Durmenach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Durmenach
La mairie.
La mairie.
Blason de Durmenach
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haut-Rhin
Arrondissement Altkirch
Canton Altkirch
Intercommunalité Communauté de communes Ill et Gersbach
Maire
Mandat
Dominique Springinsfeld
2014-2020
Code postal 68480
Code commune 68075
Démographie
Population
municipale
867 hab. (2014)
Densité 151 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 40″ nord, 7° 20′ 20″ est
Altitude Min. 360 m – Max. 461 m
Superficie 5,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Durmenach

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Durmenach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Durmenach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Durmenach

Durmenach est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Ses habitants sont appelés les Durmenachois et les Durmenachoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Durmenach est un petit village situé dans le sud de l'Alsace. Il fait partie des 120 communes qui composent le Sundgau. Durmenach fait partie du canton d'Altkirch et de l'arrondissement d'Altkirch.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

L'Ill.

Lieux et écarts[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Terminachum (1187), Terminach (1188), Termnacho (1188), Terminach (1210), Tirmenach & Turmenach (1394), Tirmenach (1580), Dirmenach (1793 & 1801), Derma (date inconnue).

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1324, Durmenach passe aux comtes de Ferrette et aux Habsbourg. Il est ensuite tenu par une branche proche des nobles de Flaxlanden connu sous le nom de Dürmenach.

En 1354, les Bâlois brûlèrent le village ainsi que le château qui s'y trouvait.

Au XVe siècle, les Armagnacs s’installent dans le village et y prennent leur quartier.

Avec le Traité de Westphalie en 1648, la domination des Habsbourg cesse et Durmenach devient française.

En 1789, le village connaît de violentes émeutes antisémites. Durmenach dispose d'un château, qui a été transformé en logements.

En 1846, la population juive représente plus de 56 % de la population[1] Lors du Judenrumpel de 1848, 75 maisons juives furent incendiées.

Présence juive[modifier | modifier le code]

L'actuel foyer de Durmenach transformé depuis 1960 en foyer catholique fut autrefois une synagogue qui, par deux fois, fut ravagée par les flammes[2].

Le village fut au XVe siècle une importante agglomération juive. La plupart des maisons du centre ont été construites par des familles juives entre le XVIe et le XVIIIe siècle.

En 1826, les Juifs habitent encore 66 maisons différentes. La rue du 29-Février commémore la journée des émeutes antisémites du . Durmenach comptait encore à cette époque 650 juifs sur 1 000 habitants. Après les émeutes, 75 maisons juives furent incendiées[3].

Après 1940, la plupart des Juifs étaient partis ou déportés et ne sont plus revenus après la Libération.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Du latin terminacum = limite.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Durmenach

Les armes de Durmenach se blasonnent ainsi :
« D'azur au couteau de chasse d'argent, au manche de gueules garni et clouté d'or, posé en pal. »[4]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Dominique Springinsfeld - Exploitant agricole
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 867 habitants, en diminution de -7,57 % par rapport à 2009 (Haut-Rhin : 1,52 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
708 729 762 1 038 1 047 1 039 1 111 1 137 1 147
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
977 1 033 1 065 983 898 913 885 853 863
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
858 921 975 974 964 950 907 946 853
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
838 875 870 894 853 883 919 872 867
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Avec son clocher au centre, entouré d'anciennes fermes et de maisons à colombages, Durmenach ressemble à n'importe quel village du Sundgau.

  • Église Saint-Georges.
  • Manoir du XVIe siècle.
  • Ferme de 1811.

Cimetière israélite[modifier | modifier le code]

Le cimetière israélite de Durmenach date de 1794 et contenait à l'époque un millier de tombes dont 300 sont encore visibles[9]. Le reste des tombes a été envahie par la végétation, ou encore des stèles de grès se sont désagrégées sous l'effet des intempéries, du gel ; d'autres se sont effondrées.

Les monuments les plus anciens qui restent encore debout sont en grès de meilleur qualité. Le cimetière se trouve au bout de la rue de la Gendarmerie (autrefois connu sous le nom alsacien de Judàacker), perché sur une colline, entre la forêt et les prés-vergés.

Des travaux de débroussaillage ont été entrepris, ainsi que le nettoyage et le relèvement des tombes qui se sont effondrées. D'autres cimetières juifs sont dans le même état se trouvent également dans le sud de l'Alsace : Hégenheim, Hagenthal-le-Bas, Luemschwiller.

Festivités[modifier | modifier le code]

De nos jours, sa renommée de plus ancien centre commercial du Haut-Sundgau est rappelée par ses deux foires annuelles, rayonnant bien au-delà des limites du département. Ainsi fut créée en 1964 par André Zundel, la Foire aux Foins, dite Heimart, se déroulant le 3e dimanche de mai.

La même personne imagina et lança en 1977 la Foire Paysanne, dite Sundgauer Buramart, de caractère plus alimentaire, qui le 3e dimanche de septembre accueille également une foule de 15 à 20 000 visiteurs, charmés par son ambiance particulièrement conviviale.

L'église Saint-Georges.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Forêt du Kuhwald dans le Sundgau. Les mélèzes de Durmenach », in Les Saisons d'Alsace, no 72 (L'Alsace, ce beau jardin), printemps 2017, p. 100-105

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]