parcelle avait été réquisitionnée à cet effet près de l'actuel cimetière israélite[21]. Entre 1922 et 1924, la plupart des corps ont été rendus aux familles ou transportés vers le cimetière national des Glacis et la parcelle restituée à sa propriétaire[22],[23].

Durant le Seconde Guerre mondiale, le curé du village Paul Lutze était membre du réseau de résistance Chanteclair. Il aidait ceux qui voulaient échapper à l'incorporation de force à passer en Suisse.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Bâle - Saint-Louis (partie française) », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  6. Michel Paul Urban, Lieux dits dictionnaire étymologique et historique des noms de lieux en Alsace, Strasbourg, Editions du rhin, , 363 p. (ISBN 2716506159).
  7. Communes décorées de la Croix de guerre 1914-1918
  8. Archives Départementales du Haut-Rhin
  9. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  10. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du 23 mars 2015 sur l'Internet Archive).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. « église paroissiale Saint-Georges », notice no IA68002904, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. Largitzen, inventaire de l'orgue de l'église St-Georges
  17. « Chapelle », notice no IA68002905, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « presbytère », notice no IA68002906, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. Monument aux Morts
  20. Études sundgoviennes, par Robert Specklin, Revue Géographique de l'Est Année 1963 Volume 3 Numéro 3 pp. 211-240
  21. Les soldats de 1914 identifiés
  22. « Insolite : les soldats de 1914 identifiés », sur le républicain lorrain, (consulté le 1er juin 2016).
  23. Les soldats de 14 trouvés dans un garage, identifiés