Largitzen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Haut-Rhin
Cet article est une ébauche concernant une commune du Haut-Rhin.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Largitzen
La mairie.
La mairie.
Blason de Largitzen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Département Haut-Rhin
Arrondissement Altkirch
Canton Masevaux
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de la Largue
Maire
Mandat
Jean-Jacques Schloesslen
2014-2020
Code postal 68580
Code commune 68176
Démographie
Population
municipale
317 hab. (2013)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 33′ 46″ Nord, 7° 11′ 15″ Est
Altitude Min. 366 m – Max. 431 m
Superficie 5,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Largitzen

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Largitzen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Largitzen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Largitzen

Largitzen est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

À l'époque romaine, le site s'appelait Largetium, rappelant le nom de la station romaine Larga qui reprenait le nom de la rivière la Largue. Il a évolué en Lairdgie (époque romane), puis Larguice (1248) et Largitz (1303)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Largitzen

Les armes de Largitzen se blasonnent ainsi :
« D'argent à la croix de saint Georges de gueules posée sur un carré évidé, les angles bourdonnés, de sable. »[2]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Jacques Schloesslen - -
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 317 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
345 350 506 530 446 443 426 431 443
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
398 373 363 372 351 336 356 333 324
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
308 302 309 252 251 255 231 228 229
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
250 237 243 263 264 276 290 288 306
2013 - - - - - - - -
317 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Georges.
L'école.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le 23 octobre 1914, le maréchal des logis Émile-Marius Degrange est tué à Largitzen lors d'une mission de reconnaissance des lignes allemandes. Sa tombe sera redécouverte en décembre 2012 à Belfort, aux côtés de deux autres soldats français. L'état major de l'armée française avait préconisé d'enterrer les soldats loin du front pour éviter de miner le moral des troupes et des Belfortains et une parcelle avait été réquisitionnée à cet effet près de l'actuel cimetière israélite. Entre 1922 et 1924, la plupart des corps ont été rendus aux familles ou transportés vers le cimetière national des Glacis et la parcelle restituée à sa propriétaire[5].

Durant le Seconde Guerre mondiale, le curé du village Paul Lutze était membre du réseau de résistance Chanteclair. Il aidait ceux qui voulaient échapper à l'incorporation de force à passer en Suisse[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Paul Urban, Lieux dits dictionnaire étymologique et historique des noms de lieux en Alsace, Strasbourg, Editions du rhin, , 363 p. (ISBN 2716506159)
  2. Archives Départementales du Haut-Rhin
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  5. « Insolite : les soldats de 1914 identifiés », sur le républicain lorrain,‎ (consulté le 1er juin 2016)
  6. « Thann en 1939-1945 »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :