Haute École de travail social et de la santé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Haute École de travail social et de la santé
EESP logo.svg
Histoire et statut
Fondation
1964
Type
Nom officiel
Association de l'École d'études sociales et pédagogiques
Régime linguistique
Français
Localisation
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de Lausanne
voir sur la carte de Lausanne
Red pog.svg
Localisation sur la carte du canton de Vaud
voir sur la carte du canton de Vaud
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Suisse
voir sur la carte de Suisse
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
>700
Divers
Membre de
Site web

La Haute École de travail social et de la santé (EESP) est un établissement d'enseignement supérieur qui appartient au réseau de la Haute École spécialisée de Suisse occidentale. Située à Lausanne, l'école propose une formation en travail social ainsi qu'une filière en ergothérapie. Le bachelor en travail social est proposé avec les orientations en « animation socioculturelle », en « éducation sociale » et en « service social ». L'école accueille près de 700 étudiants en formation bachelor[1].

Formation Bachelor[modifier | modifier le code]

L'EESP propose une formation en travail social et ergothérapie de 3 ans (équivalent à 180 ECTS).

Formation Master[modifier | modifier le code]

L'EESP coorganise la formation de Master en travail social de la HES-SO (équivalent à 90 ECTS).

Formation continue[modifier | modifier le code]

L'unité de formation continue de l'EESP propose différentes formations postgrades dans les champs du travail social et de la santé. Cette unité est intégrée au réseau romand de formation continue des domaines santé et travail social de la HES-SO.

Laress[modifier | modifier le code]

Le Laboratoire de recherche santé-social regroupe et coordonne les activités de recherche des professeur-e-s et chargé-e-s de recherche de l'EESP.

En 2014, il accueille 4 unités de recherche:

  • La Société d'études thanatologiques de Suisse Romande (SET)

Créée en 1982 par Bernard Crettaz, la Société d’études thanatologiques de Suisse romande (SET) vise à développer la mise en réseau de personnes concernées par la réflexion sur la mort et le deuil. Interdisciplinaire et non confessionnelle, cette société développe de nouvelles connaissances liées au domaine de la thanatologie et constitue une plateforme entre les différentes institutions ou associations actives dans ce domaine Société d'études thanatologiques de Suisse Romande. Des colloques et des conférences publiques ainsi que des projets culturels (visites culturelles, projections de films) sont organisés par la SET. En 2013, le président de la Société d’études thanatologiques de Suisse romande est Marc-Antoine Berthod, professeur à la Haute école de travail social et de la santé EESP Lausanne (HES-SO, Suisse).

  • Le Centre d'études des capabilités dans les services sociaux et sanitaires (CESCAP)

Créé en 2011, le Centre d’étude des capabilités dans les services sociaux et sanitaires CESCAP est un institut de recherche fondamentale et appliquée[2] dont le professeur Jean-Michel Bonvin est un des animateurs principaux. Les travaux du CESCAP visent à analyser dans quelle mesure le développement des capabilités, une perspective développée par l’économiste et prix Nobel Amartya Sen, est un objectif pris en compte au niveau des politiques sociales et sanitaires ainsi qu’au niveau entrepreneurial[3]. « Appliquée aux politiques sociales, cette approche requiert que les dispositifs d’action publique permettent aux personnes de définir un projet personnel, sans que l’objectif et les modalités de l’insertion sociale ou professionnelle ne soient imposés par le haut »[4].

  • L'Observatoire des troubles du spectre de l'autisme

L’Observatoire des troubles du spectre de l’autisme est dirigé par la Professeure Évelyne Thommen, spécialiste de ce domaine[5]. Il a été créé en 2013 en collaboration avec le Centre suisse de pédagogie spécialisée (CSPS). Cet observatoire vise, sur mandat de la Conférence intercantonale de l’instruction publique (CIIP), à inventorier et à analyser les différentes pratiques et mesures de soutien mises en place dans l’enseignement spécialisé pour les enfants atteints de troubles du spectre de l’autisme en Suisse romande et au Tessin.

