Hirtzbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hirtzbach
La mairie.
La mairie.
Blason de Hirtzbach
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Altkirch
Canton Altkirch
Intercommunalité C.C. d'Altkirch
Maire
Mandat
Arsène Schoenig
2014-2020
Code postal 68118
Code commune 68139
Démographie
Population
municipale
1 393 hab. (2012)
Densité 100 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 51″ N 7° 13′ 22″ E / 47.5975, 7.222847° 35′ 51″ Nord 7° 13′ 22″ Est / 47.5975, 7.2228
Altitude Min. 298 m – Max. 417 m
Superficie 13,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Hirtzbach

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Hirtzbach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hirtzbach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hirtzbach

Hirtzbach est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se trouve en Alsace, dans la région sud du département du Haut-Rhin (68), en plein cœur du Sundgau.

Hirtzbach se situe :

Le village se divise en deux parties : on distingue d'une part le village du bas, traversé par la rivière qui a donné son nom à la commune, le « Hirtzbach », où les maisons à colombages sont les plus nombreuses ; d'autre part, le village du haut, surnommé « la Montagne » du fait de sa hauteur, où se trouve la chapelle Saint-Affre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Occupé à l’époque préhistorique et romaine, Hirtzbach apparaît sous son nom actuel en 1274.

C’est à l’origine un village double : Hirtzbach-le-Haut, sur la colline au lieu-dit « La Montagne » et Hirtzbach-le-Bas, dans la vallée avec le château qui, cité depuis le début du XVe siècle, appartient à la famille de Reinach sous sa forme actuelle depuis le XVIIIe siècle, famille dont l’intérêt historique est intimement lié à celui de la commune.

En marge du village, la chapelle Saint-Léger, située à la lisière de la forêt du Glueckerwald, rappelle le village de Saint-Léger, mentionné dès 1188 et disparu entre 1376 et 1469 selon les sources.

Autant de sites qui témoignent d’un passé riche en événements et font partie intégrante du patrimoine communal.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Hirtzbach

Les armes de Hirtzbach se blasonnent ainsi :
« D'or au cerisier de sinople fruité de gueules, au cerf de même brochant sur le tronc, buvant dans une rivière d'azur. »[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ???  ??? Bernard Munzenberger    
mars 2001 en cours Arsène Schoenig   Agent de maîtrise
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 393 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
559 630 723 706 802 870 878 878 911
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
881 940 960 940 939 950 949 940 944
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 007 1 040 1 045 897 962 986 1 042 1 066 1 009
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
997 979 1 106 1 128 1 143 1 183 1 249 1 259 1 393
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Maurice

Hirtzbach possède un vaste patrimoine architectural, historique et naturel :

  • l'église Saint-Maurice (1834). Dans l'entrée principale, sous le clocher, on peut voir un grand Christ en croix et, en face, une œuvre de Sébastien Gutzwiller (1798-1872) relatif au martyre de saint Maurice ;
  • le château de la famille de Reinach Hirtzbach, classé Monument Historique, et le jardin anglais. Ce jardin a été aménagé par Charles de Reinach au début du XIXe siècle, sous la Restauration. Il est peuplé de hêtres, de frênes, de pins et d'autres arbres plus rares (chêne pédonculé d'une hauteur de 31 mètres et d'une circonférence de 5,40 mètres, chêne partant en faisceau de 6 troncs, entièrement ceinturé par un banc circulaire).

Le parc abrite également la dernière glacière du Sundgau, recouverte d'un dôme parfaitement isolé. Ce parc est loué à la commune et est ouvert gratuitement au public.

  • la chapelle Saint-Affre ;
  • la chapelle Saint Léger ;
  • de magnifiques maisons à colombages, certaines datant de trois siècles.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :