Harry Potter et l'Ordre du Phénix (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Harry Potter
et l'Ordre du Phénix
Description de cette image, également commentée ci-après
Palais de Westminster (Londres), devant lequel Harry Potter et quelques membres de l'Ordre du Phénix passent en volant sur des balais.
Titre original Harry Potter and the Order of the Phoenix
Réalisation David Yates
Scénario Michael Goldenberg
Musique Nicholas Hooper
Acteurs principaux
Sociétés de production Heyday Films
Warner Bros. Pictures
Pays de production Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Fantastique
Durée 138 minutes
Sortie 2007

Série Harry Potter

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Harry Potter et l'Ordre du Phénix (Harry Potter and the Order of the Phoenix) est un film américano-britannique réalisé par David Yates, sorti en 2007.

Il est adapté du roman éponyme de J. K. Rowling et constitue le cinquième volet de la série de films Harry Potter. Il est précédé par Harry Potter et la Coupe de feu (2005) et suivi par Harry Potter et le Prince de sang-mêlé (2009).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Alors qu'il entame une cinquième année d'études à Poudlard, Harry Potter découvre que la majorité des sorciers ne semble pas croire au retour de Voldemort survenu à la fin de l'année précédente, convaincue par une campagne de désinformation dirigée par Cornelius Fudge, le ministre de la Magie[1]. Celui-ci impose Dolores Ombrage comme nouveau professeur de défense contre les forces du Mal à l'école afin de maintenir l'ordre et de surveiller les agissements d'Albus Dumbledore[1]. Ombrage est chargée de dispenser uniquement des cours théoriques aux élèves et semble s'en prendre particulièrement à Harry, qui reste ferme sur ses convictions[1]. Certains élèves de l'école, menés par Harry, Ron et Hermione, forment un club de défense secret, l'Armée de Dumbledore, pour s'entraîner au combat et faire écho à l'ordre du Phénix, face au ministère de la Magie corrompu et aux mangemorts[1].

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Claremont square dans le quartier londonien d'Islington, servant de décor pour la façade du square Grimmaurd.

Harry Potter et son cousin Dudley sont attaqués par deux détraqueurs venus de la prison d'Azkaban. Harry les repousse en créant un Patronus. Un peu plus tard, une lettre du ministère de la Magie, adressée à Harry, lui annonce qu'il a été renvoyé de Poudlard pour avoir enfreint la règle de ne pas se servir de la magie en présence d'un Moldu. La nuit, Harry est récupéré par un groupe de sorciers comprenant Alastor Maugrey, Nymphadora Tonks et Kingsley Shacklebolt. Ils se rendent à Londres, au 12, square Grimmaurd, dans la maison du parrain de Harry, Sirius Black. Harry y retrouve son parrain, mais aussi Ron, Hermione, Remus Lupin et les Weasley. Il découvre aussi l'existence de l'ordre du Phénix, une organisation secrète fondée par Albus Dumbledore depuis des années pour lutter contre Voldemort. Pendant ce temps, le ministère de la Magie manipule l'opinion publique par le biais de la Gazette du Sorcier, en discréditant Dumbledore et Harry. Ainsi, une importante partie de la communauté des sorciers nie le retour de Voldemort. Harry est défendu par Dumbledore durant le procès tenu par le ministre Cornelius Fudge, et ce dernier n'a d'autres choix que d'acquitter Harry des charges qui pèsent contre lui.

La Gazette du sorcier, outil de propagande du ministère de la Magie.

À leur arrivée à Poudlard, Harry, Ron et Hermione rencontrent l'excentrique Luna Lovegood, et Harry échange quelques regards avec Cho Chang, dont il est amoureux. Au banquet de la rentrée, Harry a la désagréable surprise de découvrir que le ministre de la Magie Fudge a nommé Dolores Ombrage, qui figurait à son audience au ministère, nouveau professeur de défense contre les forces du Mal, également chargée de surveiller le directeur et ses étudiants. Pour ne rien arranger, Harry découvre que beaucoup d'élèves le considèrent dorénavant comme menteur ou fou. Seuls Ron, Hermione et une poignée d'autres le soutiennent ouvertement, comme Neville Londubat, les Weasley et Luna Lovegood. Dolores Ombrage présente sa nouvelle pédagogie, fondée sur des cours uniquement théoriques. Elle refuse de croire que Voldemort est de retour et punit Harry lorsqu'il en parle, notamment en employant des méthodes sévères et douloureuses. Luna, qui sent que Harry se renferme sur lui-même, lui suggère de ne pas s'isoler de ses amis, afin de ne pas apporter à Voldemort ce qu'il recherche. Plus tard, les élèves assistent à un échange tendu entre McGonagall et Ombrage, la première se plaignant des méthodes de punition de la seconde, mais celle-ci fait savoir qu'elle compte prendre les choses en main avec l'accord du ministre. Ainsi, Ombrage est nommée Grande Inquisitrice au sein de l'école et met en place de nombreuses règles selon ses principes. Elle renvoie le professeur de divination, Sibylle Trelawney, mais McGonagall et Dumbledore interviennent pour éviter que cette dernière soit expulsée du château.

Sirius Black entre en contact avec Harry, Ron et Hermione. Il leur apprend que la présence d'Ombrage est due à la paranoïa de Fudge, qui pense que Dumbledore monte sa propre armée pour renverser le Ministère. À la demande de ses amis Ron et Hermione, Harry réunit secrètement un groupe d'étudiants, baptisé « Armée de Dumbledore », pour aider les élèves à se défendre contre les forces du Mal en leur donnant un entraînement pratique dans la salle sur demande. Ombrage crée une brigade inquisitoriale composée de volontaires comme Drago Malefoy, et de Rusard, le concierge, pour faire régner l'ordre et découvrir les manigances des élèves qu'elle considère suspects. À la fin d'une séance d'entrainement, Cho Chang félicite Harry d'avoir créé ce groupe clandestin, en regrettant que Cedric Diggory n'ait pas eu le temps de bénéficier de ces cours de défense. Harry tente de trouver les mots pour la réconforter, puis ils s'embrassent sous une branche de gui.

Peu avant Noël, Harry est hanté par des cauchemars : il voit Arthur Weasley attaqué par le serpent de Voldemort, Nagini, et apprend que ce rêve reflète la réalité. Les enfants Weasley sont envoyés au chevet de leur père. Afin d'éviter que Voldemort ne manipule l'esprit de Harry, et pour faire cesser ses cauchemars et visions, Dumbledore charge Severus Rogue de lui enseigner des leçons d’occlumancie. Harry, Hermione et les Weasley passent Noël ensemble avec Sirius Black au square Grimmaurd. Sirius en profite pour évoquer avec Harry ses liens familiaux complexes et le rassurer sur sa vraie nature.

De retour à Poudlard, Harry, Ron et Hermione rendent visite à Hagrid alors qu'il rentre tout juste d'une mission secrète pour l'Ordre. La menace d'une guerre se rapproche et une grande évasion a lieu à la prison d'Azkaban. Le Ministère accuse Sirius Black, cousin de Bellatrix Lestrange qui fait partie des évadés, d'être responsable de leur évasion. Mais une partie du monde des sorciers ne croit plus aux fausses informations. Alors que les cours clandestins ont repris, la brigade d'Ombrage débusque l'Armée de Dumbledore, trahie par Cho Chang qui a été interrogée sous veritaserum. Confronté par Ombrage et le Ministre, Dumbledore, qui endosse la responsabilité du groupe, est alors démis de ses fonctions et doit être emmené à Azkaban. Mais il s'enfuit à l'aide de son phénix, Fumseck. Fudge nomme Ombrage directrice de l'école.

Costume de mangemort.

Depuis le départ de Dumbledore, Hagrid demande de l'aide au trio pour prendre soin de son demi-frère Graup. En parallèle, Rogue continue ses cours particuliers avec Harry. Mais la situation dégénère entre eux et le cours prend fin. Lors des examens de fin d'année, Fred et George sèment le désordre avec leurs feux d'artifice magiques, et s'en prennent à Ombrage avant de s'enfuir. Mais à ce moment-là, Harry a une vision de Sirius torturé par Voldemort, qui souhaite obtenir une prophétie. Grâce à une diversion, Harry, Ron et Hermione s'introduisent dans le bureau d'Ombrage pour se servir de la cheminée non surveillée afin de partir à la recherche de Sirius. Cependant, la directrice les surprend et compte torturer Harry. Pour gagner du temps, Hermione lui révèle alors l'existence d'une arme secrète détenue par Dumbledore dans la Forêt Interdite. Ombrage part dans la Forêt interdite avec Hermione et Harry, mais comprend qu'elle a été dupée avant d'être capturée par un groupe de centaures. Harry décide alors d'aller, avec Ron, Hermione, Neville, Luna et Ginny, au ministère de la Magie, afin de secourir Sirius. Sur place, la vision s'avère fausse, créée par Voldemort pour attirer Harry dans le département des mystères du ministère. Harry découvre sa prophétie qui lui dit que « aucun des deux ne peut vivre tant que l'autre survit ». À ce moment-là, les amis sont pourchassés par des mangemorts, désireux de récupérer la prophétie pour le compte du Seigneur des Ténèbres. Ils se font capturer et Harry est contraint de donner la sphère contenant la prophétie à Lucius Malefoy. Des membres de l'ordre du Phénix arrivent à la rescousse, et la sphère se brise. Harry se bat aux côtés de son parrain. Mais au cours de la bataille, Sirius est abattu par sa cousine Bellatrix Lestrange. Harry poursuit celle-ci et lui inflige en retour le sortilège de torture. Elle parvient cependant à s'échapper à la suite de l'arrivée de Voldemort et de Dumbledore (averti de la présence de Harry au ministère). Un combat s'engage entre le Seigneur des Ténèbres et le directeur de Poudlard. Au terme d'une violente confrontation, Voldemort prend possession du corps de Harry. Dumbledore conseille à ce dernier de penser à ce qui le différencie de Voldemort. Harry réussit à retourner la situation à son avantage en mettant en évidence la faiblesse de Voldemort, du fait qu'il ne connaîtra jamais l’amour ou l’amitié. Puis Voldemort est mis en déroute à l'arrivée du ministre Cornelius Fudge. Ce dernier a le temps d'apercevoir Voldemort avant qu'il ne disparaisse. Le ministre est contraint d'admettre publiquement le retour de Voldemort.

Innocenté avec Harry, Dumbledore réintègre ses fonctions à Poudlard à la place de Dolores Ombrage, qui est suspendue. Avant de monter dans le Poudlard Express, Harry fait part à ses amis qu'ils ont une force que n'a pas Voldemort et qui vaut toutes les batailles.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Adolescents[modifier | modifier le code]

Le cinquième volet introduit le personnage de Luna Lovegood, interprété par Evanna Lynch.

Adultes[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

David Yates
Le réalisateur David Yates.

Après les refus de Mike Newell (réalisateur du film précédent), Jean-Pierre Jeunet, Guillermo del Toro, Matthew Vaughn et Mira Nair[7],[8], le réalisateur de télévision David Yates, alors méconnu du grand public, est engagé pour ce cinquième film[9]. Selon le producteur David Heyman, « David Yates a une façon profondément humaine de faire des films, et il possède une énergie extraordinaire. Il n'hésite pas non plus à traiter les sujets politiques de manière divertissante »[9]. Yates se montre surpris lui-même d'avoir été choisi, surtout à la suite des précédents réalisateurs, mais accepte le défi avec beaucoup d'enthousiasme[10].

Yates est considéré beaucoup plus calme, plus posé et plus introverti que son prédécesseur Mike Newell[11], et son arrivée sur le tournage nécessite de nouveaux réajustements de la part des acteurs et de l'équipe technique. Le réalisateur se montre disponible et son tempérament ainsi que sa patience permettent à l'équipe de lui parler facilement[12]. Selon Daniel Radcliffe, Yates cherche toujours à obtenir plus de détails et de nuances dans le jeu des acteurs, ce qui les poussent à s’impliquer encore davantage personnellement[13].

