Gare de Saint-Gall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bahnhof St. Gallen
Image illustrative de l’article Gare de Saint-Gall
Vue d'ensemble de la gare
Localisation
Pays Suisse
Commune Saint-Gall
Coordonnées géographiques 47° 25′ 23″ nord, 9° 22′ 09″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire CFF
Exploitant CFF
Caractéristiques
Quais 7
Historique
Mise en service 1856
Architecte Alexander von Senger
Protection Bien culturel suisse d'importance nationale
Géolocalisation sur la carte : Suisse
(Voir situation sur carte : Suisse)
Bahnhof St. Gallen
Géolocalisation sur la carte : canton de Saint-Gall
(Voir situation sur carte : canton de Saint-Gall)
Bahnhof St. Gallen

La gare de Saint-Gall est une gare ferroviaire suisse, c'est la plus importante de la ville de Saint-Gall, chef-lieu du canton homonyme.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La première gare centrale de Saint-Gall date des années 1853-1856 et, selon l'étude de planification menée par la société Vereinigte Schweizerbahnen alors propriétaire, devait suffire à absorber les besoin de la ville pour une longue période. Cependant, la gare devait se révéler nettement insuffisante dès les années 1880. Après près de 25 ans de conflit, les Chemins de fer fédéraux suisses nouvellement créés conclurent un accord avec la ville pour totalement refondre la gare, de même que le quartier environnant, avec en particulier la création du nouveau quartier d'affaires situé entre la gare et le Multertor[1]. Ce nouveau quartier avait été rendu indispensable à la suite du boom de l'industrie textile dans la région.

Un concours est finalement lancé par les CFF en collaboration avec le département fédéral de l'intérieur et remporté par le bureau d'Alexander von Senger qui réalise le nouveau bâtiment de style néo-baroque inauguré en 1913[2]. Celui-ci accueille également le bureau principal de la poste ; il sera rénové en 1999. En 1915, c'est le hangar attenant de 42 mètres par 190 qui est inauguré en présence du professeur Karl Moser. Ce bâtiment est le plus grand de son type encore existant en Suisse ; transformé en centre culturel accueillant différentes expositions depuis 2008, il est racheté (avec le château d'eau attenant) par le canton à la suite d'un référendum accepté en 2008 pour être transformé.

En 1976, la nouvelle mairie de la ville de St-Gall s'installe à l'extrémité est de la gare, à l'endroit où se dressait le bâtiment originel de 1856.

Depuis le , la gare de Saint-Gall est la neuvième « Rail City » du pays. Ce statut permet d'étendre les horaires d'ouverture des commerces qui s'y trouvent, toute en assurant des normes de qualité plus élevées en particulier sur le plan de la sécurité et de la propreté. À la même époque, l'ensemble du bâtiment est inscrit comme bien culturel suisse d'importance nationale[3].

En 2012, une votation populaire accepte le projet Bahnhof Nord qui prévoit la création d'un nouveau bâtiment dédié à la FHS St.Gallen, d'une station de métro, d'un parking pour vélo. Cette même année, la place de la gare a été interdite au trafic automobile.

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Inventaire suisse d'architecture, vol. 8 : St. Gallen, Sarnen, Schwyz, Schaffhausen, Orell Füssli, (ISBN 3-280-02410-2), p. 107-109
  2. (de) « Wettbewerb zur Gestaltung der Hochbauten am neuen Bahnhofsplatz in St. Gallen », Schweizerische Bauzeitung, vol. 51, no 23,‎ , p. 291 (lire en ligne)
  3. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Saint-Gall

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Ernst Ehrenzeller, Geschichte der Stadt St. Gallen (ISBN 3-7291-1047-0)
  • (de) Daniel Studer, Kunst und Kulturführer - Kanton St. Gallen, Jan Thorbecke Verlag
  • Inventaire suisse d'architecture, vol. 8 : St. Gallen, Sarnen, Schwyz, Schaffhausen, Orell Füssli, (ISBN 3-280-02410-2), p. 107-109
  • (de) Werner Stutz, Bahnhöfe der Schweiz von den Anfängen bis zum Ersten Weltkrieg, Orell Füssli, (ISBN 3-280-01405-0), p. 129-131 et 241-247

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]