Oltingue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Oltingen
Oltingue
La mairie d'Oltingue.
La mairie d'Oltingue.
Blason de Oltingue
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haut-Rhin
Arrondissement Altkirch
Canton Altkirch
Intercommunalité Communauté de communes du Jura alsacien
Maire
Mandat
André Scherrer
2014-2020
Code postal 68480
Code commune 68248
Démographie
Population
municipale
733 hab. (2014)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 29′ 32″ nord, 7° 23′ 33″ est
Altitude Min. 387 m – Max. 531 m
Superficie 13,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Oltingue

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Oltingue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Oltingue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Oltingue

Oltingue est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

C'est un village du canton de Ferrette situé dans le sud-est du Sundgau, à 2,5 km de la frontière suisse. Une grande partie de la population est constituée de frontaliers qui travaillent en Suisse, surtout dans la région de Bâle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Oltingue se trouve dans le canton de Ferrette et l’arrondissement d'Altkirch et se trouve à une altitude de 400 m, riveraine de l'Ill. Les habitants sont appelés Oltingois.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ooltingen (1141), Oltingen (1241), Oltingen (1277), Oltingen (1793), Ottingen (1801).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site d'Oltingue a été occupé au cours du Néolithique. On a trouvé près du promontoire Oltingue-Berg des instruments en silex, des anciennes fondations de cabanes et des monnaies romaines, et des sépultures mérovingienes et carolingiennes. Oltingue appartenait dès le début à l'abbaye de Saint-Blaise comme l'atteste un document de 1141. Plus tard vers 1230 le village entre en possession de l'abbaye de Murbach, puis en 1322 la cour domaniale passe entre les mains des comtes de Ferrette, puis en 1324 aux Habsbourg. Elle est ensuite inféodée aux barons de Ferrette-Liebenstein jusqu'à la Révolution. Pendant très longtemps l'abbaye de Lucelle y possède des (vignes et une cour colongère. Le village se trouve alors autour de la chapelle Saint-Martin-des-Champs jusqu'au saccage de 1445 par les Armagnacs. Au XIVe siècle, une famille noble, les Oltingen, possèdent un château dans le village. Après la destruction du village, il est reconstruit à un kilomètre au nord-est. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le village est un important lieu de passage pour les fugitifs et les prisonniers évadés. En 1943, cent quatre-vingt sept jeunes hommes trouvent refuge en Suisse.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason d'Oltingue

Les armes d'Oltingue se blasonnent ainsi :
« D'argent à la demi-roue de sainte Catherine de gueules, aux lettres capitales O et B de sable posées en chef. »[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours André Scherrer    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 733 habitants, en diminution de -0,27 % par rapport à 2009 (Haut-Rhin : 1,52 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
698 717 711 786 852 837 885 877 846
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
818 838 873 846 850 812 797 751 732
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
702 702 687 662 750 746 746 699 678
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
651 657 719 728 711 765 732 729 733
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin-des-Champs.
L'église Saint-Martin.
Le Musée Paysan d'Oltingue
Créé dans les années 1970 par l'abbé Bilger, il est situé dans une maison à colombages datant des XVIe et XVIIe siècles dont on peut voir l'ossature et le torchis. Ce musée renferme de nombreux ustensiles, accessoires, mobiliers, équipements, vieux métiers à tisser
Four à pain, four en faïence, moule à Kougelhopf, il redonne vie aux traditions sundgauviennes.
L'église Saint-Martin-des-Champs
Ce monument historique du XIVe siècle contient des tombes des VIIe siècle et VIIIe siècle mises en valeur et des fresques antérieures à 1350 représentant des personnages de l'Ancien Testament et des saints[6].
L'église Saint-Martin
Construite en 1824 par l'huissier de Ferrette, qui trouvait l'église Saint-Martin-des-Champs trop petite et surtout trop éloignée, elle renferme un orgue Callinet qui a été classé monument historique en 1973. Un magnifique mobilier intérieur est également à découvrir.
La chapelle Saint-Brice
Fondée probablement par les moines de Murbach cette chapelle, dont le mur conserve les baies en arc brisé ouvertes au XIVe siècle. Le sanctuaire est vendu en 1412 à Frédéric de Hattstatt. Saint-Brice est imploré en faveur de la fertilité et pour la guérison des rhumatismes. Cinquante cinq ex-votos témoignent de la reconnaissance des pèlerins. Des travaux sont entrepris au début du XVIIIe siècle. La campanile, ajoutée en 1705 est réhabilitée en 1985. Desservie pas de nombreux sentiers de randonnée, elle contient un magnifique autel baroque.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • L'écrivaine Monique Wittig (l'une des fondatrices du MLF dans les années 1960), qui vécut ensuite aux États-Unis, a écrit L'Opoponax (Prix Médicis 1964) en s'inspirant en partie de ses séjours en vacances à Oltingue, où ses parents avaient une maison et de la famille (le sabotier Bernard Doebelin d'Oltingue est son cousin).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :