Jean-Paul de Dadelsen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dadelsen.
Jean-Paul de Dadelsen
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 43 ans)
ZurichVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Jean-Paul de Dadelsen, né à Strasbourg le , alors en Allemagne, mort à Zurich en 1957, est un poète et journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Paul de Dadelsen passe une partie de sa jeunesse de 1927 à 1930, à Hirsingue dans le Haut-Rhin. Son père, Erich von Dadelsen, d'origine danoise, est nommé notaire de Hirsingue de 1927 à 1946. Il fréquente un lycée de Mulhouse jusqu'en 1929. Il fait sa philosophie au collège J.J. Henner d'Altkirch.

Adhérent à un groupe d'artistes, de peintres et d'écrivains, il rencontre A. Schachemann, René Jourdain, Nathan Katz, le breton-alsacien Guillevic ainsi que le pasteur Hoffet.

Après l'échec au 2e baccalauréat, ses parents l'envoient à Paris. Il est interne au Lycée Louis-le-Grand. À cette époque, il fera connaissance avec L. Senghor et Georges Pompidou. Le peintre alsacien Robert Breitwieser lui donne des cours de dessin.

D’une famille luthérienne très pratiquante, il est très attaché au culte, ce qui explique son attrait pour la langue allemande (il sera premier à l’agrégation d’allemand en 1936) et son inspiration biblique.

La Deuxième Guerre mondiale le voit rejoindre le général de Gaulle à Londres. Il deviendra plus tard journaliste à Combat, alors dirigé par son ami Albert Camus. Son métier le conduira aux quatre coins du monde.

Inspiré par Goethe et la Bible, son œuvre très lyrique est empreinte de spiritualité et de ses considérations au sujet de la destinée de l’homme.

Il est considéré par Henri Thomas ou Denis de Rougemont comme le plus grand poète francophone d'origine alsacienne comme on le lit dans l'édition de 1982 de Goethe en Alsace. Son inspiration doit entre autres à Francois Villon qu'il cite presque explicitement. L'importance des deux œuvres est sur de nombreux points comparable, et non sans liens avec celle du poète huguenot Agrippa d'Aubigné selon Charles Walker.[réf. insuffisante]

Le collège de Hirsingue dans le Haut-Rhin porte son nom.

Publications[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]