« Je crois que c'est grâce à lui, sur le cinquième film, que j'ai vécu ma meilleure expérience cinématographique[14]. »

— Daniel Radcliffe

Pour ce cinquième film, la production accueille aussi un nouveau scénariste pour remplacer Steve Kloves, qui éprouve le besoin de faire une pause après sept ans de travail sur la franchise[11],[15]. Michael Goldenberg est alors engagé pour mettre en place la trame de fond plus politique de cet opus et sa thématique principale, qui est l'abus de pouvoir[11]. Lorsque Goldenberg rédige le script, le paysage politique évolue rapidement aux Etats-Unis, où vit le scénariste, et celui-ci s'appuie sur ce contexte et sur son expérience personnelle pour soutenir l'histoire et la rendre plus réaliste[11]. Il cherche par exemple à faire davantage valoir les arguments du ministre de la Magie, qui est dans le déni du retour de Voldemort, et qui a une réaction très humaine en préférant éviter d'affronter une vérité effroyable[11]. Pour Goldenberg, « le but, dans ce film, est de le forcer à accepter la réalité et de l'extirper de son déni »[11].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Helen McCrory devait initialement tenir le rôle de Bellatrix Lestrange, mais en raison de sa grossesse, elle est finalement remplacée par Helena Bonham Carter[16].

Tournage[modifier | modifier le code]

Dans le but de se préparer au mieux pour le tournage du film, Daniel Radcliffe s'est entretenu avec une psychologue pour se renseigner sur le « syndrome du survivant » afin de comprendre la culpabilité que Harry a pu ressentir à la suite de la mort de Cedric Diggory lors du tournoi de la coupe de feu[16].

Pour la scène des combats entre sorciers au ministère de la Magie, David Yates fait appel aux services de deux chorégraphes ; l'un spécialisé dans les combats d'escrime et l'autre en danse[17]. Ils élaborent ensemble une série de gestes précis uniquement applicable au maniement de la baguette par les adultes, afin de marquer une distinction entre le maniement expert des sorciers aguerris et celui, plus hésitant, des jeunes sorciers[17].

Musique[modifier | modifier le code]

Harry Potter and the Order of the Phoenix
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de Nicholas Hooper
Sortie
Durée 52:22
Genre musique de film
Label Warner Bros. / Warner Sunset
Critique

Bandes originales de Harry Potter

Harry Potter and the Order of the Phoenix, composé par Nicholas Hooper, est un album sorti le en France. Après John Williams et Patrick Doyle, c'est finalement Nicholas Hooper qui composera la musique du cinquième film de la saga de Harry Potter. Compositeur peu connu et qui n'a composé la musique que pour quelques films, il composera la bande originale pour le sixième film.

Accueil[modifier | modifier le code]

Promotion[modifier | modifier le code]

Pour la promotion du film, un train Poudlard Express sillonne la France du au . Dans les 7 wagons du train, les visiteurs pouvaient y trouver des décors, costumes et accessoires du film[16].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Harry Potter et l'Ordre du Phénix
Score cumulé
SiteNote
Metacritic71/100[19]
Rotten Tomatoes78 %[20]
Allociné3.1 étoiles sur 5[21]
Compilation des critiques
PériodiqueNote

Le film reçoit des critiques relativement positives de la part de la presse et des spectateurs même s'il est généralement jugé comme très inférieur aux précédents films.

Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, le film récolte 78 % d'opinions favorables pour 255 critiques[20]. Sur le site Metacritic, il obtient un « metascore » de 71100 basée sur 37 critiques et une moyenne de 7,1/10 basée sur 711 notes[19].

Sur le site Allociné, la presse lui donne une moyenne de 3,15 pour 18 titres de presse[21] et les spectateurs une moyenne de 3,8/5 pour une moyenne de 40 636 notes dont une moyenne de 2 610 critiques.

