Roppentzwiller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roppentzwiller
La mairie
La mairie
Blason de Roppentzwiller
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Altkirch
Canton Ferrette
Intercommunalité Communauté de communes Ill et Gersbach
Maire
Mandat
Jean-Claude Eggenspiller
2014-2020
Code postal 68480
Code commune 68284
Démographie
Population
municipale
703 hab. (2011)
Densité 169 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 32′ 28″ N 7° 19′ 57″ E / 47.5411, 7.3325 ()47° 32′ 28″ Nord 7° 19′ 57″ Est / 47.5411, 7.3325 ()  
Altitude Min. 350 m – Max. 446 m
Superficie 4,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Roppentzwiller

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Roppentzwiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roppentzwiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roppentzwiller

Roppentzwiller est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Roppentzwiller est située entre Waldighofen et Durmenach dans le Sundgau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire industrielle[modifier | modifier le code]

Vers 1856, Emanuel Lang[1], Jacques Lang, Gabriel Lang et M. Bloch tous originaire de Durmenach, installent un atelier de tissage, avec 4 métiers à tisser, dans l'ancien moulin à eau de Waldighofen[2].
En 1865, la société Les fils d'Emanuel Lang voit le jour.
En 1870, la société emploie 300 personnes et 550 métiers à tisser. Après la guerre de 1870 et l'annexion de l'Alsace par l'Allemagne l'usine de Waldighofen ferme et la société quitte le Sundgau pour s'établir à Nancy ou ils construirent une importante usine[3].
En 1888, l'usine de Waldighofen est ré-ouverte par Raphaël Lang qui y fait construire la cheminée, toujours visible de nos jours[4].
En 1908, Paul Lang cré une filature et un tissage, sous le nom de Lang Frères, à Hirsingue qui est agrandie en 1912 et endommagée par un incendie le 23 février 1916.
Après la guerre, l'Alsace redevenue Française, la famille décide de réunir les usines de Nancy, de Waldighofen et de Hirsingue sous le nom de Établissements des fils d'Emanuel Lang.
Jusqu'en 1962, la petite société familiale prospère et fait prospérer les région ou elle est installée. En 1963, elle rachète l'usine textile Schlumberger-Steiner située à Roppentzwiller, fondée par Camille Gabriel Schlumberger et Charles Frédéric Steiner. En 1968, elle rachète l'usine de filature et de tissage Xavier Jourdain, fondée en 1827 et située à Altkirch. L'entreprise prend alors le nom de Siat[5] et Lang. En 1971, l'usine Schlumberger-Steiner de Roppentzwiller ferme ses portes. L'entreprise se recentre alors sur les tissus de haute couture.
En 2003, la Société Industrielle Altkirchoise de Textile-Lang licencie, dans un premier temps, 87 employés sur 2 de ses 3 établissements puis 2 mois plus tard 115 autres salariés des sites de Hirsingue et d'Altkirch.
En 2005, l'entreprise, qui emploie encore 370 salariés, est placée en redressement judiciaire.
En 2006, une nouvelle procédure de dépôt de bilan est lancée à l'encontre de Siat-Lang et de ses 3 sites (Cernay, Hirsingue, Altkirch) et est placée sous administration judiciaire.
En 2007, afin d'apurer les dettes, l'usine Xavier Jourdain d'Altkirch cesse toute activité et les ateliers sont démolis. L'entreprise, qui n'emploie plus que 173 salariés, se concentre sur Hirsingue, mais l'usine est scindée en deux entités; Siat et Lang pour la création et la vente de tissus et Siat et Lang Production pour la teinture et le tissage.
En avril 2009, un incendie se déclare dans l'unité de production. En août, le tribunal de grande instance de Mulhouse prononce la liquidation des 2 entreprises. En octobre le plan de reprise est accepté par le tribunal mais il s'accompagne de 90 licenciements supplémentaires. L'entreprise prend le nom de Virtuose SAS et reste à Hirsingue.
Après 2 années positives, la flambée des cours du coton met l'entreprise de nouveau en difficulté. En décembre 2012, la municipalité d'Hirsingue propose une aide de 655 000 euros à travers une offre de leaseback.
En avril 2013, le tribunal de Mulhouse prononce la liquidation judiciaire de la société Virtuose et rejettent le plan de reprise qui aurait pu sauver 35 des 58 emplois. En mai 13 salariés font encore tourner l'usine d'Hirsingue afin d'honorer les dernières commandes et de fermer définitivement ses portes en juin 2013[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Roppentzwiller

Les armes de Roppentzwiller se blasonnent ainsi :
« De gueules au cygne d'argent passant accompagné en pointe d'une étoile à huit rais d'or, accostée des lettres capitales R et Z de même. »[7]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Jean Bloch    
1791 1800 Antoine Schmitt    
1800 1812 Jean Greter    
1812 1816 Frédéric Schmitt    
1816 1826 Morand Schmitt    
1826 1830 Henri Wermelinger    
1830 1840 Pierre Brustlein    
1840 1847 Jean Wermelinger    
1847 1848 Jean d'Aloïse Schmitt    
1848 1855 Jean Wermelinger    
1855 1860 Jean d'Aloïse Schmitt    
1860 1861 Jean Wermelinger    
1861 1872 François-Joseph Wermelinger    
1872 1884 Jean Schmitt    
1884 1900 François-Joseph Schmitt    
1900 1914 Henri Wermelinger    
1914 1919 Henri Seltensperger    
1919 1939 Jean-Baptiste Wentzel    
1939 1940 Paul Frey    
1940 1944 Jules Bloch    
1945 1953 Paul Frey    
1953 1971 Emile Demange    
1971 1983 René Steffan    
1983 2001 Patrick Kettela    
2001 2008 Emmanuel Kettela    
2008   Jean-Claude Eggenspiller    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 703 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
309 341 329 405 473 506 537 579 635
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
558 613 622 626 567 593 568 575 619
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
666 742 826 823 788 762 728 693 668
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
663 623 624 708 736 665 755 703 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9])
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Jean-Baptiste

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Emanuel avec un seul M
  2. L'usine Lang de Waldighoffen
  3. Roppentzwiller, d'Hier à Aujourd'hui
  4. L'industrie à Waldighoffen
  5. Société Industrielle Altkirchoise de Textile
  6. Hebdomadaire L'ami Sundgau no 34 page 6
  7. Archives Départementales du Haut-Rhin
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :