Plateau de Lannemezan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Plateau de Lannemezan
Géographie
Altitude 661 m, Lieu-dit Avezac-Gare
Massif Pyrénées
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Départements Hautes-Pyrénées, Haute-Garonne
Géologie
Roches Calcaire

Le plateau de Lannemezan, en occitan Plan de Lanamesa ou Platèu de Lanamsa, est un plateau du sud de la France où vivent environ 10 000 personnes. Il se situe en zone de piémont pyrénéen.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du plateau de Lannemezan vient de la ville éponyme qui se situe presque au centre du plateau.

Géographie[modifier | modifier le code]

Paysage du plateau à Bonrepos.

Topographie[modifier | modifier le code]

Il est situé au pied des Pyrénées dans le nord-est du département des Hautes-Pyrénées et dans le sud-ouest de celui de la Haute-Garonne, en limite du Gers.

Son altitude moyenne est de 510 mètres.

Géologie[modifier | modifier le code]

C'est un cône de déjection fluvio-glaciaire issu des Pyrénées centrales et dont l'apex se trouve à Avezac-Gare sur la commune d'Avezac (Hautes-Pyrénées)[1].

Il a été construit par la Neste[2] pendant le Quaternaire ancien[3], avant que le cours de cette rivière soit détourné vers l'est pendant le Quaternaire[2].

Sur la carte géologique il est facilement repérable par sa forme en éventail ouvert vers le nord et entaillé par de nombreuses rivières suivant la forme d'éventail, de couleur grise portant la nomenclature « Fu »[1] : « alluvions de la formation supérieure de Lannemezan : argile rubéfiée et galets siliceux » datant de la glaciation de Donau (~1,8 à 1,5 Ma), correspondant au premier épandage alluvial quaternaire[4]. Ces alluvions anciennes surmontent des dépôts torrentiels de cône faits d'argiles à lentilles de galets, datés du Pontico-Pliocène. À environ 1,5 km au sud-est de Capvern, un sondage électrique trouve des sables argileux à graviers et galets sur une épaisseur de 45 m puis des argiles jusqu'à 145 m, sans pour autant atteindre le substrat rocheux fait de brèches de flysch noir[5].

La géologie du plateau de Lannemezan a été étudiée dès le XIXe siècle par Stuart-Menteath (1868)[6],[n 1], Piette (1874)[7], Garrigou (1876)[8], Boule (1894)[9], Taillefer (1951)[10], Crouzel (1956)[11], Patin (1966)[12].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Une partie de l'hydrographie du plateau de Lannemezan.

Le plateau de Lannemezan est la source de nombreuses rivières gasconnes comme le Bouès, affluent du bassin de l'Adour ; et le Gers, la Save, la Gimone, la Baïse, la Petite Baïse, la Baïsole l'Arrats, le Louge, le Touch et la Gesse, affluents de la Garonne.

Voir aussi le canal de la Neste.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est de type combiné montagnard et atlantique, c'est-à-dire particulièrement froid l'hiver avec de fortes gelées et des chutes de neige parfois abondantes. L'été est quant à lui chaud et orageux. L'automne est la plus agréable saison.

Plus de 1 300 mm d'eau en cumul annuel.

Couvert, végétation[modifier | modifier le code]

Le plateau abonde en lande à bruyère, fougère et ajoncs épineux[3].

La couche de terre arable surmontant le substrat d'origine calcaire ne dépasse pas vingt centimètres. On exploite la tourbe dans la lande près de La Barthe-de-Neste. Son couvert est composé de deux tiers de terres incultes et stériles, parsemé de bois, de taillis, coupé de marécages et de landes.[réf. nécessaire]