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Alt=Image de la Terre Mondial 942 044 510 $[2] 22 semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis 292 004 738 $[2] 22 semaines
Drapeau de la France France 6 224 517 entrées[22] 9 semaines

Lors de son exploitation en 2007, L'Ordre du Phénix est le film de la franchise ayant engrangé le plus de bénéfices après Harry Potter à l'école des sorciers[23].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Différences avec le livre[modifier | modifier le code]

Avec 766 pages pour l’édition britannique, 870 pages pour l’édition américaine et 975 pages pour l’édition française, Harry Potter et l’ordre du Phénix (ou Harry Potter and the Order of the Phoenix dans l’édition d’origine) est le plus long des livres de la saga Harry Potter[24].

Le scénariste Michael Goldenberg a décrit son travail de découpe du livre écrit par JK Rowling comme étant la recherche de la « meilleure façon équivalente de décrire l’histoire. Mon travail était de rester vrai avec l’esprit du livre, plutôt qu’avec les mots ».

D'après Goldenberg, JK Rowling lui aurait dit, ainsi qu’aux producteurs et à David Yates qu’elle voulait juste voir un grand film, leur donnant ainsi la permission de prendre toutes les libertés qu’ils pensaient nécessaires afin de faire de son livre un film qu’elle pourrait aimer[25].

En découpant le livre afin de respecter la chronologie du film, Goldenberg expliqua que son travail devenait de plus en plus clair à mesure du temps, quand il s’est rendu compte que le but principal du script était de narrer le voyage émotionnel de Harry[25]. Goldenberg et Yates ont cherché à pouvoir tout mettre dans le film, mais là où c'était impossible, ils ont cherché à faire des hommages au passage coupé, à le mettre quelque part dans le fond ou à faire sentir que cela se passait hors du champ de la caméra[26].

Une des coupes que Goldenberg a dû faire, et qu’il a « détesté » avoir à faire, était de ne pas mettre de Quidditch, le sport des sorciers, dans le film[26].

Dans les livres, Ron cherche à entrer dans l’équipe Gryffondor de Quidditch. « Ron faisant face aux défis et commençant à s’imposer, comme l’avait fait Harry, nous avons essayé de mettre cela au maximum dans le film, mais d’une autre manière. [...] Si les détails de l’histoire ne sont pas présents, qu’au moins l’esprit de celle-ci soit présent dans le film[25] ». Ce changement a cependant beaucoup déçu l’acteur Rupert Grint qui était « plutôt intéressé par l’aspect Quidditch [du film] »[27]

Dans une scène significative du livre, Harry voit un souvenir de son propre père humiliant Severus Rogue durant leurs études, et Rogue insultant sa mère après qu’elle l’a défendu. Dans le film, cela est abrégé en une « idée », d’après les dires de Goldenberg. « C’est un moment iconique quand vous réalisez que vos parents sont des êtres humains normaux et possédant des défauts… Des éléments furent retirés, mais j’ai conservé l’essentiel de cela ici - et c’est ce qui m’a donné ce récit initiatique. »[25] La jeune Lily Potter n’est pas apparue du tout, mais des photos promotionnelles du film montrent Susie Shinner dans le rôle.

La scène à Ste Mangouste, l’hôpital où Harry et ses amis croisent leur camarade de classe Neville Londubat et apprennent que ses parents furent torturés jusqu’à la folie par Bellatrix Lestrange, fut coupée car elle nécessitait la construction d’un nouveau plateau[25]. L'histoire est évoquée dans la Salle sur Demande, après une des leçons de l’Armée de Dumbledore. De même, pour accélérer le dénouement du film, plusieurs événements ayant lieu dans le Ministère et menant à la bataille de Harry contre Voldemort furent supprimées, notamment celui de la salle aux cerveaux[24]. Il en fut de même pour la confrontation entre Molly Weasley et un Épouvantard au Square Grimmaurd, Ron, Hermione et Malfoy devenant préfets, l’apparition de Mondingus Fletcher (membre de l’Ordre du Phénix) et Firenze enseignant la Divination[27].

