Vallée de la Jeunesse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vallée de la Jeunesse
Géographie
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Canton de Vaud
Commune Lausanne
Quartier Montoie/Bourdonnette
Superficie km2
Histoire
Ouverture 1964
Caractéristiques
Type Jardin à l'anglaise
Lieux d'intérêts Roseraie de 8 000 rosiers
80 conifères nains et rampants
Espace des inventions
La halte jeux
Gestion
Propriétaire État de Vaud
Lien Internet La Vallée de la Jeunesse
Accès et transport
Gare Gare de Renens
Métro m1
Localisation
Coordonnées 46° 31′ 16″ nord, 6° 36′ 17″ est

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Vallée de la Jeunesse

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Vallée de la Jeunesse

Géolocalisation sur la carte : Lausanne

(Voir situation sur carte : Lausanne)
Vallée de la Jeunesse

La vallée de la Jeunesse est une vallée située à Lausanne, en Suisse. Son territoire est en pente douce. Elle abrite notamment l'Espace des inventions.

Histoire culturelle[modifier | modifier le code]

Lorsque le Flon coulait dans la vallée, le site était très encaissé. Après l'enfouissement du Flon, la donne changea complètement. La vallée servit alors de décharge. Le comblement à bon marché est devenu indispensable par l'Expo 64[réf. nécessaire]. Le sommet de la vallée était l'entrée nord de la manifestation. Au sud, se situait le « jardin Nestlé ». La roseraie a été greffée quelques années plus tard et son inauguration s'était faite en 1973. La roseraie est devenue ainsi le symbole de la jeunesse.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La vallée de la Jeunesse tire son nom de l'Expo 64 dont elle est un des souvenirs. La plaine de Vidy tire également son nom de l'Expo 64.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Plusieurs places de jeux, chemins, une pièce d'eau, une roseraie et diverses autres activités y sont présents. Les plantes y sont présentées en gradins. Un chemin mène à un bâtiment abritant l'Espace des Inventions, une halte de jeux et une ancienne garderie fondée par Nestlé. C'est un souvenir de l'Expo 64. Le chemin prolonge son parcours jusqu'à la plaine de Vidy, sur les rives du lac Léman. La plaine de Vidy est également un autre vestige de l'Expo 64.

Nature[modifier | modifier le code]

La roseraie de la vallée contient environ 8000 rosiers. Deux autres collections y sont présentes ; la première représente environ 80 conifères en mains et la deuxième s'y captive pour les plantes vivaces. Les insectes butineurs, les oiseaux et toutes sortes de mammifères y trouvent d'agréables foyers dans les cordons boisés de la vallée. La Vallée de la Jeunesse fait la jonction entre le cimetière de Montoie et celui du Bois-de-Vaux[1].

Ateliers et activités[modifier | modifier le code]

Plusieurs ateliers et activités y sont présents[2].

Espace des inventions[modifier | modifier le code]

L'Espace des inventions est un musée scientifique pour les enfants et les familles. Des expositions, ateliers pour tout âge et diverses autres animations publiques y sont présents[3].

Jardin de la circulation[modifier | modifier le code]

Le jardin de circulation est une activité éduquant les jeunes à la circulation routière. En principe, cela se fait à bicyclette ou vélomoteur. L'activité y est enseignée par la police de Lausanne, et est ouvert de mars à fin août[4].

Le jardin de la circulation existe depuis 1964, mais c'est en mai 1968 qu'il a été inauguré. C'est les sergents Rogivue et Cuagny, chef de la brigade scolaire qui en conçu et élaboré techniquement les principaux éléments. Au départ, il y avait des bicyclettes et des voitures à pédales, qui ont fait place à des vélomoteurs (amené à disparaître eux aussi), qui côtoient les vélos. Avec le temps, le jardin s’est adapté à l’évolution des règles de la circulation. Un giratoire est apparu. Le 6 juin 2018, a été fêté les 50 ans du jardin de la circulation. De 1968 à 2018, se sont 200 000 petits Lausannois qui ont appris à rouler à la Vallée de la Jeunesse. Quatre représentants de la prévention routière, Frédéric Schmahl, Jean-Jacques Rolle, Daniel Ducry et Jacky Vauthey, qui à tour de rôle y ont œuvré, étaient également de la partie[5],[6],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]