La végétation non défrichée fait partie des forêts de conifères et mixtes des Pyrénées avec sapins, bouleaux et fougères. Le reste est composé de landes cultivées ou en pâtures.[réf. nécessaire] Quelques landes humides et tourbières sont présentes entre Capvern et Lannemezan[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Activités humaines[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Icole 1969] Michel Icole, « Age et nature de la formation dite « de Lannemezan » », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest. Sud-Ouest Européen, vol. 40, no 2,‎ , p. 157-170 (lire en ligne [sur persee]). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Monod et al. 2018] B. Monod, J.M. Gandolfi, M. Saplairoles et B. Joseph, « Amélioration de la connaissance géologique des formations fluvio-glaciaires dans les Pyrénées », Programme POTAPYR, rapport final, 24 p., sur infoterre.brgm.fr, BRGM, (consulté le 6 janvier 2021). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Paris et al. 1975] J.P. Paris, Michel Icole, A. Tegyey (diagnoses pétrographiques et déterminations micropaléontologiques), C. Monciardini (diagnoses pétrographiques et déterminations micropaléontologiques), P. Andreieff (diagnoses pétrographiques et déterminations micropaléontologiques) et M. Collignon (déterminations des Ammonites), « Notice explicative de la carte géologique à 1/50000e, no 1054 "Montréjeau XVIII-46" - Comminges » [PDF], sur ficheinfoterre.brgm.fr, BRGM, (consulté le 6 janvier 2021). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Patin 1967] Jacqueline Patin, « L'évolution morphologique du plateau de Lannemezan », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest. Sud-Ouest Européen, vol. 38, no 4,‎ , p. 325-337 (lire en ligne [sur persee]).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Patrick William Stuart-Menteath (1843-1923) s'est consacré exclusivement à la géologie des Pyrénées. Il a publié la première carte géologique du Pays basque intérieur. Sa publication Sur la géologie superficielle des environs de Biarritz et de Bidart, et le véritable âge du lignite de Mouligna (bulletin de la société Ramond, 1878), traite des lignites de Mouligna associés à la découverte d’artefacts préhistoriques paléolithiques et néolithiques (fragments de poteries) qui, en pleine querelle darwiniste, attise la « querelle de l’homme pliocène ».
    Pour plus de détails sur le personnage, voir [Jacqué 2005] Maurice Jacqué, « Patrick William Stuart-Menteath (1843-1923) ou cinquante ans de controverses géologiques en Pays basque » (séance du 14 décembre 2005), Travaux du Comité français d'histoire de la géologie (COFRHIGEO), 3e série, t. 19,‎ (lire en ligne [sur hal.archives-ouvertes.fr], consulté le 6 janvier 2021).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le plateau de Lannemezan, carte géologique », sur geoportail.gouv.fr (consulté le 6 janvier 2021).
    Couches « Cartes géologiques » et « Réseau hydrographique » activées (immédiatement visibles) ; couches « Cartes IGN classiques » et « Limites administratives » sélectionnées (visibles en cliquant sur l'onglet « sélection de couches » portant le nombre "4" en haut à droite de la carte, puis sur le symbole de molette en face des couches désirées, puis sur le symbole d’œil pour activer ou désactiver la couche correspondante).
  2. a et b Icole 1969, p. 157.
  3. a et b Paris et al. 1975, p. 2.
  4. Paris et al. 1975, p. 11.
  5. Monod et al. 2018, p. 33.
  6. [Stuart-Menteath 1868] Patrick William Stuart-Menteath, « Sur les évidences d'une époque glaciaire miocène, considérées spécialement dans les Pyrénées », Bulletin de la Société Géologique de France, t. 25, no 2,‎ , p. 694-708. Cité dans Icole 1969, p. 157.
  7. [Piette 1874] Édouard Piette, « Note sur le glacier quaternaire de la Garonne », Bulletin de la Société Géologique de France, no 3,‎ , p. 498-517. Cité dans Icole 1969, p. 157.
  8. [Garrigou 1876] F. Garrigou, Les glaciers anciens et récents des Pyrénées (Conférence faite à Bordeaux sur la demande de la Société philomatique), Toulouse, impr. Pradel, Viguier et Boé, , 39 p. (lire en ligne [PDF] sur halshs.archives-ouvertes.fr). Cité dans Icole 1969, p. 157.
  9. [Boule 1894] Marcellin Boule, « Le plateau de Lannemezan et les alluvions anciennes des hautes vallées de la Garonne et de la Neste », Bulletin des services de la carte géologique de la France, t. 6, no 43,‎ , p. 447-469. Cité dans Icole 1969, p. 157.
  10. [Taillefer 1951] François Taillefer, Le piémont des Pyrénées françaises: contribution à l'étude des reliefs de piémont (thèse de Lettres), Institut de géographie de la Faculté des Lettres de Toulouse, Ed. Privat, , 383 p.. Cité dans Icole 1969, p. 158.
  11. [Crouzel 1956] Fernand Crouzel, Le Miocène continental du Bassin d'Aquitaine (thèse), Fac. Sc. Toulouse, Bulletin des services de la carte géologique de la France, t. 54, no 248, , 264 p.. Cité dans Icole 1969, p. 158.
  12. [Patin 1966] Jacqueline Patin, Érosion et sédimentation sur le piémont des Pyrénées centrales du Tortonien moyen au Quaternaire ancien (thèse 3e cycle en Géographie), Toulouse, . Cité dans Icole 1969, p. 158.
  13. « Landes humides de Capvern et plateau de Lannemezan », fiche ZNIEFF no 730006515, sur inpn.mnhn.fr, Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 6 janvier 2021).