  • Le Groupe romand pour l'histoire de l'éducation et de l'action sociale et sanitaire (GRHEAS)

Le Groupe romand pour l'histoire de l'éducation et de l'action sociale et sanitaire (GRHEAS) a été fondé en 1992. C’est une plate-forme d’échange réunissant les personnes qui travaillent sur l’histoire de l’action éducative, sociale et sanitaire en Suisse romande. Plusieurs publications sont issues de leurs travaux, notamment sur l’histoire de l’éducation spécialisée[6],[7]. La coordinatrice du GRHEAS est la professeure Mariama Kaba, spécialiste de l'histoire sociale. En 2013, le GRHEAS compte environ 70 membres, principalement issus des Hautes Écoles de Suisse.

L'EESP participe aux travaux du Laboratoire interuniversitaire en études genre (LIEGE). Créé en l’an 2000 à l’initiative de chercheuses féministes, le Laboratoire interuniversitaire en Études Genre (LIEGE) est une plateforme qui vise la reconnaissance des Études Genre[8] dans le cadre des Hautes Écoles en Suisse. Le LIEGE HES-SO vise à créer un « réseau d’encouragement des Études Genre » au sein de la HES-SO. En collaboration avec différentes institutions, il organise des conférences et des ateliers de discussions (Work in progress) sur des recherches en cours. Fonctionnant par tournus entre les différents sites de laHES-SO, il a été accueilli de 2012 à 2014 par la Haute école de travail social et de la santé EESP [1] et mis sous la responsabilité de la Prof. Hélène Martin. Des articles et des recherches issus du LIEGE sont publiés au sein de la revue francophone internationale Nouvelles Questions Féministes[9].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Relations internationales[modifier | modifier le code]

L'EESP est le principal organisateur de l'Université d'été du travail social qui se tient chaque année. L'édition 2013 se déroule à Vancouver en collaboration avec l'University of British Colombia.

Historique[modifier | modifier le code]

Née en 1964, l'EESP existe d'abord sous le nom d'association de l'école d'études sociales et pédagogiques à la suite de la fusion de l'école pour assistantes sociales et éducatrices maternelles (Fondation Curchod) avec celle d'éducateurs spécialisés créée par Claude Pahud en 1953[1]. L'association EESP devient une fondation en 1986 et est subventionnée jusqu’en 2002 par la Confédération, les cantons romands et le Tessin. En 2002, le canton de Vaud signe une convention avec l’école dans le cadre du nouveau réseau de la HES-SO. Les premières volées HES peuvent ainsi débuter à l'automne[10].

Documentation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « L'EESP en bref », sur eesp.ch (consulté le 18 février 2012)
  2. Jean-Michel Bonvin, Pierre Gobet, Stéphane Rossini et Frédéric Widmer, « Les "capabilités" au cœur de l'action publique », Revue Reiso : information sociale indépendante, mise en ligne le 23 avril 2012. [lire en ligne] Document utilisé pour la rédaction de l’article
  3. [lire en ligne]
  4. Voir Jean-Michel Bonvin, Pierre Gobet, Stéphane Rossini et Frédéric Widmer, « Les "capabilités" au cœur de l'action publique », Revue Reiso : information sociale indépendante, mise en ligne le 23 avril 2012. [lire en ligne]
  5. Évelyne Thommen, Les émotions chez l'enfant, le développement typique et atypique, Paris: Edition Belin, 2010.
  6. Geneviève Heller, Claude Pahud, Pierre Brossy et Pierre Avvanzino,La passion d'éduquer. Genèse de l'éducation spécialisée en Suisse romande, 1954-1964. Lausanne : Les Cahiers de l'EESP, 2004.
  7. Martine Ruchat,L’oiseau et le cachot. Naissance de l'éducation correctionnelle en Suisse romande, 1800-1913. Carouge : Zoé, 1993.
  8. Martine Chaponnière et Silvia Ricci Lempen, 1984.
  9. Revue francophone internationale Nouvelles Questions Féministes http://www.unil.ch/liege/page90469.html
  10. « Haute école de travail social et de la santé », sur vd.ch (consulté le 18 février 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]