Indiens des Plaines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article n’est pas rédigé dans un style encyclopédique (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez améliorer sa rédaction !

The Silenced War Whoop (1908), peinture de Charles Schreyvogel (en), mettant en scène une bataille entre des Indiens des Plaines et des soldats américains.

Les Indiens des Plaines sont les peuples indigènes qui occupaient les Grandes Plaines d'Amérique du Nord. Composés de diverses tribus, ils avaient en commun un mode de vie basé sur la chasse au bison jusqu'au début des années 1880[1]. Ils ont lutté contre l'invasion des Blancs au XIXe siècle et demeurent le stéréotype du « Peau-Rouge » véhiculé principalement par les westerns.

Peuples des Grandes Plaines[modifier | modifier le code]

Géographie des Grandes Plaines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grandes Plaines.
Territoire des Indiens des Plaines lors des premiers contacts avec les Blancs.

Les Grandes Plaines sont un immense territoire qui va des plaines canadiennes au golfe du Mexique, entre le Mississippi et les montagnes Rocheuses. D'un relief plutôt plat et peu élevé, elles constituent depuis la préhistoire le terrain de parcours de grands herbivores. La région est plus arrosée à l'est qu'à l'ouest. Elle connaît des coulées d'air froid venu du pôle en hiver et des orages violents en été. Elle n'offre que peu de ressources forestières.

Histoire[modifier | modifier le code]

Peuplement préhistorique[modifier | modifier le code]

Premiers contacts avec les Blancs[modifier | modifier le code]

L'introduction du cheval transforme radicalement les cultures des Grandes Plaines : les premiers chevaux sont volés aux Espagnols dans le sud dès le XVIe siècle. Certains retournent à l'état sauvage : il s'agit des mustangs. L'adoption du cheval et des armes à feu permettent aux Indiens des Plaines d'accroître leurs prises et de connaître un essor important.

Les Blancs apportent avec eux des maladies contre lesquelles les Indiens ne sont pas immunisés : ainsi, la variole divise la population des Plaines par deux en un siècle[2].

Les guerres indiennes[modifier | modifier le code]

  • Attaques contre le chemin de fer :
  • Massacre des bisons : à la fin du XIXe siècle, il ne reste plus que 600 bisons[3] dans les Plaines.

Culture et mode de vie traditionnels[modifier | modifier le code]

Organisation sociale[modifier | modifier le code]

Campement cri.
  • Tribus : les membres de la tribu partagent un même sang, un même territoire, une même langue et des coutumes similaires. Les tribus se réunissent en conseils (chez les Cheyennes, le conseil des 40 chefs). Le chef de la tribu est responsable du bien commun. Son pouvoir n'est pas absolu et se transmet de façon héréditaire. Mais le successeur doit être accepté par les notables de la tribu. Les Amérindiens de l'époque précolombienne n'ont pas de lois écrites. Les délibérations et les décisions se font autour du feu.
  • Les femmes ont une place importante dans la vie des tribus : elles préparent le bison et s'occupent des enfants. Une mère peut avoir suffisamment d'influence pour dissuader son fils de partir à la guerre.
  • Les chamans sont en relation avec les forces naturelles et les esprits. Ils sont des sortes de sorciers, qui connaissent les poisons et savent guérir les malades. On les consulte pour gagner une bataille et faire une bonne chasse.
  • Les mères transportaient leurs enfants dans un berceau en bois attaché à leur dos. Ils apprenaient à chasser et à pêcher dès l'âge de 5 ans.

Habitat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tipi.
Tipi des Oglalas.

Les Indiens des Plaines ne peuvent pas compter sur les abris naturels pour se protéger ; ils construisent des habitations très variées : les Mandans ont des huttes recouvertes par une sorte de coupole. Mais les Apaches vivent dans des wigwams. Les Sioux désignent leur wigwam par le mot « tepee » (tipi)[4]. Il s'agit d'une tente en peau de bison qui repose sur une armature en bois. Celle-ci est souvent faite de 13 perches (nombre symbolique), qui peuvent être peintes en rouge. La tente est fixée au sol par des piquets ou des pierres. On entre par une porte en peau décorée, sur laquelle figure le totem du propriétaire. Le tipi peut être aussi orné de trophées de chasse et de scalp. L'intérieur est plutôt simple et répond aux exigences de la vie nomade. On dort sur une couchette en peau de bison ou d'ours, étendue sur un sommier de joncs tressés. Le foyer se situe au centre ; il est entouré de pierres et chauffe un récipient posé sur un trépied en bois. Le mobilier se compose de sacs en peau, de coffres à viande et de poteries.

Costumes, parures et peintures[modifier | modifier le code]

Red Cloud, chef sioux.

Les Indiens des Plaines se peignaient le visage et des parties du corps de signes, c'est pourquoi les Blancs les ont appelé Peaux Rouges. La peinture est obtenue à partir des ressources naturelles : le rouge vermillon provient du sulfure de mercure, le rouge brun de l'oxyde de fer, le bleu du carbonate de cuivre et le blanc de la craie.

Le costume dépendait de l'activité : il comprend un pagne tenu par une ceinture et des mocassins. Pour monter à cheval, le guerrier des Plaines enfilait des jambières décorées, parfois avec des mèches de scalp. La veste de guerre était sortie au moment des grandes batailles. Pour les cérémonies, les Indiens se costument avec de véritables déguisements qui imitent les animaux.

Les Indiens aimaient se parer de bijoux tels que des colliers, des anneaux et des bracelets en métal ou en coquillage. Une dent d'ours accrochée autour du cou était un signe de courage. L’Indien reçoit toujours ses hôtes avec une couverture sur les épaules. Le collier wampum peut être comparé au chapelet catholique. Les coiffures étaient également très variées : cheveux longs chez Apaches, crête chez les Creeks, tresses chez les Sioux. Les guerriers portent des couronnes plumes d’aigles (pygargues) pour ceux qui ont réalisé de grands exploits seulement. On utilise aussi des cornes de bison ou de simples bandeaux, comme chez les Apaches. Les femmes portant souvent des tresses.

Chasse au bison[modifier | modifier le code]

Chasse au bison.
Article détaillé : Chasse au bison.

Jusqu'au XIXe siècle, les Indiens des Plaines ne pratiquaient pas l'agriculture[réf. nécessaire], et leur vie était en conséquence étroitement dépendante de la chasse au bison, aussi bien pour leur nourriture que pour leur habillement[5]. Avant l'arrivée des chevaux et des objets européens, ils se déplaçaient à pied et utilisaient des chiens pour tirer leurs travois[6], rabattre les troupeaux de bisons et, dans les périodes de famine, fournir un substitut alimentaire de secours[7]. Lorsque les chevaux furent introduits, ils les utilisèrent pour se déplacer et pour chasser, mais aussi pour tirer leurs travois.

Ils avaient trois principales techniques de chasse. La plus ancienne consistait à utiliser un piskun, c'est-à-dire une falaise qui servait de précipice à bisons où les bisons sont poussés en bas, les bisons survivants étaient tirés dans des enclos construits au bas de la falaise[6] ; celui d'Head-Smashed-In est particulièrement notoire. Une autre technique était de se rapprocher d'un petit troupeau et d'abattre les meilleurs bisons pendant que les autres bisons grouillaient autour[6]. La troisième technique était la poursuite où les hommes montés sur leurs meilleurs chevaux poursuivaient le troupeau de bisons en fuite et tiraient les bêtes de près[6].

Les femmes étaient chargées de préparer l'animal mort : la peau était dépouillée et raclée afin d'enlever le poil ; le cuir était aminci et assoupli, et parfois exposé à la fumée pour le rendre imperméable.

Guerre[modifier | modifier le code]

Guerrier Dakota.

Les armes sont les mêmes que celles qui sont utilisées pour la chasse : arc en bois dur, pointes de flèche en quartz, en silex, en os puis en cuivre et en fer. Les pointes sont munies de barbes. Les flèches sont rangées dans un carquois en peau de bison. La lance est utilisée chez les Comanches : de grande dimension, elle est ornée de plumes et de cheveux de scalp. Le tomahawk est en silex, puis en cuivre et en fer. Son manche creusé peut servir de calumet. Le casse-tête est une sorte de massue. Enfin, le couteau sert à de multiples usages. Le bouclier complète l'armement du guerrier, mais il est peu utilisé.

La guerre se livre d'abord entre Indiens : il s'agit de guerres de pillage et de vengeance. Les guerriers les plus redoutables étaient les Apaches qui volaient et massacraient les villages prospères (des Pueblos …) ; ils se paraient des doigts de leurs victimes et pouvaient les torturer[8]. Le pratique de la scalpation était d'abord motivée par des raisons religieuses : elle avait pour objectif d'empêcher que le mort n'inquiète les vivants. Avant l’arrivée des Blancs, seules les tribus du Nord-Est pratiquaient la scalpation. Puis les collectionneurs européens encouragent le trafic des scalps. Ils deviennent des symboles de vaillance. On ne mourait pas forcément d’un scalp.

Les traités d’alliances étaient discutés autour du feu du grand conseil avec un calumet. Ils ne donnent pas lieu à un document écrit mais l'échange d'une parole d’honneur.

Les cérémonies qui précèdent la guerre organisent des danses de guerriers en armes. Avant l'attaque, les Indiens lançaient leur cri de guerre qui devait effrayer l'ennemi et souder le groupe.