Le personnage de l’elfe de maison, Kreattur, fut intégré au script seulement à la demande de JK Rowling, mais a un rôle plus important dans le livre que dans le film. Dans le roman, il est vu en train de sauver quelques-uns des artefacts de la famille Black que l’Ordre du Phénix avait jetés, dont un médaillon qui devient très important dans le septième tome. « C’était assez délicat de montrer cela dans notre histoire, car cela n’est utile que longtemps après », dit Yates. « Nous avons pensé que nous pouvions probablement l’introduire plus tard, et c’est l’approche que nous avons choisi »[28]. Tandis que Kreattur est resté, toutes les scènes impliquant Dobby furent coupées, et ses actions importantes furent attribuées à d’autres personnages[24].

Rita Skeeter, la journaliste interprétée par Miranda Richardson dans la Coupe de Feu, fut également retirée. Dans le livre, Hermione lui avait fait du chantage afin qu’elle écrive un article supportant Harry, étant donné que le reste du monde des sorciers niait ses assertions[24]. Richardson note que le film ne pourra jamais être un calque exact du livre.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Suite[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Harry Potter et l'Ordre du Phénix », sur Allociné (consulté le ).
  2. a b et c (en) Box-office de Harry Potter and the Order of the Phoenix sur boxofficemojo.com
  3. (en) Harry Potter et l'Ordre du Phénix sur l’Internet Movie Database
  4. « Cinecheck | Cinecheck », sur www.cinecheck.be (consulté le )
  5. « Visa d'exploitation 118268 pour Harry Potter et l'Ordre du Phénix », sur CNC (consulté le ).
  6. « Harry Potter 5 : Quel âge a Harry ? Votre enfant a t’il l’âge pour regarder ? », sur https://ayther.fr
  7. (en) Steve Daly, « Harry the 5th », Entertainment Weekly, (consulté le )
  8. (en) Amy Raphael, « How I raised Potter's bar », The Observer, London, (consulté le )
  9. a et b McCabe, 2013, p. 149.
  10. McCabe, 2013, p. 150.
  11. a b c d e et f McCabe, 2013, p. 151.
  12. McCabe, 2013, p. 151-152.
  13. McCabe, 2013, p. 152.
  14. McCabe, 2013, p. 171.
  15. (en) Daniel Fienberg, « Screenwriter will sit out one Potter » [archive du ], Milwaukee Journal Sentinel, (consulté le )
  16. a b et c Secrets de tournage - Allociné.fr
  17. a et b McCabe, 2013, p. 165.
  18. (en) « Nicholas Hooper Harry Potter and the Order of the Phoenix (Original Motion Picture Soundtrack) », sur AllMusic.com (consulté le ).
  19. a et b (en) « Harry Potter et l'Ordre du Phénix Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  20. a et b (en) « Harry Potter et l'Ordre du Phénix (2007) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le )
  21. a et b « Harry Potter et l'Ordre du Phénix - critiques presse », sur Allociné (consulté le )
  22. Box-office de Harry Potter et l'Ordre du Phénix sur allocine.fr
  23. McCabe, 2013, p. 167.
  24. a b c et d (en-US) « What Phoenix leaves out », EW.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. a b c d et e Rebecca Traister, « Harry Potter and the art of screenwriting », sur Salon (consulté le ).
  26. a et b « Introducing Michael Goldenberg: The OotP scribe on the Harry Potter films, franchise, and fandom », sur The-Leaky-Cauldron.org, (consulté le ).
  27. a et b (en-US) « Sneak peek: Harry Potter and the Order of the Phoenix », EW.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. (en) « Kreacher Comfort: MTV Solves A 'Harry Potter' Mystery », MTV News,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [McCabe, 2013] Bob McCabe, Harry Potter, Des romans à l'écran, Toute l'histoire de la saga au cinéma, Huginn & Muninn, (ISBN 2364800676) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]