Ginny Weasley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ginny Weasley
Personnage de fiction apparaissant dans
Harry Potter.

Naissance
Sexe Féminin
Activité Étudiante à Poudlard (romans)
(théâtre) responsable éditoriale de la rubrique Quidditch à la Gazette du Sorcier
Adresse Le Terrier
Famille Parents ː
Molly Weasley
Arthur Weasley

Frères et sœur ː
Bill Weasley
Charlie Weasley
Percy Weasley
Fred Weasley
George Weasley
Ronald Weasley

Enfants (épilogue et théâtre) ː
Albus Severus Potter
James Sirius Potter
Lily Luna Potter
Affiliation Armée de Dumbledore
Entourage Copains : Michael Corner, Dean Thomas, Harry Potter
Époux (épilogue et théâtre) ː
Harry Potter
Ennemi de Lord Voldemort
Famille Malefoy

Créé par J. K. Rowling
Interprété par Bonnie Wright (cinéma)
Poppy Miller (théâtre)
Première apparition Harry Potter à l'école des sorciers
Dernière apparition Harry Potter et l'Enfant maudit (théâtre)

Ginevra Molly Weasley, dite Ginny, est un personnage de la saga Harry Potter, écrite par J. K. Rowling. Ginny est la plus jeune enfant d'Arthur et Molly Weasley, et est la seule fille de la fratrie. Elle est née le 11 août 1981.

Ginny est amoureuse d'Harry depuis leur rencontre à la voie 9 ¾.

Ginny est un des membres importants de l'Armée de Dumbledore, avec Luna Lovegood et Neville Londubat ; outre bien-sûr Ron et Hermione, ce seront les seuls à accompagner Harry dans son expédition au ministère de la Magie pour affronter Voldemort.

Au cinéma, son personnage est tenu par l'actrice britannique Bonnie Wright et au théâtre par Poppy Miller[1].

Description[modifier | modifier le code]

Apparence[modifier | modifier le code]

Comme tous les Weasley, elle a les cheveux roux, mais les yeux marron de sa mère. Elle est de petite taille.

Personnalité et compétences[modifier | modifier le code]

« Ginny. C'est vraiment bizarre qu'elle soit si timide, d'habitude, on n'arrive pas à la faire taire[a 1]. »

— Ron Weasley (Harry Potter et la Chambre des secrets).

Au début de l'histoire, Ginny se montre très intimidée par Harry. Elle rougit facilement et devient maladroite en sa présence où dès qu'il lui adresse la parole[a 2]. Elle prend de l'assurance et de l'indépendance au fil des romans et se rapproche de Harry et d'Hermione. Elle montre également un fort caractère et à tendance à vouloir s'imposer face à l'autorité[e 1], notamment à partir du tome 5, dans lequel elle montre également des qualités en magie et se révèle être une joueuse douée au Quidditch. Dans le dernier roman, Ginny tient tête à Severus Rogue en l'absence de Harry[g 1], en perpétuant l'armée de Dumbledore en dépit du règlement réinterdisant les associations d'élèves. Elle est rejointe par Neville Londubat et Luna Lovegood.

Biographie[modifier | modifier le code]

Série originelle[modifier | modifier le code]

Dans Harry Potter à l'école des sorciers, avec sa mère, Ginny accompagne ses frères (Ron, George, Fred et Percy) à la gare de King's Cross pour prendre le train pour Poudlard qui part de la voie 9 ¾ ; elle-même étant encore trop jeune pour aller à l'école des sorciers. C'est à cette occasion qu'elle rencontre Harry Potter pour la première fois, elle tombe amoureuse de lui dès ce jour et veut monter le voir dans le train dès qu'elle comprend qu'il s'agit du célèbre Harry Potter.

Dans Harry Potter et la Chambre des secrets, Ginny commence ses études à Poudlard. Elle est envoyée à Gryffondor, comme toute sa famille avant elle. Elle retrouve Harry qui passe ses vacances chez les Weasley, ce dernier étant devenu le meilleur ami de Ron. Elle est troublée en présence de Harry, celle-ci devient une fillette rougissante et maladroite en sa présence.

Peu de temps après son arrivée à Poudlard, de grands fléaux se répandent sur l’école : des élèves et des animaux sont pétrifiés. Ginny est très affectée par ces événements, et ses frères Fred et George qui la taquinent ne font rien pour arranger la situation. En réalité, c’est Ginny elle-même qui a commis ou permis toutes ces exactions, sur l'injonction de Tom Jedusor qui la possédait via un journal intime auquel elle se confiait. Ainsi, elle a étranglé les coqs de Hagrid, car leur chant est mortel pour le basilic, le monstre à l'origine des agressions ; elle a écrit des messages avec du sang sur des murs, et elle a ouvert la Chambre des secrets qui renferme le basilic. Les secrets révélés par Ginny dans le journal intime donnaient de plus en plus de force à Tom Jedusor, si bien que celui-ci a pu « déverser un peu de son âme dans la sienne »[b 1]. Elle finit par s'en rendre compte et se débarrasse du journal en le jetant dans les toilettes de Mimi Geignarde. Mais en s'apercevant que Harry le récupère par hasard, elle a peur qu'il découvre tout et lui reprend le journal. Les agressions reprennent alors aussitôt ; Ginny, de plus en plus troublée, tente de se trouver seule avec Harry et Ron pour leur avouer ce qu'elle a fait, mais elle est interrompue par Percy. Ouvrant une dernière fois la Chambre des secrets sous l'emprise de Tom Jedusor, elle s'y évanouit et risque de mourir du fait que Tom Jedusor la prive de plus en plus de son âme pour reprendre lui-même forme physique. Harry la sauve finalement en venant dans la chambre des secrets et en y anéantissant le basilic puis Tom Jedusor[b 2]. Ginny est horrifiée, elle croit qu'elle va se faire renvoyer de l'école. Mais heureusement, le directeur Albus Dumbledore se montre très compréhensif en disant que « des sorciers beaucoup plus âgés et plus avisés qu'elle se sont laissés envoûter par Lord Voldemort », et Ginny, bien que toujours et à jamais très choquée par cette expérience, peut reprendre sa scolarité sans encombres[b 3].

Dans Harry Potter et la Coupe de feu, Ginny est toujours aussi éprise d'Harry, bien que ses instants de gêne et de maladresses soient de moins en moins réguliers. À Noël, un bal est organisé et Ginny accepte d’y aller avec Neville Londubat. Elle est très déçue quand elle apprend qu'Harry, resté libre, aurait très bien pu aller au bal avec elle mais surtout quand elle apprend que celui-ci en aime une autre, Cho Chang. Lors du bal, Neville lui marche violemment sur les pieds quand il danse avec elle, mais c'est lors de ce bal qu'elle rencontre Michael Corner, un élève de Serdaigle[e 2]. Ginny, sur un conseil d'Hermione[f 1] pour dévoiler sa personnalité à Harry, apprend à faire sa connaissance et décide de sortir avec lui à la fin de l’année pour vivre sa vie sans rougir et arrêter de disparaitre instantanément lorsqu'apparait Harry.

Dans Harry Potter et l'Ordre du phénix, la personnalité de Ginny apparaît. Celle-ci semble avoir abandonné son amour pour Harry et se propose de l'aider et devenir son amie. Elle assiste aux réunions de l'Armée de Dumbledore, dont elle a trouvé le nom ; Cho avait proposé A.D. pour Association de Défense, mais Ginny, inspirée par cette demande, trouva aux lettres AD une autre signification. Ginny devient attrapeuse dès le deuxième match de l'équipe de Quidditch de Gryffondor, lorsqu'Harry lui-même a été expulsé de l'équipe par le professeur Ombrage. Elle réussit à attraper le Vif d'or juste sous le nez de Cho Chang[e 3]. Elle insiste pour accompagner Harry, Ron et Hermione au ministère de la Magie pour aller secourir Sirius. Elle se bat courageusement contre les Mangemorts venus chercher la Prophétie, révélant ses performances étonnantes en magie. Finalement elle s'en sort et retourne à Poudlard où elle fait gagner des points à Gryffondor grâce à tous ces exploits. À la fin du roman, elle rompt avec Michael Corner et sort avec Dean Thomas.

Dans Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, Harry commence à éprouver des sentiments forts envers Ginny, qui se dévoilent à lui de plus en plus au fil du récit jusqu'à ce qu'il ne puisse plus les ignorer, particulièrement après avoir surpris Ginny dans les bras de Dean Thomas[f 2]. Le jour où Harry se décide à boire du Felix Felicis pour convaincre Horace Slughorn de lui remettre son souvenir, Ginny et Dean se séparent. Il est bien sûr satisfait mais n'ose agir, livré à une terrible bataille intérieure, hésitant entre se brouiller avec Ron, ou renoncer à Ginny. Il ne lui dévoile sa flamme que dans l'euphorie d'un après-match de Quidditch pendant lequel Harry était en retenue avec Severus Rogue. Sans réfléchir, Harry l'embrasse devant tout le monde, toute la salle les observe alors, notamment une Hermione triomphante et un Ron stupéfait. À partir de ce moment, Ginny est souvent présente auprès de Harry, Ron et Hermione et "intègre" d'une certaine façon la bande. Harry et Ginny sortent ensemble jusqu'à la fin de l'année. Quand Harry lui annonce qu'ils doivent se séparer car il ne veut pas que leur relation fasse d'elle une cible de choix pour les partisans de Lord Voldemort, Ginny se montre compréhensive[f 3].

Dans Harry Potter et les Reliques de la Mort, pendant leur quête des Horcruxes, Harry et Hermione apprennent qu'elle a mené l'AD à Poudlard avec Neville et Luna, et tenté de s'emparer de l'épée de Gryffondor, ce pourquoi elle a été punie dans la Forêt Interdite. À Pâques, elle s'est réfugiée avec toute sa famille - sauf Ron et Bill - chez sa grand-tante Muriel car après l'enlèvement de Luna et les tortures, Poudlard n'est plus sûr. Enfin, lors de la bataille finale, malgré l'interdiction de sa mère de prendre part aux combats, elle affronte Bellatrix Lestrange en compagnie d'Hermione et Luna, et manque de peu d'être frappée par le sortilège de mort. Sa relation avec Harry reprend implicitement entre la fin du récit et l'épilogue.

Dix-neuf ans plus tard, Ginny et Harry ont trois enfants : James Sirius (12 ans), Albus Severus (11 ans), et Lily Luna (9 ans). Ils se rendent sur la voie 9 ¾ où ils retrouvent les enfants de Ron et Hermione qui vont eux aussi à Poudlard[g 2].

Informations de la pièce de théâtre[modifier | modifier le code]

Dans Harry Potter et l'Enfant maudit, Ginny est responsable éditoriale de la rubrique Quidditch et sport à la Gazette du Sorcier[2]. Elle est mariée à Harry Potter.

Informations des films Harry Potter[modifier | modifier le code]

Bonnie Wright interprète Ginny Weasley

Léa François double Bonnie Wright en français dans les trois premiers films, Camille Donda dans les deux suivants et Margaux Laplace dans les deux derniers. Adèle Trottier-Rivard est sa voix québécoise.

Informations supplémentaires de l'auteure[modifier | modifier le code]

J. K. Rowling affirme dans un chat avec des fans que « après quelques années comme joueuse célèbre dans l’équipe des Harpies de Holyhead, Ginny a pris sa retraite pour élever ses enfants et pour devenir responsable éditoriale de la rubrique Quidditch à la Gazette du Sorcier ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

J. K. Rowling, Harry Potter à l'école des sorciers, Paris, Gallimard, (ISBN 978-2-07-051842-5)

  1. chap.3 (p. 46 de l'édition poche)
  2. chap.4 (p. 50 de l'édition poche)

J. K. Rowling, Harry Potter et la Chambre des Secrets, Paris, Gallimard, (ISBN 978-2-07-052455-6)

  1. Chapitre 17 : L'héritier de Serpentard
  2. Chapitre 17 : L'héritier de Serpentard
  3. Chapitre 18 : La récompense de Dobby

J. K. Rowling, Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, Paris, Gallimard, (ISBN 978-2-07-052818-9)

J. K. Rowling, Harry Potter et la Coupe de Feu, Paris, Gallimard, (ISBN 978-2-07-054351-9)

J. K. Rowling, Harry Potter et l'Ordre du Phénix, Paris, Gallimard, (ISBN 978-2-07-055685-4)

  1. chap.5 (p. 108 de l'édition brochée)
  2. Chapitre 16 : A La Tête de Sanglier
  3. Chapitre 31 : B.U.S.E.

J. K. Rowling, Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé, Paris, Gallimard, (ISBN 978-2-07-057267-0)

  1. Chapitre 30 : La tombe blanche
  2. Chapitre 14 : Felix Felicis
  3. Chapitre 30 : La tombe blanche

J. K. Rowling, Harry Potter et les Reliques de la Mort, Paris, Gallimard, (ISBN 978-2-07-061537-7)

  1. chap.16 (p. 340 de l'édition brochée)
  2. Épilogue

Jack Thorne, Harry Potter et l'Enfant maudit, Paris, Gallimard, , 341 p. (ISBN 978-2-07-057420-9)

Autres références[modifier | modifier le code]

(en) « Rowling Answers 10 Questions About Harry », sur http://time.com/,‎ (consulté le 19 janvier 2017)

Lien externe[modifier | modifier le code]