Gramophone (magazine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gramophone.
Gramophone
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Langue Anglais
Périodicité mensuel
Genre Presse nationale
Date de fondation 1923
Ville d’édition Londres

Propriétaire Haymarket
Directeur de publication Martin Cullingford
Site web www.gramophone.co.uk

Gramophone est un magazine mensuel publié à Londres par Haymarket et consacré à la musique classique, particulièrement aux enregistrements. Ce magazine est lancé en 1923 par l'écrivain écossais Compton Mackenzie. Le magazine décerne chaque année le Gramophone Award (en) à l'enregistrement de musique classique qu'il considère comme le meilleur, dans plusieurs catégories.

Sur son site internet, en janvier 2007, Gramophone affirme être « Le magazine de musique classique le meilleur au monde. » Cette vantardise apparaissait sur toutes les couvertures des éditions papiers, les éditions récentes affichent « L'autorité mondiale inégalée sur la musique classique depuis 1923. » Ce leadership mondial semble être contesté par BBC Music Magazine (en)[1].

Récompenses, le choix de l'éditeur, le choix de la critique et le Gramophone Hall of Fame[modifier | modifier le code]

En plus du Gramophone Award (en) annuel , chaque mois, une dizaine d'enregistrements font partie du Gramophone Editor's Choice (choix de l'éditeur). De plus, lors de l'édition de Noël, chaque critique sélectionne environ cinq enregistrements publiés dans l'année, ces enregistrements font partie du Gramophone Critics' Choice (choix du critique). En avril 2012, Gramophone lance The Gramophone Hall of Fame, une liste des personnes (artistes, producteurs, ingénieurs, fondateurs de labels) qui ont contribué durant l'année au développement de l'industrie de l'enregistrement de musique classique[2].

Critique[modifier | modifier le code]

Gramophone est régulièrement l'objet de critiques. La critique principale est un biais en faveur des compositeurs et interprètes britanniques et la relation étroite du magazine avec des maisons de disques telles qu'EMI[1].

Parodie[modifier | modifier le code]

Glenn Gould écrit une parodie de critique dans le style de Gramophone pour le livret de son enregistrement de 1968 de la Symphonie nº 5 Beethoven transcrite pour piano solo par Liszt.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Norman Lebrecht, « New contender in the battle of the upper shelves », La Scène Musicale (en),‎ 23/02/2000 (consulté en 08/10/2007)
  2. « Gramophone Hall of Fame », Gramophone (consulté le 11 avril 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]