Langues[modifier | modifier le code]

Les Pieds-Noirs parlent une langue algonquienne, les Sarcis une langue athapascane et les Sioux des langues de la famille des langues siouan.

Les Indiens des Plaines ont des dialectes très différents, si bien qu'ils ne peuvent se comprendre sans l'intermédiaire d'interprètes. Les langues des signes des Indiens des Plaines pallient ces difficultés linguistiques et les signaux de fumée permettent de communiquer sur de grandes distances.

Rites et croyances[modifier | modifier le code]

Ghost Dance sioux.
  • Les bains rituels permettent la purification avant la cérémonie)
  • La plupart des tribus croient un Grand Esprit créateur (« capitaine du ciel » chez les Apaches[9]).
  • totémisme, talisman : le totem est un objet qui symbolise l'esprit d'un ancêtre commun végétal ou animal. Les animaux sont respectés car ils participent à l'équilibre du monde.
  • La Danse du Soleil (The Sun Dance) dans les Grandes Plaines pour vénérer le soleil, pendant la période du solstice d'été. Elle était accompagnée de mutilations corporelles volontaires destinées à montrer son courage et à entrer en transe.

Histoire des représentations[modifier | modifier le code]

Les Indiens des Plaines, et plus précisément les Sioux[10], demeurent, dans l'imaginaire collectif, le stéréotype du « Peau-Rouge »[11], véhiculé par les récits d'aventurier, les peintures de Paul Kane et les westerns.

Œuvres sur les Indiens des Plaines[modifier | modifier le code]

Paul Kane, Camping on the prairie, huile sur papier, imprimée en 1846. La scène montre Paul Kane (1810-1871) accompagné de son guide dans les Grande Plaines du Dakota.

Peintures[modifier | modifier le code]

Photographie[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Brasser 2012.
  2. A. Garrait-Bourrier, M. Venuat, Les Indiens aux États-Unis, 2002, p. 110
  3. A. Garrait-Bourrier, M. Venuat, Les Indiens aux États-Unis, 2002, ISBN p.111
  4. « ti » signifie « habiter », « pi » signifie « employé pour » ; voir R. Thévenin, P. Coze, Mœurs et histoire ..., 2004, p.42
  5. Dempsey 1986, p. 8.
  6. a, b, c et d Dempsey 1986, p. 10.
  7. Jackson 2000, p. 2.
  8. R. Thévenin, P. Coze, Mœurs et histoire ..., 2004, p.83
  9. R. Thévenin, P. Coze, Mœurs et histoire ..., 2004, p.101
  10. Coze et Thévenin 2004, p.26 : « Les Sioux en sont l'élément le plus important et le plus remarquable. Vrais types du Peau-Rouge classique tel que la légende nous l'a fait connaître, [...] ».
  11. Le Bris 2000, p. 176.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Berger et Daniel Dubois, Les Indiens des Plaines, Paris, éditions du Rocher, 2001
  • Ted J. Brasser, « Autochtones : les Plaines », L'Encyclopédie canadienne, Historica-Dominion,‎ (lire en ligne).
  • Paul Coze et René Thévenin, Mœurs et histoire des Indiens d’Amérique du Nord, Payot et Rivages, (1re éd. 1928) (ISBN 2-228-89858-9).
  • Angie Debo (trad. Alain Deschamps), Histoire des Indiens des États-Unis [« A history of the Indians of the United States »], Paris, Albin Michel, coll. « Terre indienne », , 536 p. (ISBN 978-2-226-06903-0, OCLC 30845062)
  • (en) Hugh Aylmer Dempsey, Indian Tribes of Alberta, Calgary, AB, Glenbow Museum, , 100 p. (ISBN 0-919224-00-8).
  • Anne Garrait-Bourrier et Monique Vénuat, Les Indiens aux États-Unis : renaissance d'une culture, Paris, Ellipses Marketing, , 192 p. (ISBN 978-2-7298-1185-3, OCLC 300190463)
  • Royal B. Hassrick, Les Sioux, Albin Michel, Paris, 1994
  • (en) John C. Jackson, The Piikani Blackfeet : a culture under siege, Mountain Press, .
  • Philippe Jacquin et Daniel Royot, Go west! : histoire de l'Ouest américain d'hier à aujourd'hui, Paris, Flammarion, , 362 p. (ISBN 978-2-08-211809-5, OCLC 301685417)
  • Michel Le Bris (dir.), Indiens des plaines : les peuples du bison, Hoëbeke, , 190 p. (ISBN 978-2-84230-108-8, OCLC 45500297).
  • (en) Walter Prescott Webb, The Great Plains, University of Nebraska Press, , chapitre III, The Plains Indians sur Google Livres, p. 47-84.

Articles connexes[modifier | modifier le code]